Daniel Cueff (Bretagne, ma vie) : « Il faut un plan Marshall des langues bretonnes » [Interview]

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

Daniel Cueff, ancien maire de Langouët (35) connu notamment pour son combat contre les pesticides dans sa commune, et ancien conseiller régional a officiellement dévoilé, fin janvier à Roscoff, le nom de sa liste aux prochaines élections régionales : « Bretagne, ma vie ».

Une liste qui s’est fondée à travers un nouveau manifeste publié par Daniel Cueff et son équipe, dont les noms n’ont pas encore été totalement dévoilés : « Vers un nouveau récit fondateur pour la Bretagne »

Voici ce qu’indique Daniel Cueff en introduction de ce manifeste :

Maire honoraire de Langouet, village réputé très actif dans l’écologie sociale, je me suis toujours intéressé à la manière de faire avancer l’écologie pour tous. J’ai acquis la conviction que nous devions chercher des chemins nouveaux pour que la nécessaire transition écologique soit l’affaire de tous et pour tous.

J’ai pu revisiter le chemin pris, après la guerre, par le CELIB (comité d’étude et de liaison des intérêts bretons). La Bretagne était alors très pauvre et l’agriculture en grande précarité, l’exode rural terrible.

Des hommes et de femmes ont alors décidé de mettre leurs compétences et savoirs faire en commun pour sortir la Bretagne de ses difficultés. Il y avait là des gaullistes, des indépendantistes, des communistes, des démocrates-chrétiens, des socialistes, des ouvriers, des paysans, des marins, des patrons, des universitaires, etc., tous unis autour d’une même cause : apporter des réponses à la Bretagne en difficulté.

Cette union singulière a abouti à de belles réussites dans les années 1960 – 1970, comme le plan routier breton, PSA, Lannion, la Brittany Ferries, l’agriculture et l’agroalimentaire. Et elle a façonné, pour les 50 années écoulées depuis, une Bretagne moderne, conquérante, prospère. Une Bretagne qui est confrontée aujourd’hui à de nouveaux défis de grande ampleur.

Ne pourrions-nous pas reprendre à notre compte ce moment historique, retrouver l’esprit du CELIB pour affronter, au-delà de nos sensibilités légitimes, la nouvelle donne climatique qui s’impose à notre économie et à nos territoires ? Déjà, elle change aujourd’hui, et elle va changer profondément demain, la vie des Bretonnes et des Bretons.

Après la publication de la tribune je signe Bretagne qui, sans promotion particulière, a vite réuni plus de 900 signatures, nous avons collectivement pris conscience que le chemin était non seulement possible mais souhaité.

D’où la liste que nous avons constituée pour gagner les élections régionales et que j’ai l’honneur de conduire. Cette liste rassemble des femmes et des hommes qui ont accepté de « se retrousser les manches » pour, autour des nouveaux challenges pour la Bretagne, mener une action publique concrète, pour tous et avec tous. Elle présente, de fait, des différences essentielles au regard de l’offre politique conventionnelle.

Pour discuter de cette candidature aux élections régionales, nous avons interrogé Daniel Cueff, lors d’un long entretien audio à découvrir ci-dessous.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Crise de la vache folle : 30 ans après, un éleveur se souvient

L'ESB encéphalopathie spongiforme bovine aussi connue sous le nom de maladie de la vache folle fait son apparition pour...

Environnement. Pas loin de 20% des espèces de la faune et flore sauvages sont menacées en France

A ce jour en France, 2 430 espèces sont menacées et 187 ont disparu ou sont éteintes selon un...
- Publicité -

5 Commentaires

      • Petit-fils de paysan, je comprends le désarroi des agriculteurs. Leurs doléances sont éminemment respectables et il est parfaitement injuste de leur faire supporter seuls les transformations nécessaires en direction d’une agriculture plus compatible avec la santé des êtres humains. Il est scandaleux que beaucoup ne puissent pas vivre décemment de leur travail. Mais enfin, quand on a vu un enfant mourir de leucémie, quand tout autour de soi on ne compte plus le nombre de cancers, quand on les voit se multiplier d’une façon effrayante, on se dit qu’il faudrait peut-être se poser des questions de fond
        Est-ce qu’on peut continuer impunément à violenter la nature ?
        Est-ce qu’on peut appeler progrès ce qui accroît les rendements mais, en même temps inflige des souffrances indicibles à des millions de gens ?
        Ne peut-on pas trouver des solutions plus raisonnables qui permettent de nourrir les gens sans les empoisonner tout en permettant à ceux qui les nourrissent de vivre correctement du fruit de leur travail ?

        La rapidité avec laquelle on a mis au point des vaccins contre la pandémie actuelle montre que, si « on y met le paquet », on peut y arriver !

  1. Comme il est rafraîchissant d’entendre un homme comme Daniel Cueff, le chef de file de « Bretagne, ma vie » ! Son bon sens, son pragmatisme, sa sincérité évidente sont à mille lieues du discours des politiques conventionnels incurablement pollué par l’idéologie, de droite ou de gauche, à laquelle ils ont fait allégeance une fois pour toutes. J’y retrouve le souffle qui a animé le CELIB, il y a une quarantaine d’années, années qui furent si bénéfiques pour la Bretagne.

    Et il n’y a pas eu que des Bretons pour admirer l’oeuvre du CELIB ! Dans un livre remarquable de mon vieil ami Yves Lainé, « l’Ambition bretonne d’un Nantais », on trouve dans les pages liminaires le paragraphe suivant :

     » Lorsque, le 31 janvier 1969, le président Charles de Gaulle eut déclaré que : »Ce qui a été fait en Bretagne avec le CELIB, c’est ce qu’il faut faire pour toute la France », nombreux furent ceux, ici, qui eurent le sentiment d’avoir été compris…

    « Aussi, les transitions Pompidou et Giscard, à beaucoup d’égards, malgré des progrès économiques certains, n’en furent que plus amères au niveau de la pensée et des principes défendus. »

    Yves Lainé est bien mesuré et bien indulgent vis-à-vis des successeurs immédiats du « Grand Charles », dont on peut ne pas être un admirateur inconditionnel, mais qui avait incontestablement une autre stature.

    Daniel Cueff ne joue pas à être un  » de Gaulle breton ». C’est simplement un Breton qui visiblement aime son pays qui est « sa vie », comme il dit, et qui veut mettre sa solide expérience, sa connaissance du terrain, sa finesse aussi, à son service.

    Les personnages qui sont faits de ce bois-là ne courent pas les rues. Souhaitons qu’une grande majorité de Bretons lui apportent leurs suffrages. L’Histoire ne repasse pas toujours les plats !

    Marcel Texier, auteur de  » La Bretagne n’a pas dit son dernier mot »(Yorann Embanner).

  2. On attend rien de Mr Daniel Cueff . N’est pas Mr Alexis Gourvennec qui veut ,un homme qui a mis sa vision d’entrepreneur pour appuyer le désenclavement de la Bretagne . Qu’a fait Mr Daniel Cueff pour la Bretagne jusqu’ici. Rien !
    C’est dans l’air du temps l’écologie ,a part celà ,rien de nouveau. L’heure de la retraite est arrivée pour ce Mr Langouet ainsi qu’à d’autres personnes , anciens députés socialiste ,recyclés écologie, Bretagne ma vie sur sa liste .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici