Immobilier. La Bretagne très prisée !

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Les bouleversements des derniers mois, notamment les différents confinements et le boum du télétravail ont poussé les français à repenser en profondeur leurs choix de vie et notamment la région où ils décident de vivre.

Avant la crise sanitaire, habiter près de son travail était le plus souvent une nécessité et contraignait les français qui travaillent dans les grandes métropoles françaises à se loger dans un rayon raisonnable autour de leur lieu de travail.

Mais les événements des derniers mois ont profondément modifié les modes de travail. Nombre de salariés de bureau se sont retrouvés alternativement confinés à leur domicile (souvent un appartement privé de jardin) ou en télétravail pour une durée indéterminée.

Le télétravail a connu une accélération sans précédent bouleversant les entreprises comme les salariés. Avec cette possibilité de travailler durablement depuis son domicile, nombre de français et notamment les franciliens se décident à changer de lieu de vie.

Naturellement, la crise sanitaire nous amène à réfléchir à nos choix de vie et il est clair qu’une grande partie des français sont en quête d’une vie plus calme, de grands espaces, de paysages réconfortants. Les français veulent fuir les agglomérations urbaines et parmi les régions les plus prisées, la Bretagne arrive en tête !

Par ailleurs, la Bretagne étant la région la plus épargnée de France par la crise du coronavirus, son attractivité est encore plus forte. L’Institut Pasteur a révélé qu’environ 10% de la population française a été infectée par la Covid-19, alors que moins de 4% des Bretons l’ont été. Il s’agit du taux le plus faible du pays et le Finistère se démarque nettement.

L’immobilier en Bretagne en forte tension

Alors que certains décident de déménager leur résidence principale en Bretagne, d’autres en revanche achètent une maison ou un appartement secondaire en Bretagne afin d’y séjourner lorsqu’ils sont en télétravail ou en confinement. De nombreuses grandes entreprises imposent désormais 2 ou 3 jours de télétravail par semaine afin de limiter le flux de salariés dans les bureaux.

Dans chacune des trois régions de l’Ouest de la France, la tendance générale en immobilier démontre que les prix des appartements ont nettement augmenté alors que les maisons ont elles aussi subi une hausse bien que moins importante.

Ce nouvel attrait pour la Bretagne fait littéralement exploser le marché de l’immobilier. Les agences immobilières constatent chaque jour le phénomène avec des acquéreurs prêts à acheter sans visiter.

Cet engouement peut également s’expliquer par des taux de crédit immobilier toujours incroyablement bas. Les banques affichent des objectifs commerciaux ambitieux pour 2021 et cherchent activement à développer leur portefeuille de clientèle. Pour attirer de nouveaux clients qui cherchent à faire un crédit, elles baissent drastiquement les tarifs de leurs prêts immobiliers. On emprunte aujourd’hui en moyenne à 0.95% pour un crédit de 15 ans.

Avec de tels taux et les bouleversements de la crise sanitaire, le marché de l’immobilier breton risque bien de flamber encore dans les prochains mois.

Cet article n’a pas été rédigé par la rédaction de Breizh-info.com

 

 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

Articles liés

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous auprès de son secrétariat. Et...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et barre de fer par plusieurs...

Steven Spurrier, Pio Boffa, Laurent Vaillé : le vin perd 3 grands serviteurs

Funeste série. Le monde du vin déplore la disparition de trois figures majeures, ayant eu dans leur domaine respectif ou au sein de leur...

Vélo électrique : tout ce que vous devez savoir avant d’en acquérir un

Presque devenu un phénomène de société en l'espace de quelques mois, le vélo électrique est désormais omniprésent sur les routes et chemins. S'il présente...