Batz-sur-Mer. Des résidents secondaires en guerre contre une surtaxe, bientôt un statut de résident breton ?

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Un collectif de résidents secondaires de Batz-sur-Mer (Loire–Atlantique) demande le remboursement d’une surtaxe instaurée par l’ancienne municipalité. L’occasion de rappeler que les communes du littoral breton disposent de peu d’outils pour gérer la pression immobilière.

Batz-sur-mer : une taxe sur les résidences secondaires qui divise

Voilà une information qui ne devrait pas contribuer à apaiser les relations entre locaux et résidents secondaires à Batz-sur-Mer, en presqu’île guérandaise. En cause, une surtaxe résidence secondaire mise en place de 2016 à 2020 par l’équipe municipale précédemment aux commandes de la station balnéaire bretonne de 3 000 habitants.

La législation permet ainsi aux communes situées dans des territoires en zone tendue (caractérisée par un déséquilibre entre offre et demande de logements) de majorer de 5 à 60 % leur taxe d’habitation sur les résidences secondaires selon leur libre appréciation.

À Batz-sur-Mer, où 62 % des résidences sont secondaires, l’ancienne maire Adeline L’Honen (Parti socialiste, élue en 2014) et sa municipalité avaient fixé cette majoration à 20 % afin de permettre à la commune de bénéficier de recettes supplémentaires. Mais la surtaxe, qui avait rapporté la somme de 211 000 euros l’année dernière, a été abandonnée depuis le 28 septembre dernier par la nouvelle équipe municipale dirigée par Marie-Catherine Lehuédé, jadis élue de l’opposition sous la mandature d’Adeline L’Honen.

Devant la justice, des résidents secondaires demandent le remboursement

Dans le même temps, une association dénommée « Batz, tissons des liens », se présentant comme ayant pour objectif « la défense des intérêts des résidents secondaires de la commune de Batz-sur-Mer en bonne harmonie avec les résidents principaux », et regroupant une quarantaine de résidents, a saisi la justice. Les requérants demandent le remboursement d’un malus qu’ils ont évalué à un montant compris entre 80 € et 200 € par an.

C’est donc la quatrième chambre du tribunal administratif de Nantes, spécialisée en contentieux fiscal, qui s’est penchée sur l’affaire le 16 octobre dernier. Quant au rapporteur public, il préconise le rejet de la requête et propose de s’en remettre au code général des impôts, autorisant cette surtaxe. Ne reste plus qu’à patienter jusqu’au 30 octobre pour connaître le délibéré.

Tandis que le statut de résident secondaire peut désigner des situations très diverses, du Parisien aisé aux enfants du Pays désirant conserver une maison de famille, cette affaire de surtaxe montre aussi (et surtout) les limites des outils législatifs français à la disposition des villes du littoral breton pour réguler les questions de logement. Poser sur la table la question de l’octroi d’une nationalité bretonne ou, à défaut, d’un statut de résident breton, c’est peut-être aussi ça le « monde d’après » ? Quoi qu’il en soit, la pression démographique de plus en plus forte sur nos côtes conduira inéluctablement à l’ouverture d’un débat.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...