La Charia plutôt que la République ? 57% des jeunes musulmans de France le pensent

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Les jeunes musulmans sont de plus en plus en rupture avec la laïcité et l’assimilation selon un récent sondage. Une nouvelle donne approuvée par les nouvelles générations de Français dans leur ensemble ?

La charia prime sur la République chez les jeunes musulmans

Une nouvelle enquête d’opinion réalisée par l’Ifop pour le Comité Laïcité République va donner matière à réflexion pour les partisans de l’assimilation des musulmans en France. Parmi les résultats les plus éloquents publiés le 5 novembre, il apparaît que chez les musulmans de moins de 25 ans interrogés, 57 % d’entre eux considèrent que la charia est plus importante que la loi de la République. Ce qui constitue une hausse de 10 points par rapport au précédent sondage datant de 2016. Pour l’ensemble des musulmans, cette proportion atteint en 2020 38 % contre 15 % chez les catholiques.

Cette étude, intitulée « Le rapport des Français à la laïcité à l’heure de la lutte contre l’islamisme » ((télécharger ici le sondage complet), a été réalisée entre les mois d’août et d’octobre 2020. Elle portait sur deux échantillons, à savoir un premier de 2 034 Français dont 1 000 catholiques et un second de 515 Français musulmans.

Ces derniers se démarquent par une conception particulière de la laïcité. Ainsi, 75 % des Français musulmans sondés se disent favorables « au port de signes religieux ostensibles », contre seulement 25 % pour l’ensemble des Français. Des Français se déclarant par ailleurs « attachés à la loi de 1905 qui garantit le libre exercice des cultes et impose le principe selon lequel l’État ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte » pour plus de 88 % d’entre eux.

Une majorité de musulmans désapprouve la dissolution du CCIF

Parmi les autres points à retenir de cette étude, notons que 64 % des Français musulmans s’opposent au droit des enseignants à montrer des caricatures de personnages religieux à leurs élèves. Là encore, le résultat contraste avec les réponses de l’ensemble des Français, qui sont favorables à 75 %, et même à 80 % chez les catholiques.

Autre sujet sensible, la dissolution du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) et de l’association BarakaCity n’est approuvée que par 34 % des musulmans seulement. Dans le même temps, l’échantillon de l’ensemble des Français y est favorable à 65 % pour le CCIF et à 76 % pour BarakaCity.

Enfin, 44 % des Français musulmans soutiennent « la loi interdisant le port de signes religieux dans les écoles, collèges et lycées publics », un dispositif voté en 2004.

Les jeunes générations vont-elles enterrer la laïcité et l’assimilation ?

Sur l’enseignement de l’arabe à l’école publique, les divergences sont une nouvelle fois notables puisque les musulmans y sont à 82 % favorables contre 18 % des catholiques et 32 % des « sans religion ».

Quant à l’obligation de signer un contrat de respect des valeurs de la République pour les associations recevant des subventions publiques, elle est défendue par 85 % des « sans religion » et 91 % des catholiques. Contre seulement 58 % des musulmans.

Même grand écart sur la question des horaires spécifiques pour les femmes dans les piscines municipales : si l’idée ne recueille que 16 % d’adhésion chez les catholiques et 24 % chez les « sans religion », 80 % des musulmans y sont en revanche favorables.

En dernier lieu, si l’analyse statique de ses résultats a de quoi inquiéter les partisans de la laïcité et de l’assimilation, l’analyse dynamique ne se révèle guère plus réjouissante pour ces derniers puisque l’on note une fracture générationnelle concernant l’interprétation de cette notion de laïcité.

Les moins de 25 ans dans leur ensemble ne sont ainsi que 58 % à se dire favorables au droit des enseignants à montrer des caricatures de personnages religieux pour enseigner la liberté d’expression, contre 79 % des plus de 35 ans. Une divergence que l’on retrouve aussi sur le port des signes religieux par les parents lors des sorties scolaires : si 19 % des 35 ans ne s’y opposent pas, 53 % des moins de 25 ans y sont favorables.

Dans ces conditions, il n’est pas certain que l’esprit « Charlie » survive à la génération des boomers… Il semblerait en effet que de nombreux musulmans de France (en tout cas parmi les sondés) n’aient pas la même conception du « vivre ensemble » que le reste de la population. Pourquoi forcer dès lors tout ce beau monde à vivre sur le même territoire ?

La question doit être posée.

Méthodologie

Étude Ifop pour le Comité Laïcité République (CLR) réalisée par questionnaire autoadministré en ligne auprès : – d’un échantillon de 2 034 personnes, représentatif de l’ensemble de la population vivant en France métropolitaine âgée de 15 ans et plus (20-22 octobre 2020) ; – d’un échantillon de 515 personnes, représentatif de la population de religion musulmane vivant en France métropolitaine âgée de 15 ans et plus (6-17 août 2020).

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Occupation d’Arbonne : les agriculteurs basques s’invitent chez la propriétaire parisienne

Les terrains d'Arbonne au Pays Basque Nord cristallisent la contestation autour de la hausse du foncier et de l'immobilier...

Ober anaoudegezh gant Bro ar Gwin e Liger-Atlantel

E-pad ar vakañsoù e-lec'h mont da vro-Euskadi evel boaz e c'hell ar vretoned kar o bro ober anaoudegezh gant...

4 Commentaires

  1. Et apres ils osent nous traiter de racistes alors qu’eux le sont bien davantage mais surtout si nous le devenons eux seuls en sont responsables car non seulement ils ne font rien pour s’améliorer mais en plus ils nous considèrent comme l’ennemis les arabes et encore plus les musulmans sont incompatibles avec notre mode de vie alors soit ils acceptent de changer soit ils se barrent mais l’un comme l’autre paraissent peu probable donc à nous de faire le ménage

  2. En rupture avec la laïcité, désolé, mais ils n’ont rien à foutre en France. Ils préfèrent la charia à nos lois, basta !

  3. Ils ne doivent pas oublier qu’ils sont chez nous et que notre pays est laïque. C’est sûr qu’avec la charria, les hommes sont peinard, ils veulent simplement ne faire aucun effort afin que continue à régner le machisme, l’avilissement de la femme et le racisme, car, ne nous fourvoyons pas, les plus racistes de tous, ce sont bien eux.
    De plus, leur interprétation de la religion et de son altruisme, c’est de dire « tout ce qui ne nous suit pas est ennemi, donc à éliminer ». Nos dirigeants auraient dû dès le départ refuser cela, le Général les avait prévenus.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Burkini et horaires réservés aux femmes dans les piscines : les jeunes enseignants français majoritairement favorables

En France, les jeunes enseignants auraient une vision plus souple de la laïcité que leurs aînés et seraient, entre autres, majoritairement favorables à l'autorisation...

Eric Tabarly (1931-1998), à la vie, à la mer

Qui a dit qu'il n y avait jamais rien de bon sur le service public ? Nous vous invitons à écouter ce podcast au...

Euro 2021. Retrait des bouteilles Heineken par l’UEFA : Pogba, Benzema et les joueurs musulmans plus forts que les sponsors [Vidéo]

Tandis que l'Euro 2021 de football se poursuit, les organisateurs de la compétition, habituellement intransigeants sur les questions de sponsors et de publicité, ont...

Likelezh : an holl gelennerien stummet ar bloaz a zeu

Stummet e vo an holl gelennerien d'al « likelezh » adal miz gwengolo. 1000 stummer a vo kaset er skolajoù ha liseoù da sikour ar gelennerien...