An EPCI Pays Basque a gas lizhiri en euskareg hag okitaneg

A LA UNE

Setu amañ al lizher bet resevet nevez zo gant tud an Ipparalde, da lavaret eo tud o chom er 158 kumun az a d’ober an EPCI Euskadi, ar CAPB (kumuniezh tolpad-gêrioù Bro-Euskadi). Divyezhek euskareg-okitaneg gaskon eo al lizher-mañ (mui ar galleg en tu gin, anat). Keal zo da servij an dour ha d’ar yac’husaat stroll enni. Savet e 2017, an EPCI-se en deus lakaet ofisiel an div yezh istorel a vez komzet er vro ouzhpenn d’ar galleg : an okitaneg gaskon en arvor dreist-holl hag an euskareg e peurrest eus ar vro.

Ober a ra an EPCI gant an div yezh evit kas titouroù da euskariz, ouzhpenn d’ar galleg evel just. Evit poent, n’eo ket par an teir yezh avat. Ar galleg a vez lakaet muioc’h war-wel ha neuze an euskareg. An okitaneg a zo pell war-lerc’h. N’eo ket bet troet lec’hienn internet an ensavadur en okitaneg da skouer tra ma’z eo bet graet en euskareg. Strivoù a vez graet gant an EPCI evit reiñ muioc’h a blas d’an div yezh, memestra.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lorient. Un migrant tunisien s’échappe alors qu’il devait être expulsé…il ne sera pas expulsé !

Une nouvelle histoire qui témoigne de la capitulation de la République française sur la question de l'immigration - et...

Présidentielle 2022. Emmanuel Macron donné en tête devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse

Dans un peu moins de 3 mois, si le gouvernement actuel ne fausse pas les règles du jeu, la...

4 Commentaires

  1. C’est avec le plus grand plaisir [plijadur vras a zo ganin] que je lis ici une langue directement issue de celle de nos ancêtres Celtes et / ou Gaulois, ar Brezhoneg, et aussi une autre qui est la continuation de langues plus anciennes encore, an euskareg, et aussi une autre langue de grande culture an okitaneg gaskon.
    Car en effet bien que je sois italien (du nord de l’Italie d’où je fais ce commentaire) mes lointains ancêtres étaient aussi des Gaulois (cisalpins ceux-ci) qui parlais des langues plus proches du ‘’Brezhoneg a vremañ’’ (Breton actuel) que de l’Italien ou du Français alors que plus au sud les Ligures et les Étrusques parlaient des langues (aujourd’hui ‘’remplacées ») proches de celle des Basques.
    Quant à l’Occitan il est encore utilisé aujourd’hui (avec des variantes dialectales locales) dans de nombreuses vallées du Piémont (avec aussi des variantes de ‘’Paouè Savoyard’’ plus au nord et en Val d’Aoste).
    Ober a ran gwellañ gourc’hemennoù deoc’h evit ho yezhoù hag ho sevenadurioù!
    [Je vous félicite pour vos langues et vos cultures!]

    Skrivet Goude [Postcriptum] : ‘’Aes tre da zeskin eo ar Brezhoneg!’’ (La langue bretonne est très facile à apprendre !) … Il ne m’a personnellement fallut que quelques mois pour pouvoir comprendre une conversation en Breton standard.

  2. Merci de mettre une traduction, sinon ça fait séparatiste ce qui n’est pas votre ligne éditoriale qui se veut patriote dans le respect des régionalismes. Là vous excluez une partie de votre lectorat.

    • Il semblerait, si vous lisez fréquemment notre journal, qu’une majorité d’articles soient rédigés en Français. Donc non, il n y a pas de traduction pour cet article, comme pour le reste des articles en langue bretonne, qui illustrent aussi la diversité de la rédaction, et de notre lectorat qui en réclamait davantage.
      Notre ligne éditoriale est, par ailleurs, indiquée dans la partie qui sommes nous du site : « une ligne éditoriale identitaire. Ancré en Bretagne, Breizh-info est un média généraliste proposant une actualité locale, régionale, nationale et internationale ».
      Cdlmt.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés