Covid-19 en Autriche. Un tribunal remet en cause les tests PCR

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Nos confrères du Visegrad Post nous font part de la remise en cause des tests PCR par un tribunal autrichien, suite à une plainte du FPÖ. Nous vous proposons de découvrir leur article ci-dessous.

Faisant suite à une plainte du FPÖ, le parti populiste autrichien, le tribunal administratif de Vienne, en Autriche, a déclaré dans une jugement en date du 24 mars que les tests PCR ne pouvaient pas être considérés comme une source sûre pour diagnostiquer la maladie ou la contagiosité d’un individu.

« Le test PCR ne convient pas pour le diagnostic » 

Le 31 janvier dernier, la fédération viennoise du Parti national-libéral autrichien (FPÖ), dirigée par Dominik Nepp, voulait organiser une manifestation pour protester contre les restrictions sanitaires mises en place par le gouvernement (chrétiens démocrates et Verts) du chancelier Sebastian Kurz. Or cette manifestation avait été interdite par la préfecture de police, une décision que le FPÖ a contesté en la portant devant le tribunal.

« un test PCR ne dit rien en soi sur la maladie ou l’infection d’une personne »

Non seulement le tribunal a déclaré a posteriori illégale l’interdiction de cette manifestation, mais, dans l’exposé des motifs de son jugement, le tribunal approuve tous les points soulevé par les plaignants, allant même bien au-delà des arguments du FPÖ. Le tribunal rappelle entre autres que, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS),

« un test PCR ne convient pas pour le diagnostic et ne dit donc rien en soi sur la maladie ou l’infection d’une personne »

tandis que le ministère autrichien de la Santé utilise une définition nettement plus large de ce qu’est un « cas covid » qui, juridiquement, ne saurait être utilisée pour justifier l’interdiction d’une manifestation.

Des statistiques erronées 

En d’autres termes le tribunal administratif de Vienne a constaté que les statistiques de « cas covid » sur lesquels se basait la commission du service de Santé de la ville de Vienne pour demander à la préfecture de police d’interdire ladite manifestation n’étaient elles-mêmes pas basées sur la définition de l’OMS mais sur une définition – moins restrictive – utilisée par le ministère de la Santé… et donc qu’elles étaient erronées, car elles « ne contenaient aucune déclaration ou constatation valable et fondée sur des preuves sur l’épidémie ».

L’OMS refuse de se fier uniquement au test PCR

Selon les attendus du tribunal : « Selon les définitions du ministre de la Santé, ‘Définition de cas Covid-19’ du 23 décembre 2020, un ‘cas confirmé’ est 1) toute personne présentant des preuves d’acide nucléique spécifique au SRAS-CoV-2 [test PCR, ndlt], quelle que soit la manifestation clinique ou 2) toute personne présentant des preuves d’un antigène spécifique du SRAS-CoV qui répond aux critères cliniques ou 3) toute personne présentant des preuves d’un antigène spécifique du SRAS-CoV qui répond aux critères épidémiologiques. Ainsi, aucun des trois ‘cas confirmés’ définis par le ministre de la Santé ne répond aux exigences du concept OMS de ‘personne malade / infectée’. L’OMS refuse de se fier uniquement au test PCR (cas confirmé 1)… »

En clair, cela signifie que les statistiques de « cas covid » du ministère de la Santé, telles qu’elles sont établies jusqu’à présent, sont pour le moins surestimées par rapport à ce qu’elles devaient être selon les critères internationaux fixés par l’OMS.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes : les brocantes reprennent après un nouveau mauvais coup du gouvernement

Et de trois confinements ! Considérées comme non essentielles, les activités de l’antiquité-brocante ont droit à chaque confinement… à...

Laxisme judiciaire. Suspecté de meurtre à Nantes, l’individu est placé… sous bracelet électronique

Le laxisme judiciaire et la gestion des mis en cause pour délits graves voire pour crimes, laissent parfois songeur....

Articles liés

Chantage sanitaire. Recrutant 75 000 personnes, Amazon promet un bonus de 100 dollars pour les employés vaccinés

Amazon, qui cherche actuellement à recruter 75 000 employés pour ses sites basés aux États-Unis et au Canada, a annoncé qu'elle octroierait une prime...

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Covid-19 : la fin du début ou le début de la fin de l’état d’urgence ?

A la Une de cette édition, retour sur l’actualité du Covid. Alors que la réouverture des terrasses se confirme pour le 19 mai prochain,...