Mickaël Mary : « J’ai souhaité proposer un panorama de la grande richesse naturaliste en baie du Mont St Michel »

A LA UNE

Inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1979, le Mont-Saint-Michel et sa baie sont une destination touristique incontournable qui attire chaque année près de deux millions de visiteurs. Site naturel d’exception, la baie est le théâtre des plus grandes marées d’Europe et réunit une forte diversité de milieux naturels, lieux de vie d’une biodiversité insoupçonnée.

Parce qu’on ne protège bien que ce que l’on connait, les éditions Biotope ont à cœur de faire découvrir ce patrimoine naturel inestimable dans un guide inédit qui met en lumière cet écrin de nature, à travers de superbes dessins décrivant plus de 1000 espèces caractéristiques de la faune & flore locale.

Champignons et lichens, arbres, plantes à fleurs, insectes, invertébrés marins, poissons, amphibiens, reptiles, mammifères, oiseaux… Ecrit par Mickaël Mary et richement illustré par Tony Llobet, l’ouvrage Faune & flore de la Baie du Mont-Saint-Michel offre un panorama complet de la biodiversité de ce territoire, ainsi que 11 itinéraires pour découvrir les écosystèmes de la baie.

Passionné de nature depuis son plus jeune âge, Mickaël Mary, auteur de l’ouvrage « Faune & flore de la Baie du Mont-Saint-Michel » paru aux éditions Biotope, en a fait son métier durant 20 années en travaillant au sein de différentes structures de protection de la nature. Depuis cinq années il s’est orienté vers l’herboristerie en parallèle d’un « retour à la terre » en devant paysan – herboriste.

A travers cet ouvrage, il nous fait découvrir la baie du Mont St Michel de manière insolite, et écologique.

Nous l’avons interrogé à ce sujet (pour commander le livre, c’est ici)

Breizh-info.com : Qu’avez-vous souhaité proposer aux lecteurs avec ce livre ?

Mickaël Mary : La baie du Mont-Saint-Michel est riche et multiple mais difficile à appréhender dans son ensemble. Bien souvent, on en a une vision très fragmentaire selon l’endroit où l’on y vit ou le lieu que l’on visite. De ce constat, j’ai souhaité humblement proposer un panorama de sa grande richesse naturaliste, donner la possibilité d’en découvrir ses différentes composantes écologiques et permettre à chacun d’en explorer toutes les facettes. L’idée était donc que dans un seul guide vous puissiez avoir des informations aussi bien sur les champignons communs que pouvez croiser au détour d’une prairie bocagère que sur les algues de l’estran ou encore les oiseaux des marais. Un tout-en-un en quelque sorte. Les balades proposées sont là pour inviter à explorer tout le territoire de la baie, de la façade maritime jusqu’à « l’arrière – pays » riche de ses marais et ses tourbières.

Breizh-info.com : Pour vous, la baie du Mont-Saint-Michel, qu’est-ce que cela représente avant tout ? Comment l’avez-vous vu évoluer ces dernières années ?

Mickaël Mary : A titre personnel, la baie représente un lieu de ressourcement où est ancrée mon histoire familiale. Bien que mondialement connue, sillonnée, exploitée, photographiée sous tous les angles, elle garde en son sein cette « sauvagerie » qui naît de la rencontre de la terre et de la mer. Certains endroits sont extraordinaires par la puissance qu’ils dégagent. Selon si l’on se trouve en bordure des marais salés ou bien sur des promontoires tels que le Mont-Dol ou les falaises de Carolles, elle offre à chaque fois un nouveau visage bercé par le mouvement de la marée. Le Mont-Saint-Michel reste la merveille tant convoitée mais son écrin attire toujours plus de personnes qui vont retrouver dans la baie un lieu d’épanouissement, de découverte et de balade. Il ne s’agit pas non plus d’un musée vivant à ciel ouvert, la baie reste un lieu où se déroulent de nombreuses activités professionnelles et de nombreux usages. Ils contribuent à sa richesse.

Breizh-info.com : Y a-t-il des exemples de faune et de flore unique en baie du Mont-Saint-Michel ?

Mickaël Mary : Oui tout à fait. Notamment en ce qui concerne la flore des marais salés. Il s’agit d’espèces très particulières telles que les salicornes, obiones et soudes qui tolèrent le sel et occupent l’espace selon l’importance de recouvrement par la marée. On peut aussi citer les hermelles, la baie abrite les plus grands récifs d’Europe. Il s’agit d’un petit ver marin qui crée des concrétions calcaires où il vit caché dans un tube. Cela forme des récifs pouvant dépasser un mètre au sein des vastes espaces sableux et vaseux. Une grande biodiversité s’y développe. Et beaucoup d’autres exemples pourraient être cités selon les milieux naturels que l’on considère.

Breizh-info.com : La question qui tue : Breton ou Normand le Mont ?

Mickaël Mary : En tant que breton habitant en Normandie, je réserve ma réponse… Par contre, je peux vous certifier que l’îlot de Tombelaine est bien Normand alors le Mont-Dol est breton !

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass-sanitaire, 3ème dose : les Français vont-ils se réveiller ?

Au programme ce soir, les dernières informations relatives au Covid-19. A la veille de l’examen de l’Assemblée nationale de...

Cyclisme. Breizh Ladies : composition de l’effectif 2022

Le Comité de Bretagne soutient le cyclisme féminin en proposant aux cyclistes bretonnes d’intégrer le collectif régional nommé Breizh...

Articles liés