L’embrouille entre deux Gitanes se termine au pistolet-mitrailleur 22 LR

A LA UNE

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière...

Éric Roussel : « François Mitterrand n’a jamais renié ses engagements passés » [Interview]

« François Mitterrand, de l'intime au politique » sortira en version poche, dans la collection Tempus (Perrin) ce 22...

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Le 18 février vers 17h30, une violente fusillade a éclaté dans un camp de gens du voyage à Boire-Courant, dans le Val près de Saint-Julien de Concelles. A la suite de celle-ci, trois hommes âgés de 26 à 63 ans ont été interpellés quelques heures après les faits.

A la base, un différend entre deux femmes issues de la communauté, dans un centre commercial de l’agglomération nantaise, qui s’insultent mutuellement. Quelques heures après, deux véhicules, une Renault Captur et une Opel Noire, font irruption dans le camp de Boire-Courant et un tireur, depuis un de ses véhicules, arrose les caravanes au pistolet-mitrailleur 22 LR.

Une femme de 35 ans est atteinte au bras, elle venait de reposer son bébé ; une vitre d’un véhicule explose, juste à côté du conducteur qui s’est couché quand il a entendu les tirs. Depuis les caravanes, deux armes tirent et visent les voitures. Le pistolet-mitrailleur est abandonné sur place. Clap final.

Dans le camp, les gendarmes ont saisi un pistolet 44 Magnum ; trois interpellations ont eu lieu, vers 22 h le soir même, à l’hôpital pour un second suspect, blessé lors de l’échange de tirs, et le matin du vendredi 19 février. Il y a là selon le parquet deux assaillants et un des membres du campement de Boire-Courant.

Le 6 juin 2015, une fusillade avait déjà opposé deux familles de gens du voyage en conflit – l’une d’elles vivait sur un terrain privatif, l’autre sur l’aire d’accueil communale, toutes deux sédentarisées à Saint-Julien de Concelles. Ces tirs avaient été échangés suite à une bagarre dans un garage auto de la Chapelle Basse-Mer ; à l’époque, les gendarmes avaient confisqué deux fusils de calibre 12 et interpellé quatre personnes sur l’aire d’accueil communale.

Le capitaine François Schreiner de la compagnie de la gendarmerie de Rezé précisait alors dans nos colonnes  que les forces de l’ordre étaient intervenues à plusieurs reprises pour calmer les tensions entre la dizaine de familles sédentarisées sur le territoire de la commune « surtout avec cette famille là, qui a la réputation de ne pas être très malléable, et qui entretient des relations exécrables avec plusieurs autres familles de gens du voyage, pas seulement ceux qu’ils ont accueilli à coups de fusil ».

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Santé. Une étude révèle l’existence de plus de 500 gènes communs à l’anxiété et à la dépression

De nouveaux travaux scientifiques viennent de permettre l'identification de plus de 500 gènes qui influencent à la fois la...

Technologies. Les hologrammes, un outil banalisé d’ici 2030 ? [Vidéo]

La généralisation des hologrammes pourrait être la révolution technologique de la décennie à venir dans notre société. Si leur...

1 COMMENTAIRE

  1. On sent un grand vent de liberté qui souffle sur cette partie Ouest de l’espace Schengen, espace de business, mais pas que.

    Emmanuel Macron qui constitue la NG68 (Nouvelle Génération de 68) interdit de plus en plus l’interdiction de quoique ce soit.

    Nonobstant, on est de plus en plus content de rester confiné car cela sauve des vies.

    Et pas seulement par rapport au/à la Covid. En effet, la plupart des murs arrêtent les balles.

    Emmanuel Macron, merci.

Il n'est plus possible de commenter cet article.