Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant 3 ans. Le succès est au rendez-vous et il en ouvre une deuxième à Cap Malo un an plus tard. À seulement 28 ans, il se lance dans la franchise avec l’envie d’entreprendre et de créer des emplois. Avec une entreprise en pleine croissance, Jérémie Laborde avait d’autres projets d’ouvertures en vue qui n’ont malheureusement pas pu aboutir avec l’arrivée de la crise sanitaire. Il se voit couper l’herbe sous le pied par le premier confinement puis par le deuxième qu’il n’imaginait pas du tout si long.

Ne voulant pas rester sans rien faire, Jérémie Laborde est à l’initiative il y a quelques semaines d’une pétition qui a rassemblé plus de 25 000 signatures. Sous forme de lettre ouverte au Président, cette pétition avait déjà pour but de relancer l’économie, de réunir toutes les voix pour mieux se faire entendre. Jérémie Laborde fait également partie du collectif fitness « réouverture le 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte », qui a pour but de fédérer la mutualisation des réouvertures des salles de sport en Bretagne et dans les Pays de la Loire.Le début d’année représente pas moins de 50% de son chiffre d’affaires, tout se joue sur cette période pleine de bonnes résolutions et d’enthousiasme pour les adhérents et futurs adhérents. La réouverture des salles de sport prévue le 20 janvier 2021 arrive bien trop tard et lui fait craindre un désastre économique.

Après tous ses efforts et ses investissements pour garantir la sécurité de ses adhérents et de ses salariés, il refuse d’être sacrifié sur l’autel de l’incohérence. Il ouvrira ses portes le 4 janvier prochain !

Des délais de réouverture impossibles à tenir et des manquements de la part de l’État

Voici ce que ce dernier indique dans une tribune qu’il nous a adressé :

« Nos salles de sport ont subi le confinement de plein fouet, avec une perte d’environ 35% de nos adhérents. Nous sommes tous tombés de haut lors de la dernière allocution du Président Macron en apprenant les nouvelles mesures gouvernementales et le maintien de la fermeture des salles de sport jusqu’au 20 janvier 2021. On ne comprend pas, nous avons été des élèves modèles dans la mise en place d’un protocole sanitaire strict et ça a été très efficace puisqu’aucun cluster ni aucun foyer d’infection n’ont été détectés dans nos salles de sport. Sans ce mois de janvier, tout comme les magasins de jouets en décembre, notre année est fichue !

Aujourd’hui je suis en colère contre les manquements de la part de l’État et ses incohérences. Les aides sont insuffisantes : le PGE n’est intéressant que pour les entreprises installées depuis longtemps, l’aide à hauteur des 20% du chiffre d’affaires mensuel est totalement insuffisante. Pour mon cas personnel, j’ai plus de 25K€ de charges fixes et l’État me propose une aide à hauteur de 1500€, c’est intenable. Les assurances ne veulent pas prendre en charge les pertes d’exploitation, nous sommes seuls, isolés et selon moi beaucoup trop silencieux contrairement aux CHDR (cafés, hôtels, restaurants et discothèques). C’est pour toutes ces raisons que j’ai pris la décision d’ouvrir le 4 janvier 2021 quoiqu’il en coûte pour sauver mon entreprise et l’emploi de mes 10 salariés. Je n’hésiterais pas à amorcer un recours en justice si l’État interférait, car il n’a apporté aucunes preuves de la virulence du virus dans les salles de sport et il n’a pas respecté le principe de précaution. Le gouvernement a préféré fermer directement alors qu’il y avait matière à adapter l’activité. »

Et de poursuivre : « Le sport joue un rôle de vecteur d’intégration sociale et de cohésion nationale, en plus de son importance économique. Pour 17 % des Français1 , ne plus faire de sport est ce dont ils ont le plus souffert à cause du Covid-19. À l’heure où on nous parle de plus en plus d’une 3ème vague, celle de la dépression post covid, l’État ne nous donne pas les moyens d’améliorer les choses. La crise sanitaire a été un choc pour de nombreux français, nous pouvons à notre échelle, participer à combattre ses effets sur le moyen/long terme. Le fitness en France représente plus de 6 millions d’adhérents, soit 10% de la population, le sport et le dépassement de soi peuvent aider à lutter contre le stress et l’anxiété2 et il est temps de réagir ! »

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Argent de poche. En Bretagne, les parents donnent en moyenne 20 euros par mois à leurs enfants

Pixpay vient de dévoiler l’édition 2021 de son baromètre annuel « L’argent et les adolescents » réalisé par l’institut...

Inondations dans les enclaves serbes du Kosovo. Solidarité Kosovo lance un appel à l’aide

Début janvier, le Kosovo-Métochie a été le théâtre d’un évènement climatique d’une extrême violence dont vous n’avez peut-être pas...