Rennes. Jeune fille de 15 ans victime d’un rite musulman : un imam et des Mahorais devant la justice

A LA UNE

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un livre sur les trois épurations dans l’armée française entre 1940 et 1966 [Interview]

André Bourachot et Henri Ortholan sont deux officiers de l’armée de terre, un général en 2ème section et un...

Un rite musulman qui tourne mal à Rennes : c’est une affaire plutôt « exotique » qui a été jugée le 16 mars. Les mœurs bretonnes changent…

Des prévenus originaires de Mayotte voulant soigner grâce au Coran

Le tribunal de Rennes va peut-être devoir s’habituer à juger des affaires d’un genre nouveau avec l’arrivée de populations d’origine extra-européenne en Bretagne. Mais remontons tout d’abord six ans en arrière. Une adolescente alors âgée de 15 ans et présentant, selon sa mère, un profil psychologique fragile a été confiée à un drôle de quintet par cette dernière.

Ici, pas question pour la mère de faire appel aux pouvoirs magiques de vieux druides bretons mais de s’en remettre à une pratique dénommée « roqya », qui n’est autre qu’un rite musulman consistant, dans les grandes lignes, à tenter de soigner le « patient » par la récitation de versets du Coran.

L’adolescente se verra alors dispensée deux séances de « roqya » par cinq individus entre la fin du mois de janvier et le début du mois de février 2015 à Rennes dans l’espoir de voir son mal disparaître. La réalité va être beaucoup plus sordide.

Lors de la première séance, les prétendus « guérisseurs » vont appliquer plusieurs ventouses et des pots de yaourt en verre emplis de papiers enflammés sur des zones incisées de façon superficielle sur le corps de la jeune fille. Laquelle était par ailleurs maintenue par les pieds et les mains par deux hommes pendant que les femmes appliquaient les ventouses. La suite du protocole n’est pas de tout repos non plus : l’un des hommes aurait asséné à l’adolescente vingt coups avec le tranchant de la main. Par la suite, le prévenu cnofiera à la justice qu’il s’agissait de « gestes doux pour chasser le djinn », désignant le « mauvais génie » ou encore les « esprits malins » dans le Coran.

Un imam présent pour la deuxième séance

La deuxième séance se déroule en présence d’un imam, qui rasera une partie des cheveux de la victime afin d’y placer une ventouse. Quant aux cris de l’adolescente durant les deux séances, les prévenus y verront pour leur part « les mauvais esprits quittant son corps ». Au moment des faits, la jeune fille de 15 ans avait cependant donné son accord pour ce rite musulman, acceptant ces deux séances « pour le bien de [sa] famille », tout en ne « pensant pas que ça allait être douloureux. »

Suite à ce rite, après un signalement auprès des services sociaux, la brigade des mineurs s’est penchée sur le cas de cette jeune fille, brûlée en plusieurs endroits. Les cinq individus furent mis en examen pour « violences volontaires en réunion ».

Lors de l’audience le 16 mars dernier, le procureur de la République Jean-Pierre Ollivaux pose la question suivante : « Est-ce que l’on doit accepter, au nom de la loi coranique, qu’il soit porté atteinte à l’intégrité physique d’un sujet ? » Avant de requérir une peine d’un an de prion avec sursis pour l’imam et de six, neuf et douze mois de prison avec sursis pour les quatre autres prévenus.

Du côté de la défense, qui a plaidé la relaxe, l’accent a été mis sur le fait que cette pratique est « courante dans la culture mahoraise ». La décision du tribunal de Rennes est attendue le 30 mars prochain.

La Roqya, un rite qui se développe en France

La capitale de l’Ille-et-Vilaine n’est pas la seule ville française concerné par la « roqya » puisque ces séances de désenvoûtement sur fond coranique rencontrent un succès de plus en plus fort dans l’Hexagone. Un article du Point au titre explicite  »Roqya et hijama : « L’exorcisme à la saoudienne explose en France » » relatait déjà le phénomène au mois de février 2020.

Le signal d’alarme a aussi été tiré par l’Unadfi (Union nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes) en juillet 2020. L’association confirmait ainsi que « la pratique de l’exorcisme connaît un fort regain d’intérêt en France » en soulignant que « la culture musulmane n’est pas épargnée avec un fort développement de commerces proposant des exorcismes islamiques (Roqya) et des soins en médecine prophétique (Hijama) inspirés de la Sunna ».

De plus, si ces pratiques sont « très en vogue dans le milieu rigoriste musulman», elles « inquiètent la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) et la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Natalité en crise : pas de baby-boom spécial Covid

Au sommaire : Actualités des parents : pas de baby-boom spécial Covid Consommation : anniversaire pour vos enfants, pourquoi...

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, elle rêve de décrocher un titre de championne de France

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, la guingampaise Sandra Morcet va enfin pouvoir disputer son combat pour le titre de...

Articles liés

Suède. Les Suédois de souche minoritaires en 2065, l’islam religion dominante à partir de 2100 ?

Les Suédois de souche pourraient être minoritaires dans leur pays à l'horizon 2065 selon certaines projections. Tout comme l'islam pourrait devenir la religion majoritaire...

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le malheur d’exprimer des pensées dissidentes,...

Les croisades vues par les musulmans, avec Gabriel Martinez-Gros

Comment furent perçues les croisades par les ennemis de l'Europe ? C'est la question que se pose et à laquelle tente de répondre Gabriel...

Covid-19 en Loire-Atlantique : partie de cache-cache avec le variant sud-africain ?

Breizh-info a déjà évoqué le mystère du variant sud-africain du covid-19 à Nantes. Ce variant inquiète particulièrement les autorités de santé. Comme le variant...