Sortir de la confusion – Réinventer l’engagement. Le 90ème numéro de la revue Rébellion est sorti

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Le 90ème numéro de la revue Rébellion est sorti. Nous vous proposons ci-dessous de découvrir l’éditorial ainsi que le sommaire.

Sortir de la confusion – Réinventer l’engagement

La pratique contemporaine de redéfinir pour mieux brouiller le sens des mots touche particulièrement les milieux contestataires. Le sens du mot militant par exemple a beaucoup évolué. Hier encore associé à une idée quasiment sacrée, chevaleresque et idéaliste, il n’est devenu qu’une coquille vide. Il ne s’incarne désormais que très rarement, et les gens qui se disent « militants » ne sont souvent que des zappeurs sans constance, des profils psychologiques fragiles ou des cyber « militants ». Les quelques personnes qui cultivent encore la constance des anciens militants, se retrouvent bien seuls face à cette vaste scène « militante ». Ils font vivre l’idéal pour assurer un décor pour les poseurs et alimenter les bêtises des malins parasites qui jugent tout engagement inutile (eux-mêmes étant totalement inutiles et inféconds).

Le militantisme étant la forme structurée et coordonnée de l’engagement dans la pratique du XXème siècle, il est normal qu’il ne réponde plus aux enjeux du XXI siècle. On ne fait vivre un idéal qu’en l’incarnant et en lui donnant une orientation positive. Le militantisme était au centre de nos vies, mais il est devenu inutile dans le contexte actuel, comme un escalier d’honneur dans un château en ruines. Un changement radical de perspective s’impose pour sortir de la confusion qui nous touche.

D’abord misons sur la qualité. Travaillons uniquement avec des gens qui nous ressemblent et qui partagent notre goût sauvage pour la liberté. Nous n’avons pas besoin des clones ou d’esclaves de leurs lubies. Les personnes qui viennent à la politique par besoin de reconnaissance ou par envie de pouvoir finissent par repartir. Ce qui est une bonne chose, et nous ne devons pas les retenir. Nous voulons un collectif qui élève et permette de s’épanouir dans l’action. L’émulation dans la créativité, la solidarité réelle et la camaraderie authentique doit être le cœur de notre pratique.

La constance de Rébellion est le souci principal, quoi qu’il arrive, de maintenir notre faculté d’intervenir dans le réel. Nous voulons donner à notre communauté les moyens de dominer le chaos, de se réaliser individuellement et collectivement, loin des faux-semblants. Au moment où il faut douter le plus de la légitimité du système dominant, on ne doit plus douter de soi. On doit se construire de manière forte, stable et durable. Cela passe par la formation, la diffusion et l’action ! Faire émerger des individus de qualité est l’urgence révolutionnaire de notre temps.

Editorial : Sortir de la confusion – Réinventer l’engagement

Actualités : Le virus c’est le capital !

Haut-Karabagh, un destin arménien ( Maxence Smaniotto )

Dossier :

Les derniers des militants ( Dany Colin)

Militantisme d’internet : Le chemin sans issue des passions tristes ( Erwan Kohl)

les militants, idiots utiles du système ? ( Guillaume le Carbonel )

Troskysme un exemple de dégénérescence révolutionnaire ( Jean Monestier )

Ultras dans les stades : « Ce n’était pas mieux avant ! » ( Jean Ernice)

Culture :

Faut-il aimer l’art contemporain ? ( Holy Mane)

Le Christ contre l’avoir: entretien avec Camille Mordelynch

Hanns Heinz Ewers : Le maitre de l’épouvante  ( Michel Thibault)

Bobby Sand « Notre jour viendra ! » ( Jean Ernice)

Numéro disponible en ligne ( Rébellion c/o RSE BP 62124 31020 TOULOUSE cedex 02 France pour 5 euros port compris.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

Articles liés

Rebellion. Localisme, de l’empire technocratique à la création d’une nouvelle cité

Le 91ème numéro de la revue Rebellion vient de paraitre, avec pour thème central Localisme, de l'empire technocratique à la création d'une nouvelle cité....

Revue Rébellion. « Le Virus c’est le Capital ! »

Notre société est malade. Nous traversons une pandémie de peur sans précédent et cette angoisse est savamment entretenue par nos gouvernants. C'est le système...

« Seule la radicalité paye ». Rébellion n°89 vient de sortir

Le 89ème numéro de la revue révolutionnaire Rébellion vient de paraître. Au sommaire de ce numéro : Édito : Le poids des mots, le choc des...

Orientation politique de rentrée pour Rébellion et l’OSRE : Nouveau Jalon

La fracture s’étend. Les nerfs sont nus, exposés anarchiquement à l’air infecté. Répression puis endiguement idéologique des Actes des Gilets Jaunes, confinement forcé, déconfinement...