Mort de Steve Maia Caniço : une reconstitution à Nantes

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

Une reconstitution de l’affaire Steve Maia Caniço a eu lieu ce mardi à Nantes sur les quais de la Loire, où le jeune homme a disparu lors d’une intervention policière controversée en 2019, le soir de la fête de la musique. «Les opérations techniques conduites sous l’autorité du magistrat instructeur se dérouleront sur le lieu des faits entre 14 et 18 heures», a détaillé Philippe Astruc, le procureur de la République de Rennes, où l’affaire a été dépaysée début septembre 2019.

La reconstitution s’est déroulée en plein jour, car les conditions de marées étaient équivalentes à celles de nuit du drame.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

1 COMMENTAIRE

  1. L’immersion d’un mannequin dans la Loire pourrait bien n’être qu’un stratagème destiné à apaiser l’opinion grâce à des images spectaculaires. On peut douter que le juge d’instruction espère vraiment découvrir quoi que ce soit par ce moyen largement aléatoire. A ce jour, on ne sait même pas si Steve Maia Caniço est tombé du quai Wilson ou d’un autre endroit. Seul élément certain : son corps a été retrouvé cinq semaines plus tard, mais en aval, dans un autre bras de la Loire. L’enquête devrait donc procéder à rebours à partir du lieu de la découverte. Et même si elle montrait que ce parcours surprenant n’est pas à exclure en raison des courants de la Loire, elle ne démontrerait pas qu’il s’est bel et bien produit, ni à quel moment. Apparemment, le mannequin n’a été jeté que du quai Wilson et non du quai des Antilles. Un tel essai aurait exaspéré ceux pour qui Steve Maia Caniço est forcément tombé à l’eau là où la police est intervenue. Mais dans une perspective d’enquête, il aurait été normal de l’effectuer. Si on ne l’a pas effectué, que conclure ?
    Les expériences sur des téléphones portables tendent aussi à montrer que celui de la victime n’a pas livré d’indications exploitables. Car on imagine que le juge d’instruction n’a pas attendu plus d’un an pour étudier la question. Que cherche-t-il à savoir ? Où et quand exactement Steve Maia Caniço est tombé à l’eau. Ce n’est pas en jetant d’autres appareils à l’eau qu’il aura la réponse. Et si le but était d’étudier la dégradation d’un téléphone sous l’eau au bout de cinq semaines, il aurait fallu faire l’expérience en été, pour avoir à peu près les mêmes conditions thermiques, et pas à l’automne. Là encore, on peut soupçonner une mise en scène destinée à l’opinion pour pouvoir dire un jour : « voyez, on a tout essayé ».

Comments are closed.