Dix ans de chaos en Libye, par Bernard Lugan

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Le 134ème numéro de la revue l’Afrique réelle vient de sortir, avec un retour notamment sur les dix ans de chaos en Libye depuis la guerre menée par la France notamment.

Numéro spécial : La Libye dix ans plus tard

– La Libye du colonel Kadhafi
– La situation actuelle
– La réalité tribale
– Les singularités du Fezzan
Histoire :
Des Grecs au roi Idriss, trois millénaires d’histoire
Dossier : Turquie et Libye, cinq siècles d’histoire commune
– Le pachalik de Tripoli (1560-1911)
– La confrontation Turquie-Italie en Libye (1911-1917)
– Les dessous du grand retour de la Turquie

Il y a dix ans, au mois de février 2011, éclatait la guerre civile de Libye. Le 10 mars Nicolas Sarkozy s’immisça dans ce conflit interne en reconnaissant une délégation de rebelles comme représentant la légalité libyenne !!!
La France entra ensuite dans un conflit dans lequel ses intérêts n’étaient aucunement en jeu. Le 19 mars, elle obtint de l’ONU l’autorisation d’emploi de l’aviation afin de « protéger les civils », en réalité, les milices islamistes de Cyrénaïque et les Frères musulmans de Misrata…

Le but officiel de la guerre décidée par Nicolas Sarkozy était l’établissement d’un État de droit. Son résultat fut que les structures étatiques libyennes disparurent, cédant la place à des affrontements de milices islamo-mafieuses. Quant au vide libyen, il eut des conséquences sur toute la zone tchado-nigériane et sur une partie de la BSS [bande sahélo-saharienne, NDLR]. Sans parler de la création d’une pompe aspirante migratoire.
Cette intervention fit éclater les alliances tribales sur lesquelles reposait la stabilité politique de la Libye. Le régime du colonel Kadhafi avait en effet réussi à faire cohabiter centre et périphérie, en articulant les pouvoirs et la rente des hydrocarbures sur les réalités locales.

Politiquement, la Libye se caractérise en effet par la faiblesse du pouvoir central par rapport aux permanences tribales. Véritables « fendeurs d’horizons », les tribus les plus fortes contrôlent ces couloirs de nomadisation reliant la Méditerranée à la région tchadienne à travers lesquels se font les trafics d’aujourd’hui (drogue et migrants) et s’ancrent les solidarités jihadistes.
Faute d’avoir pris en compte ces données, ceux qui, au nom de l’illusion démocratique, déclenchèrent la calamiteuse intervention de 2011, sont les responsables de l’actuel chaos. En effet, les deux clés de la vie politique libyenne sont le tribalisme et le fédéralisme.

1) La Libye est naturellement multi centrée et le renversement du colonel Kadhafi a amplifié cette réalité en donnant naissance à de multiples lieux de pouvoir indépendants et à des rivalités de légitimités nées de la guerre. Stabiliser la Libye ne peut donc se faire qu’en prenant en compte son archéologie tribale. L’échec de l’État islamique aurait pourtant pu servir de leçon. Ce fut en effet la définition tribale du pays qui fut l’obstacle au califat universel prôné par l’EI, les fortes identités tribales ayant rendu impossible la greffe d’un mouvement composé majoritairement d’étrangers. Comment donc prétendre vouloir mettre un terme au conflit actuel quand les tribus, pourtant les seules vraies forces politiques du pays sont écartées des négociations ?

2) La Libye n’a pas de centre unificateur. Les trois provinces la composant n’ont aucun point de soudure et sont séparées par une masse saharienne vide à 95 %, alors que plus de 80 % de la population est concentrée sur une étroite bande côtière.

La solution passe donc par deux impératifs : 1) La reconstitution des alliances tribales forgées par le colonel Kadhafi. 2) Un vrai fédéralisme, car la Cyrénaïque n’acceptera jamais la fiction d’un État libyen dominé par la Tripolitaine… et vice-versa.

Bernard Lugan

Pour vous abonner, c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Carhaix (29). Une formation longue distance au Breton, de septembre 2021 à mars 2022

Pour ceux qui sont au chômage, ou qui disposent de temps devant eux (ou qui veulent se reconvertir), c'est...

Les services secrets allemands accentuent leur pression sur les patriotes.

L’Allemagne est une République fédérale constituée de seize États. Chacun de ceux-ci dispose d’un Office de protection de la...

Articles liés

Eric Zemmour : « Nicolas Sarkozy avait promis le Kärcher on a eu Kouchner »

Eric Zemmour : « Nicolas Sarkozy avait promis le Kärcher on a eu Kouchner » Face à l'info du 1er mars 2021. https://www.youtube.com/watch?v=HjLIyy9xCEk Crédit photo : DR  Breizh-info.com,...

Immigration. Après SOS Méditerranée, Open Arms débarque une centaine de migrants en Sicile [Vidéo]

Après SOS Méditerranée, c'est cette fois au tour de l'Open Arms, navire affrété par l'ONG éponyme, de débarquer près de 150 migrants en Sicile....

Libye. Dix ans après la chute de Kadhafi, «le bilan est très négatif sur tous les plans»

Entretien avec Riadh Siadoui, directeur du Caraps. Dix ans après la chute de Kadhafi, les Libyens espèrent toujours la paix. La déstabilisation subséquente à...

Le Maghreb dix ans après les printemps arabes

Kader Abderrahim, professeur à Science Po et directeur de recherche de la lettre stratégique La Vigie et Frédéric Pichon, docteur en histoire, membre du...