Covid-19. Quelques jours après avoir été vacciné avec AstraZeneca, un étudiant nantais meurt d’une thrombose

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Un étudiant en médecine a été retrouvé mort, jeudi dernier, à Nantes en Loire-Atlantique. Agé de 24 ans, il avait été vacciné avec AstraZeneca le 8 mars, d’après un document retrouvé par les policiers dans son appartement, rapportent Ouest-France et Presse Océan.

Voici ce qu’indique le quotidien :

Dans l’appartement que le jeune homme occupait seul, les services de police ont trouvé un document attestant que l’étudiant en sixième année de médecine et interne au CHU avait été vacciné à l’AstraZeneca le 8 mars. Le parquet de Nantes a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort et ordonné une autopsie. Le rapport évoque « une hémorragie interne causée par une thrombose », selon une source proche du dossier. D’autres analyses sont en cours.

Le grand frère avait parlé à Anthony par téléphone la veille. « Il souffrait du ventre mais ne se plaignait pas, ce n’était pas son genre. Il avait quand même décidé d’aller consulter son médecin le jeudi après-midi. Il n’en a pas eu le temps. Il a été retrouvé tôt dans la nuit de mercredi à jeudi. » La famille « se pose des questions autour du vaccin. C’est inévitable, insiste l’aîné. Parce que mon frère, au-delà d’être quelqu’un de brillant, prenait soin de lui. Il faisait attention à ce qu’il mangeait, il faisait du sport. Surtout, il n’avait aucun antécédent médical, aucune maladie, rien. Il était en parfaite santé. Alors ce vaccin, c’est la seule branche à laquelle on peut se raccrocher pour comprendre ce qui s’est passé. »

L’Agence nationale de la sécurité du médicament a lancé une enquête : « A ce stade, rien ne permet de faire le lien entre le décès et la vaccination. Ce cas de décès fait l’objet d’une investigation clinique approfondie par les centres régionaux de pharmacovigilance. ».

Suspendu temporairement dans de nombreux pays comme la France en raison de possibles effets secondaires néfastes, comme des thromboses, AstraZeneca a dans la foulée très rapidement (ce qui interpelle quant aux conditions d’évaluation) été jugé « sûr et efficace » par l’Agence européenne du médicament. Mais cette dernière indique néanmoins pousser ses investigations sur un lien possible avec deux formes très rares de caillots sanguins (coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) et thromboses des sinus veineux cérébraux) associés à un déficit en plaquettes sanguines.

En Italie, la région du Piémont a annoncé la semaine dernière avoir repris les vaccinations AstraZeneca, en excluant toutefois par précaution un lot, après la mort d’un enseignant vacciné la veille. « Les administrations du vaccin AstraZeneca ont repris, après une suspension par précaution de quelques heures, visant à repérer et isoler le lot dont provenait la dose injectée à l’enseignant décédé », a expliqué en fin de journée la région Piémont sur son site internet.

Il est à noter la faculté des autorités à expliquer très rapidement qu’il n y aurait pas de lien entre le vaccin AstraZeneca et ces décès constatés alors même qu’elles se montrent incapables à résoudre une crise qui dure depuis plus d’un an déjà…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

Steven Spurrier, Pio Boffa, Laurent Vaillé : le vin perd 3 grands serviteurs

Funeste série. Le monde du vin déplore la disparition de trois figures majeures, ayant eu dans leur domaine respectif...

Articles liés

AstraZeneca et thromboses : l’EMA doit se prononcer sur un lien potentiel

Les tests sur les enfants du vaccin AstraZeneca ont été interrompus au sein de l'université d'Oxford en raison des risques de thromboses pointés par...

Le Dr. Louis Fouché provoque un tollé en direct en affirmant que le vaccin AstraZeneca est dangereux

Le Dr. Louis Fouché provoque un tollé en direct en affirmant que le vaccin AstraZeneca est dangereux. Cela se passait sur Cnews, à l'occasion...

AstraZeneca : chronique d’un fiasco

Au programme ce soir, retour sur les derniers rebondissements du Covid. La cacophonie gouvernementale a atteint son paroxysme lundi avec le vaccin britannique AstraZeneca. Dimanche,...

Emmanuel Macron suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca jusqu’à mardi

La France va suspendre l’utilisation du vaccin d’Astrazeneca contre le Covid-19 à titre préventif, jusqu’à ce qu’un avis européen soit émis mardi, a annoncé, lundi...