page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]

Dans sa dernière vidéo, l’essayiste Julien Rochedy s’attaque au sujet du séparatisme et considère qu’une partition au moins partielle du territoire français est la réponse la plus probable à l’échec du vivre-ensemble.

Julien Rochedy : « Les individus, lorsqu’ils sont trop divers, ne font jamais société »

Interviewé récemment dans nos colonnes au sujet de son livre Nietzsche l’actuel (auquel est ajouté « Nietzsche et l’Europe », mémoire écrit durant ses années universitaires), Julien Rochedy se présente comme « un retraité de la politique, jeune essayiste, combattant pour le futur et l’identité de l’Europe ».

En parallèle de ses écrits, il publie régulièrement des vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles il aborde divers sujet. Actualité oblige, c’est le séparatisme qu’évoque Julien Rochedy dans sa dernière production à découvrir ci-dessous :

« Personne ne veut vivre dans le vivre-ensemble »

Dans cette vidéo, l’influenceur politique explique son scepticisme quant au projet assimilateur de la république française : « Le vivre-ensemble a conduit précisément une société totalement dysfonctionnelle qui, pour fonctionner, a besoin d’un État autoritaire qui nous oblige à vivre dans cette même société parce que la vérité est que personne ne veut vivre dans le vivre-ensemble. »

Citant le philosophe et sociologue anglais Herbert Spencer (1820-1903), Julien Rochedy rappelle que « partout où il y a deux peuples sur un même territoire ou plusieurs, cette société bigarrée a nécessairement besoin d’un État autoritaire et fort pour maintenir un semblant de lien social entre les différentes communautés. »

Poursuivant sa réflexion, Julien Rochedy pense que l’État se rangera toujours du côté de la communauté la plus violente. Et s’interroge de ce fait sur le sort des « Blancs qui eux aussi commencent peut-être à se dire que pour avoir un avenir un petit peu européen, il serait peut-être temps qu’ils se séparent d’une partie de la population ».

« Tout concourt aujourd’hui à la séparation »

Convoquant ensuite Claude Lévi-Strauss, il justifie la nécessité pour les populations d’origine européenne en France de s’emparer de cette notion de séparatisme : « Pour ne pas périr, il faut qu’ils persistent entre elles [NDLR : les communautés et les cultures] une certaine imperméabilité ».

S’aventurant sur un terrain sur lequel la droite française est généralement très frileuse, Julien Rochedy va plus loin : « Nous parlons ici de culture, mais en réalité nous pourrions parler d’ethnie, et même d’un mot interdit, à savoir de race ».

En s’appuyant enfin sur des différences scientifiquement prouvées concernant diverses caractéristiques des groupes de populations entre eux, pour l’ancien président du FNJ, « tout concourt aujourd’hui à la séparation ».

Cette séparation, Julien Rochedy en est convaincu, se manifestera « soit par une remigration, c’est-à-dire une inversion des flux migratoires, soit, et là il y a plus de chance que ça se passe comme ça, par une partition au moins partielle du territoire ». Un constat partagé, autre argument d’autorité, par l’ancien président de la république François Hollande…

Si cette idée de séparation, comme le souligne Julien Rochedy, commence à émerger dans les consciences de certaines « forces identitaires » en France, elle a déjà fait son chemin chez les nationalistes bretons qui ont une vision bien à eux de la chose :

Quelle que soit l’issue de cette période pour le moins mouvante, la seule certitude partagée par les uns et les autres est que les lignes bougent actuellement. Et le statut quo n’est vraisemblablement pas à l’ordre du jour. Julien Rochedy nous le rappelle…

AK

Crédit photo : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]”

  1. lucie dit :

    La séparation, c’est comme les décharges publiques, tout le monde est pour, mais personne n’en veut à côté de chez lui. La France est une et indivisible, les derniers arrivés seront ceux qui devront partir.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Sociétal

Julien Rochedy : « Nous devons fonctionner comme des lobbies, des syndicats des peuples autochtones » [Interview]

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES, Sociétal, Société

Rennes : après les Champs Libres, l’Hôtel Pasteur occupé par un comité de soutien aux immigrés !

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire en Allemagne. 57% des migrants arrivent sans passeport

Découvrir l'article

Sociétal, Société

“OQTF DEHORS” : Une Banderole Déployée sur les Grilles du Palais de Justice de Bastia

Découvrir l'article

Politique

Nicolas Pouvreau-Monti, cofondateur de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie : « On a atteint des niveaux d’immigration jamais-vus» sous la présidence d’Emmanuel Macron »

Découvrir l'article

Politique

Pouvoir d’achat, sécurité, immigration: le Forum BFMTV en intégralité

Découvrir l'article

Politique

Immigration, pouvoir d’achat, énergie… L’interview en intégralité de Jordan Bardella

Découvrir l'article

Politique

Sondage Européennes : Le thème de l’Immigration est une priorité pour les électeurs

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky