Nantes, le Blanc Mesnil : quand les juges aident les délinquants à dormir tranquilles

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Une histoire récente, accompagnée du PV d’interpellation et de la photographie de la saisie de drogue fait actuellement le tour des réseaux sociaux.

Il s’agit d’une double interpellation suite à un trafic de stupéfiants au Blanc-Mesnil, suivie d’une perquisition en flagrance, d’une saisie de drogue… et le tout classé sans suite par la justice. Mais à Nantes aussi, la justice permet actuellement aux délinquants de dormir sur leurs deux oreilles.

« Les faits datent du 3 novembre 2020 au soir, au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Un équipage de la Bac remarque un échange d’argent entre deux individus dans le hall d’une cité « sensible ». Nous sommes la nuit, en période de confinement, et les deux hommes ne portent pas de masque. L’un des individus s’éloigne et monte dans l’immeuble. L’autre reste au rez-de-chaussée. Les policiers décident de contrôler son identité. 

Au bout de quelques minutes, son compère redescend des étages, puis s’enfuit à la vue des policiers. Ces derniers le rattrapent dans l’immeuble. L’individu parvient à jeter par une fenêtre un objet que les policiers retrouveront, et qui s’avèrera être une plaquette de résine de cannabis (100 grammes). Les deux individus sont donc interpellés et une perquisition est menée au domicile du détenteur de la plaquette […] 9 kilos de résine de cannabis, quelques centaines d’euros et une compteuse à billets sont retrouvés dans l’appartement. L’individu interpellé, très connu pour trafic de stupéfiants, se rebelle alors et mord notamment l’un des policiers. Plusieurs plaintes ont été déposées à son encontre ».

Sauf que, « la magistrate du TGI de Bobigny, chargée de l’affaire, a considéré que le contrôle d’identité de l’individu resté en attente dans le hall n’était pas légitime, et que par conséquent toutes les infractions qui en ont découlé ne pouvaient être retenues, la fuite, la plaquette jetée, les 9 kilos de résine, la morsure du policier, tout a été classé sans suite (classement 36, « irrégularité de procédure »), l’argent a été rendu à l’individu… et il est ressorti libre le lendemain, soit le 4 novembre 2020.Après une demande de la police, la décision de la magistrate a été confirmée par sa hiérarchie du TGI de Bobigny ».

Fin de l’affaire ?

Cependant, il n’y a pas qu’en Seine-Saint-Denis que les délinquants peuvent dormir tranquilles. Un policier nantais, nous relate, outré, l’affaire suivante. « Nous avons interpellé trois nord-africains pour cambriolages, la semaine dernière [première de novembre] à Nantes. Ils se disent mineurs, mais par leurs empreintes, nous les retrouvons majeurs dans nos fichiers, passés par l’Espagne. Nous les confrontons aux éléments recueillis, ils reconnaissent qu’ils sont majeurs, et les cambriolages. Qu’à cela ne tienne, le juge soutient qu’ils sont mineurs, et les convoque pour le début de l’année prochaine. On les a relâchés et ils courent toujours ».

L’affaire du Blanc-Mesnil ne l’étonne pas. « En ce moment, les juges renvoient toutes les affaires et toutes les convocations en correctionnelle pour début 2021, et jusqu’en mars. Eux, ils disent que si le confinement est durci et qu’il faut à nouveau vider les prisons, ça ne sert à rien de les remplir ». Pendant le premier confinement, le nombre de détenus à diminué de 13.000 du fait de l’arrêt de l’activité des tribunaux, des fins de peine et de près de 6.600 libérations anticipées, dont « une trentaine », officiellement du moins, sont retournés derrière les barreaux.

En pratique, les policiers de terrain ont « le sentiment, plus encore que d’habitude, de travailler pour rien. Les juges cassent notre boulot pour un oui ou pour un non, par idéologie, et plus encore maintenant car ils ont le prétexte du Covid pour éviter d’envoyer les gens en prison. Quant aux gens qui se font voler, violer ou tabasser, ça leur donne envie de se faire justice par eux-mêmes. Y a beaucoup de tension dans l’air, à force donner l’impression de prendre le parti des délinquants, ça va mal finir pour certains ».

A bon entendeur…

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

6 Commentaires

  1. C’est une honte, il n’y a plus aucune justice en France, et quand l’on pense que tout ces juges sont payés avec l’argent du contribuable et grassement payés.

  2. […] Vraiment sympa cette juge !  Sauf que, « la magistrate du TGI de Bobigny, chargée de l’affaire, a considéré que le contrôle d’identité de l’individu resté en attente dans le hall n’était pas légitime, et que par conséquent toutes les infractions qui en ont découlé ne pouvaient être retenues, la fuite, la plaquette jetée, les 9 kilos de résine, la morsure du policier, tout a été classé sans suite (classement 36, « irrégularité de procédure »), l’argent a été rendu à l’individu… et il est ressorti libre le lendemain, soit le 4 novembre 2020. Après une demande de la police, la décision de la magistrate a été confirmée par sa hiérarchie du TGI de Bobigny ». https://www.breizh-info.com/2020/11/10/153626/nantes-le-blanc-mesnil-quand-les-juges-aident-les-deli… […]

  3. […] Vraiment sympa cette juge !  Sauf que, « la magistrate du TGI de Bobigny, chargée de l’affaire, a considéré que le contrôle d’identité de l’individu resté en attente dans le hall n’était pas légitime, et que par conséquent toutes les infractions qui en ont découlé ne pouvaient être retenues, la fuite, la plaquette jetée, les 9 kilos de résine, la morsure du policier, tout a été classé sans suite (classement 36, « irrégularité de procédure »), l’argent a été rendu à l’individu… et il est ressorti libre le lendemain, soit le 4 novembre 2020. Après une demande de la police, la décision de la magistrate a été confirmée par sa hiérarchie du TGI de Bobigny ». https://www.breizh-info.com/2020/11/10/153626/nantes-le-blanc-mesnil-quand-les-juges-aident-les-deli… […]

  4. En France ce n’est pas une justice mais un justice (injustice) !!
    Tous les juges sont de gauche voire extrême gauche alors que pouvons nous attendre d’eux ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...

Deux véhicules brûlés aux Dervallières, un scooter incendié quartier Procé

Dans la nuit du 11 au 12 juillet, une camionnette et une voiture ont encore été incendiés rue Watteau aux Dervallières vers 0h45 –...

Nantes : la police sévit contre les rodéos et les voleurs de colliers

Ce 9 juillet vers 1h30, trois individus ont agressé deux jeunes et arraché un collier que l'un d'eux portait. Intervenue rapidement, la police arrive...