Nantes. Agressions de surveillants en série à l’EPM d’Orvault

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

La situation se tend à nouveau à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) d’Orvault , un établissement très coûteux qui n’a jamais pu remplir ses objectifs ni tourner à pleine charge – conçu pour 60 détenus, dès qu’il en accueille plus de 40, il devient une poudrière à ciel ouvert, avec même des émeutes en 2015. Généralement il défraie la chronique par l’âge de ses « mineurs » étrangers… jusqu’à 44 ans !

Le 11 décembre, c’est justement un « mineur » étranger qui aggresse violemment un surveillant. Comme le relate le communiqué de FO-Pénitentiaire,  «  après s’être déplacé 3 fois à la cellule de ce « Mineur Non accompagné » pour qu’il se rende à une consultation médicale [qu’il a refusé] notre collègue est allé le chercher pour aller au scolaire. [Le détenu] exige alors de se rendre au médical alors qu’il était informé de l’annulation de son rendez-vous suite à ses refus antérieurs.

Alors que notre collègue lui expliquait que cela n’était pas possible, il a alors jeté sa télécommande au sol. Puis ce détenu très néfastement connu sur l’établissement s’est approché de l’agent pour agresser le surveillant de l’unité. Après être parvenu à le repousser 3 fois dans un premier temps notre collègue a subi un violent coup de poing à la tempe. L’intervention des collègues présents a permis de mettre un terme à l’incident et de conduire l’agresseur au quartier disciplinaire ».

Le lendemain, c’est une surveillante qui se fait agresser par un détenu après que son colis de Noël a été rejeté par l’administration : « Face aux insultes incessantes de ce détenu notre collègue s’est rendue à sa cellule afin de lui expliquer la situation et les motivations du refus. Refusant tout dialogue, le mineur continuait de vociférer, insulter et menacer la surveillante. Se sentant dans la toute puissance il a alors violemment poussé notre collègue. L’arrivée de renforts sera nécessaire pour mettre un terme à cette agression et conduire le détenu en cellule disciplinaire », écrit encore FO-Pénitentiaire.

« Ces boules d’impatience et de sauvagerie que sont nos détenus ».

Le 15 décembre enfin, journée noire. Deux surveillants sont blessés par un détenu qui se rebelle sans raison apparente : « le détenu a commencé à être particulièrement impoli et incorrect. Un agent présent lui demande alors d’être davantage respectueux. Le détenu a alors commencé à insulter l’agent, et alors qu’il regagnait sa cellule ce détenu a alors tenté à de multiples reprises de frapper notre collègue avec ses poings et ses pieds.En voulant s’interposer la surveillante d’unité a été blessée à la machoire et à l’épaule et en tentant de maîtriser le « sauvageon » nos collègues subiront les coups du détenu. L’un de nos collègues souffrent des côtes ».

Le même jour, un autre détenu mineur en train de se rebeller a tenté de cracher sur les surveillants et de leur porter des coups. Deux autres enfin ont tenté de se suicider et ont été secourus.

L’UFAP Pénitentiaire, autre syndicat de l’administration pénitentiaire, s’inquiète aussi de la situation dans un communiqué qui donne quelques éléments d’explication : « Nous ne pouvons également que dénoncer l’abandon de poste de la hiérarchie de la PJJ et de son pôle activité. En cette période de confinement, et a la veille des vacances de Noël, la PJJ n’a prévu aucune activité hormis du code le matin pour quelques privilégiés et de la découverte des métiers l’après-midi. A charge pour les surveillants d’unité de calmer et de contenir ces boules d’impatience et de sauvagerie que sont nos détenus ».

Autrement dit, faute d’activités et de pouvoir faire la fête, les détenus se défoulent sur les surveillants. Pour l’ordre et la discipline en détention, ça sent le sapin tandis que la hiérarchie a les boules.

Louis Moulin

Photo d’illustration :DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Une Justice politique » – État de droit et coup d’État judiciaire

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et sentiments  Régis de Castelnau, qui a été avocat du...

Claudine Glot. Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte

Claudine Glot - Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte https://www.youtube.com/watch?v=Fjbnz3H9jz0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...
- Publicité -