Manifestation anti-PMA/GPA à Nantes

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

La Manif pour tous et des associations catholiques ont organisé à Nantes, ce samedi, une manifestation contre la loi bioéthique. Ou plus exactement contre la procréation artificielle sans père (PMA) et la gestation pour autrui (GPA). Près de 1 500 personnes se sont rassemblées sur la place Royale. Ce chiffrage est confirmé par la police (1 400). Ouest France, pourtant rarement porté à minorer un nombre de manifestants quand ils sont de gauche, n’en a vu que 500 (évaluation portée plus tard à « près de 1 000 »).  Après une série de discours, les participants, tous masqués, ont pris la direction du quai de la Fosse sous une forêt de drapeaux verts. Parmi leurs slogans :

La maternité n’est pas un CDD
La paternité n’est pas une prestation

Une dizaine d’associations et de collectifs d’extrême-gauche ou de sexualités diverses avaient appelé à une contre-manifestation. Et plus si affinités : en invitant à « ne pas leur laisser l’espace public », elles laissaient planer un sous-entendu de violence assez clair. Cependant, disparate et peu organisé, leur défilé ne s’est jamais montré très menaçant. Un peu de paranoïa s’est même infiltrée dans les rangs : « Attention à vous en repartant de la contre manif » a twitté l’un des groupuscules organisateurs !

De son côté, la préfecture n’avait voulu prendre aucun risque : la contre-manifestation était surveillée comme du lait sur le feu par des forces de l’ordre nombreuses et mobiles. Parmi lesquelles la proportion de femmes paraissait inhabituellement élevée.

Illustrations : photos BI, droits réservés
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...