La Première Guerre mondiale n’a pas pris fin le 11 novembre 1918

A LA UNE

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

En cet anniversaire de la fin du Premier conflit mondial, la commémoration des combats du front européen fait passer au second plan la guerre d’Afrique où, grâce à leur énorme supériorité humaine et matérielle, les Alliés réussirent à s’emparer rapidement du Togo, du Kamerun et dans une moindre mesure du Sud-Ouest africain allemands.

II n’en fut  pas de même de la Deutsche Ost-Afrika (Tanganyika et Ruanda-Urundi) et plus généralement de toute l’Afrique orientale où, à travers les actuels Etats du Rwanda, du Burundi, de Tanzanie et du Mozambique, commandés par le colonel, puis général, Paul von Lettow-Vorbeck, quelques centaines d’Allemands et deux à trois milliers d’askaris, l’équivalent des tirailleurs français, résistèrent en effet jusqu’au 25 novembre 1918, ayant réussi à immobiliser loin du front d’Europe jusqu’à 200.000 soldats britanniques, sud-africains, portugais et belges. Coupés de tout ravitaillement, sachant utiliser au mieux leurs maigres moyens, vivant des prises faites à l’ennemi, leur expérience mériterait d’être étudiée dans les académies militaires.

En mars 1919, derrière le général von Lettow-Vorbeck, la centaine de survivants allemands de l’épopée africaine fit une entrée triomphale à Berlin par la porte de Brandebourg et la Pariser Platz. Le contexte était alors lourd d’orages car au mois décembre 1918, la révolution bolchévique avait  failli emporter l’Allemagne et le général von Lettow-Vorbeck eut alors un rôle essentiel et peu connu.

Au mois d’avril 1919, les trois brigades de marine allemandes  (infanterie de marine), dont la fameuse brigade Ehrhardt, furent en effet réunies avec le « 1er Régiment colonial » (Schutztruppe qui n’avait pas combattu outre-mer), et le régiment d’artillerie de campagne Osiander, pour constituer la « Division de marine » dont Paul von Lettow-Vorbeck reçut le commandement. Cette Marine-Division von Lettow-Vorbeck également connue sous le nom de Division de volontaires von Lettow-Vorbeck, reçut ordre de Noske, ministre socialiste de l’intérieur, de briser les soulèvements des communistes héritiers des spartakistes. Elle s’acquitta parfaitement de sa mission, tant à Hambourg qu’à Munich.

C’est à cette épopée que Bernard Lugan a consacré un cours vidéo d’une heure et demie, illustré de nombreuses cartes et d’images d’archive.

Pour vous inscrire aux cours c’est ici

Ce cours permet de comprendre :
 

✅ La répartition coloniale avant le début du conflit de 1914
✅ Les premiers conflits en Afrique du nord jusqu’à l’Afrique orientale
✅ Les forces alliées en présence contre les Allemands en Afrique
✅ L’épopée militaire allemande du général Von Lettow-Vorbeck
✅ La défaite allemande et le partage des colonies en 1918

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya Diallo

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya...

La parole est à la police ! Avec Cyril Hemardinquer

Secrétaire national du syndicat de police FPIP, Cyril Hemardinquer a servi dans la police judiciaire. Il revient sur l'affaire...

2 Commentaires

  1. S’inscrire au cour n’est pas cher du tout. (Pour ceux qui ne sont pas allés vérifier.)
    Et, en plus, Bernard Lugan en personne comme professeur ! Vous vous rendez compte ?
    @+

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici