Douarnenez. Un migrant africain suspecté d’avoir drogué et agressé sexuellement sa logeuse

A LA UNE

Un migrant africain est soupçonné d’avoir drogué puis agressé sexuellement au mois de septembre dernier une femme qui l’hébergeait à Douarnenez.

Douarnenez : le migrant suspecté d’avoir drogué et agressé sa logeuse

Héberger certains migrants africains peut s’avérer potentiellement dangereux si l’on se fie à cette affaire d’agression sexuelle qui devait être jugée en comparution immédiate devant le tribunal judiciaire de Quimper le 20 octobre.

Les faits, quant à eux, se sont déroulés le 12 septembre dernier à Douarnenez (Finistère). Un migrant congolais prétendant être né en 2002 mais dont l’âge n’a pas été vérifié est hébergé par une femme à laquelle il prépare un repas un peu spécial. Ainsi, il mélange dans le plat une boulette de cannabis puis, le produit stupéfiant faisant son effet, en aurait profité pour enlacer sa logeuse droguée. Il l’aurait ensuite déshabillée puis allongée sur son lit avant de l’agresser sexuellement.

La victime, membre d’une association de familles d’accueil se proposant d’héberger des migrants, rapportera sa mésaventure à l’association en question, qui préviendra les gendarmes le 18 septembre. Par la suite, la jeune femme portera plainte et apportera pour preuve un t-shirt où des traces d’ADN masculines ont été retrouvées.

Une « expertise psychologique » demandée

Par ailleurs, il est à noter que le prévenu, après être arrivé du Congo en 2017, a été hébergé par différentes familles d’accueil depuis 2018. Durant son périple, il aurait été logé à l’hôtel Dupleix à Quimper, hébergement dont ont bénéficié de nombreux clandestins présentés alors comme « mineurs ». Un qualificatif qui a largement été remis en cause par les faits ces dernières années.

Un doute qu’a aussi émis la justice dans cette affaire d’agression sexuelle de Douarnenez puisque la cour d’appel a confirmé la décision du juge des enfants qui avait précédemment refusé sa qualité de « mineur isolé étranger ».

Quant aux explications fournies par l’individu, elles sont pour le moins confuses lorsqu’il explique : « Je suis vraiment désolé d’avoir mis la boulette de shit dans la nourriture. Ce n’était pas mon intention de l’agresser, c’est à cause de l’effet ».

Dans l’attente de l’expertise psychiatrique devant être réalisée sur le prévenu suite à cette agression sexuelle mais aussi de la confrontation de son ADN avec celui figurant sur le vêtement de la victime, son maintien en détention provisoire (débutée le 22 septembre) a été requis par le procureur jusqu’au procès qui est censé avoir lieu le 20 novembre prochain.

Durant l’été 2020, la ville de Douarnenez avait déjà vu son actualité marquée par l’immigration africaine avec le scandale des pêcheurs à la ligne du port du Rosmeur.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Aux Etats-Unis, un grand réseau d’hôpitaux catholiques traitait prioritairement les non-Blancs quelles que soient les comorbidités des Blancs

L’un des plus grands systèmes hospitaliers des États-Unis donnait plus de poids à la race qu’au diabète, à l’obésité,...

Rugby. Le RC Vannes s’impose à Grenoble (10-25) et renverse sa saison

C'est une victoire qui pourrait tout changer pour le RC Vannes cette saison en Pro D2. Une victoire à...

3 Commentaires

  1. comment peut on à l’heure actuelle accepter d’héberger des migrants de culture musulmane?beaucoup de français sont vraiment des bisounours incultes ou naifs

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés