États-Unis. Après avoir annoncé sa suppression : la ville de Minneapolis augmente finalement le budget de sa police face à la criminalité

A LA UNE

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

Loin des annonces tapageuses du printemps 2020 suite au décès de George Floyd, la ville étasunienne de Minneapolis n’a finalement pas démantelé sa police. Et a même décidé d’augmenter la dotation budgétaire de cette dernière face à une criminalité en hausse. Le retour du réel en somme !

Minneapolis : d’un démantèlement de la police annoncé…

C’était au printemps 2020. Aux États-Unis, la ville de Minneapolis se retrouvait sous les feux de l’actualité avec le décès de George Floyd le 25 mai, un Afro-américain de 46 ans dont l’arrestation qui tournera mal donnera lieu par la suite aux manifestations Black Lives Matter qui se dérouleront aux USA mais aussi dans de nombreuses villes européennes.

En France, la manifestation organisée le 2 juin 2020 par la famille d’Adama Traoré reprendra alors allègrement les thèmes de ce mouvement Black Lives Matter ayant débuté outre-Atlantique.

À Minneapolis, le conseil municipal annoncera durant ce même mois de juin son intention de « démanteler » sa police dans l’optique de « reconstruire un nouveau modèle de sécurité publique ». Une façon de complaire aux manifestants (qui comprenaient dans les rangs de nombreux militants de l’extrême gauche américaine), ceux-ci ayant multiplié les appels à « couper les fonds à la police » (« Defund the police ») lors des divers rassemblements.

Finalement, lors du vote du budget 2021 dans la nuit du 9 au 10 décembre dernier, le conseil municipal de Minneapolis ne démantèlera pas sa police et se contentera d’adopter un texte prévoyant de transférer 7,77 millions de dollars depuis l’enveloppe de 179 millions réservée aux forces de l’ordre, soit moins de 5%, vers des mesures visant à «prévenir la violence et développer le bien-être de la communauté », rapportera alors CNN.

…à un renfort des effectifs demandés par des citoyens

Le maire de la ville Jacob Frey avait même menacé de mettre son veto au budget proposé si les effectifs de la police étaient réduits. La réalité de l’insécurité locale ayant largement nuancé les déclarations d’intention des jours succédant le décès de George Floyd…

En effet, durant l’automne 2020, Le Figaro précisait que Minneapolis avait enregistré fin octobre une recrudescence de fusillades et d’homicides. La ville totalisait alors 65 morts en l’espace de 10 mois, contre 49 pour l’ensemble de 2019.

Dernière évolution en date, l’agence Associated Press a rapporté le 14 février dernier qu’à Minneapolis, « le conseil municipal a approuvé à l’unanimité le financement supplémentaire demandé par la police à hauteur de 6,4 millions de dollars. » Une décision qui correspond également à une attente populaire puisque « des habitants ont demandé à la ville d’embaucher davantage de policiers, en arguant de leur temps de réponse et de l’accroissement des crimes violents. »

Loin des utopies et de la démagogie des manifestants Black Lives Matter souhaitant le démantèlement des forces de l’ordre, le chef de la police de Minneapolis avait même réclamé davantage de moyens pour affronter la criminalité grandissante.

Crédit photo : Flickr (CC BY-NC-SA 2.0/Chad Davis) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Crêperie Le Vieux Quimper, une valeur sûre du Bouffay

« Quand je vois ce que je livre, je sais que c'est bon ». C'est aiguillé par un livreur de légumes...

Muntr Wilhem Houssin : an deorienn hag ar realder

Wilhem Houssin a zo bet peurlazhet disadorn dremenet. Bazailhet eo bet e kreiz kêr e Sant-Jakez al Lannoù, da...

Articles liés

Nantes : la police sévit contre les rodéos et les voleurs de colliers

Ce 9 juillet vers 1h30, trois individus ont agressé deux jeunes et arraché un collier que l'un d'eux portait. Intervenue rapidement, la police arrive...

« Reste debout ! ». Le Blocco Studentesco modifie une fresque pro-Black Lives Matter avant Belgique-Italie

« Reste debout ». C'est ainsi que le Blocco Studentesco, syndicat étudiant italien proche de Casapound, répond à l'artiste de rue Harry Greb qui, avec...

Réglements de comptes à Nantes : un mineur enlevé à la Chapelle sur Erdre

Le 18 juin dernier, un mineur âgé de 17 ans a été enlevé vers 19 heures par quatre jeunes hommes, à la Chapelle sur...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement jeunes,  avec une surreprésentation des...