ONG et personnalités appellent Joe Biden et Emmanuel Macron à mettre fin aux sanctions qui affament les civils syriens

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Plus de 90 personnalités du monde entier ont appelé aujourd’hui le président américain Joe Biden, le président français Emmanuel Macron et d’autres dirigeants occidentaux à lever les sanctions économiques qui nuisent gravement à la population civile syrienne, comme l’a demandé la rapporteur spéciale des Nations unies sur l’impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme, le professeur Alena Douhan.

Cette dernière, dans une déclaration publiée le 29 décembre 2020, a affirmé que les mesures économiques coercitives unilatérales des États-Unis « violent les droits de l’homme du peuple syrien ». La situation humanitaire déjà désastreuse en Syrie, a-t-elle dit, s’est aggravée en conséquence, notamment à la suite de la pandémie du Covid-19. L’aide, le commerce et les investissements nécessaires au fonctionnement du système de santé et de l’économie syrienne seraient bloqués.

Au bord de la famine  

Les signataires de la lettre ouverte (voir ici la liste et la lettre), dont Charles de Meyer et Benjamin Blanchard, président et directeur général de SOS Chrétiens d’Orient (ONG présente depuis 2013 en Syrie, est en première ligne depuis le début de la crise pour secourir les populations civiles syriennes) – ont déclaré que « cette forme de punition collective des civils pousse la Syrie vers une catastrophe humanitaire sans précédent ». Parmi les signataires figurent des parlementaires, des militants des droits de l’homme, des dirigeants chrétiens, notamment syriens, des travailleurs humanitaires, ainsi que d’anciens diplomates et soldats. Il y a dix ans, avant la guerre et les sanctions économiques, la Syrie était le seul pays du Moyen-Orient qui était autosuffisant en termes de production alimentaire. Le Programme alimentaire mondial des Nations unies affirme aujourd’hui que la Syrie est au bord d’une famine massive.  

Bien que les combats armés aient cessé dans la plus grande partie du pays, les États-Unis et leurs alliés ont renforcé les sanctions contre la Syrie au cours de l’année dernière, ce qui a fait chuter la monnaie du pays et plongé des millions de Syriens dans la pauvreté. Des sanctions globales contre le secteur économique ont été imposées en 2011 comme outil de changement de régime. Les sanctions imposées à la Syrie rendent difficile l’importation de médicaments et de matériel médical nécessaires pour lutter contre la pandémie et d’autres maladies comme le cancer, l’insuffisance rénale et la schizophrénie.

Les punitions collectives frappent durement les plus vulnérables  

La lettre ouverte appelle le nouveau président américain à « aider les Syriens à atténuer une crise humanitaire qui menace de déclencher une nouvelle vague d’instabilité au Moyen-Orient et au-delà en appliquant la recommandation de la rapporteur spéciale des Nations unies ». Elle se termine par une déclaration : « Nous pensons que les intérêts nationaux légitimes des États-Unis peuvent être poursuivis sans punir collectivement le peuple syrien par des sanctions économiques. »

Des appels similaires sont envoyés aujourd’hui par les signataires de cette lettre et d’autres personnes aux gouvernements d’autres États, dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suisse. Tous ces États se sont joints à la campagne de sanctions menée par les États-Unis contre la Syrie, même si elle n’est pas autorisée par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Crédit photo : wikipedia (ccà
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’affaire Patrick Buisson. Sommes-nous devenus des néoconservateurs américains à passeport français ?

Ci-dessous retrouvez un excellent papier de François Bousquet pour le site Eléments, au sujet de la dernière sortie de...

Carhaix (29). Une formation longue distance au Breton, de septembre 2021 à mars 2022

Pour ceux qui sont au chômage, ou qui disposent de temps devant eux (ou qui veulent se reconvertir), c'est...

Articles liés

Ex-Otage en Irak, engagé au service des Chrétiens d’Orient en Syrie, Alexandre Goodary témoigne

Guerrier de la paix. Tel est le nom du livre (Editions du Rocher) témoignage, poignant, d'Alexandre Goodarzy, humanitaire chrétien engagé pendant plusieurs années au...

Dix ans se sont écoulés depuis le début de l’opération ratée de changement de régime en Syrie

La coalition initiale contre la Syrie s'est effondrée, la Turquie étant frustrée par le soutien constant des États-Unis aux Kurdes et les Arabes se...

Syrie : « Bachar el-Assad est un héros pour le monde arabe, musulman et même le tiers-monde »

Entretien du 15/03/2021 avec le politologue et islamologue Bassam Tahhan. Il était invité à s’exprimer à l’occasion des 10 ans du conflit syrien. Il...

Les États-Unis vont-ils accroître la violence en Syrie en réponse à l’attaque en Irak ?

À Washington, les plans militaires pour le Moyen-Orient ne sont pas clairs. Le discours agressif de M. Biden est resté le même depuis sa...