Le Bangladesh, future plaque tournante pour les djihadistes ?

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

De violentes manifestations au Bangladesh, qui seraient le fait de militants du groupe Hefazat-e-Islam, ont fait 12 morts lors de la visite de deux jours du Premier ministre indien le 26 mars. La visite de Narendra Modi visait à célébrer le 50e anniversaire de l’indépendance du Bangladesh vis-à-vis du Pakistan. Les émeutes anti-Modi ont mis en lumière un problème croissant au Bangladesh, à savoir une résurgence islamiste qui a de mauvaises conséquences pour l’Asie du Sud et du Sud-Est.

L’Hefazat, un groupe influent qui compte de nombreux adeptes bien qu’il n’ait été créé qu’en 2010, a tactiquement déclaré qu’il n’était pas un parti politique. Cependant, son influence est omniprésente et remet en question la nature modérée traditionnelle de l’islam au Bangladesh, fortement influencée par la culture et la langue bengalies. Le groupe s’est fait connaître en dénigrant la laïcité et a été courtisé par différents partis politiques, dont la Ligue Awami au pouvoir, car le système parlementaire exige que les partis traditionnels soient en coalition avec des groupes islamistes. Hefazat était considéré comme un antidote au Jamaat-e-Islami, le principal parti politique islamiste du pays (qui a été interdit en 2013). Le groupe a ainsi pu pénétrer dans différentes strates de la société bangladaise.

Le Bangladesh a connu une augmentation de l’activité terroriste ces dernières années, notamment des attaques contre des étrangers, des militants et des minorités religieuses. La pensée conventionnelle veut que la plupart des radicaux soient pauvres, mais cette théorie ne tient plus, car parmi les auteurs de ces attaques figurent des personnes issues de milieux privilégiés. Les médias indiquent que les islamistes pensent que les laïcs du Bangladesh s’attaquent à l’islam. Les laïques, selon eux, comprennent toute personne qui s’oppose à l’islam extrémiste et poursuit les mœurs culturelles.

Le Bangladesh a été fondé en 1971 avec la laïcité comme un principe important des valeurs fondamentales du pays. Aujourd’hui, la laïcité au Bangladesh est continuellement remise en question par les islamistes radicaux. La montée de l’islam radical au Bangladesh a commencé avec l’assassinat en 1975 de son leader fondateur, Sheikh Mujibur Rahman. Avec un gouvernement militaire qui a régné sur le Bangladesh, soit directement, soit par procuration, pendant les 15 années suivantes, les opinions islamiques conservatrices sont devenues plus centrales dans le pays. À tel point qu’en 1979, la laïcité a été supprimée de la constitution bangladaise. En 1988, l’Islam est devenu la religion officielle de l’État.

Le nombre d’écoles islamiques (Madrasas) a augmenté de façon exponentielle, passant de 1 830 en 1975 à 5 793 en 1990. Mais le plus grand changement radical dans le pays s’est produit dans les années 1980, lorsque les moudjahidines bangladais soutenus par les États-Unis sont revenus de leur jihad antisoviétique en Afghanistan. Ces vétérans ont cherché à transplanter au Bangladesh un islam de type taliban parrainé par l’Arabie saoudite.

Bien que Sheikh Hasina ait remporté les élections de 2008 et rétabli la laïcité dans la Constitution bangladaise, le pays reste une république islamique. Les islamistes ne remportent pas de voix aux élections, mais exercent un pouvoir sociétal et culturel considérable par le biais des madrassas, des banques et d’autres institutions.

Au cours de la dernière décennie, les islamistes du Bangladesh ont eu recours au pouvoir de la rue pour se mobiliser contre la laïcité. En février 2013, lorsque les principaux dirigeants islamistes ont été condamnés pour des crimes de guerre commis pendant la lutte de libération du Bangladesh en 1971, l’une des principales figures a reçu ce que les modérés considèrent comme une peine légère. Une campagne a été lancée pour demander son exécution, mais les islamistes y ont répondu par une contre-manifestation bien coordonnée menée par Hefazat.

Jusqu’à 500 000 personnes ont fermé les principales routes menant à la capitale et ont interprété les demandes des manifestants comme une diffamation de leur religion et de Mahomet, le fondateur de l’islam. L’Hefazat n’a pas tenu compte du fait que les milices islamistes soutenues par le Pakistan ont tué des centaines de milliers de personnes pendant la lutte de libération.

Dans une liste de 13 points, Hefazat a exigé le rétablissement de la peine de mort pour blasphème et la fin de la politique d’éducation du Bangladesh qui, selon lui, donne la priorité aux matières « laïques » comme les sciences et les mathématiques sur les études religieuses. Pour apaiser les intérêts des islamistes, le gouvernement a accepté de répondre à certaines de leurs demandes, notamment en élargissant la capacité du gouvernement à sévir contre ceux qui « blessent les croyances religieuses » et pour les « actes de diffamation ».

En vertu de cette loi révisée, le Bangladesh a arrêté au moins huit blogueurs depuis 2013 pour avoir écrit des articles critiquant le gouvernement saoudien et publié des remarques désobligeantes sur le fondateur de l’islam. La police a utilisé la clause de diffamation de la Loi sur les technologies de l’information et de la communication et de son remplacement, la Loi sur la sécurité numérique de 2018, pour faire taire les critiques contre le gouvernement. Entre 2013 et 2018, plus de 1 200 personnes ont été inculpées au titre de cette loi.

Les prédicateurs bangladais aspirent également à façonner la société en fonction de leurs interprétations de ce qui constitue l’islam « pur ». Les télévangélistes islamiques populaires touchent des millions de personnes dans le monde musulman et répandent l’idée que l’islam du sous-continent indien doit être « purifié » de tout élément non arabe, c’est-à-dire de toute influence Hindoue. Un exemple de l’influence indo sur l’Islam dans la région est le chant dévotionnel soufi Qawwali, originaire du sous-continent indien.

Aujourd’hui, les chanteurs de Qawwali sont pris pour cible et/ou tués au Pakistan et au Bangladesh par des fondamentalistes islamiques.

De même que le Pakistan est devenu une plaque tournante pour les terroristes à la frontière occidentale de l’Inde, la bascule du Bangladesh dans l’islam radical pourrait en faire une autre plaque tournante du djihadisme, mais à la frontière orientale de l’Inde. En devenant une plaque tournante pour les djihadistes, le Pakistan a pu répandre la terreur en Afghanistan, au Cachemire et dans d’autres parties de l’Inde, ainsi que dans la région au sens large.

Ainsi, le Bangladesh, en tant que porte d’entrée en Asie du Sud-Est, pourrait galvaniser et encourager les djihadistes déjà existants dans l’est de l’Inde, au Myanmar, en Thaïlande et en Malaisie s’il continue à apaiser les islamistes radicaux et refuse de revenir aux principes de leurs pères fondateurs 50 ans plus tôt.

Paul Antonopoulos (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

1 COMMENTAIRE

  1. Après s’être séparé du « Pakistan » occidental, le Bengale oriental (Bangladesh) va vouloir faire partie d’un califat mondial ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

I-Média n°346 – Attentat de Rambouillet : minimisation et islamo-gauchisme

I-Média n°346 – Attentat de Rambouillet : minimisation et islamo-gauchisme https://www.youtube.com/watch?v=Cj6DEIs8wJw Sommaire ⬇️ 01:13​ L’image de la semaine Un journaliste candidat du Rassemblement national, c’est peu...

Islamisme en Belgique. Molenbeek, génération radicale ?

Devenu mondialement célèbre comme un berceau du djihadisme européen, Molenbeek est la deuxième commune la plus pauvre de Belgique, avec un taux de chômage...

Islamisme. Bangladesh : les justiciers du Prophète

En octobre dernier, 80.000 personnes se sont rassemblées à Dacca, la capitale du Bangladesh, pour protester contre les caricatures de Mahomet et brûler des...

Islamisme, enquête sur une menace. Le reportage

"Islamisme, enquête sur une menace": suivez le long format inédit de Ligne Rouge sur BFMTV Après l‘onde de choc suscitée par l‘assassinat de Samuel Paty...