Rennes. Un réseau de dealers devant les juges, un autre démantelé

A LA UNE

Le deal de stupéfiants en grande quantité n’est pas seulement un problème nantais – il existe aussi dans d’autres agglomérations bretonnes (Vannes, Brest, Rennes…) avec son cortège de règlements de comptes, d’agressions de riverains ou de policiers, de vols et d’extorsions, etc. À Rennes et son agglomération, un réseau vient d’être condamné par la justice tandis qu’un autre a été démantelé et les suspects écroués.

Suite à une surveillance de plusieurs semaines sur un point de de la rue André Malraux à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud de Rennes, quatre hommes dont un mineur ont été interpellés dans cette localité et à Rennes le 30 mars dernier ; 158 grammes de drogue ont été saisies lors de leur interpellation. Déférés, les trois majeurs ont été jugés en correctionnelle à Rennes le 1er avril – ils se présentent comme guetteurs et chargent le mineur qu’ils accusent de vendre. Logique – il risque moins au vu de son âge. Les organisateurs ? Motus.

Vu qu’ils sont connus pour des faits de petite délinquance, le tribunal n’est pas dupe et ne distribue pas de poissons, mais des mois de prison : dix mois de prison dont cinq avec sursis pour deux d’entre eux, 14 mois dont 8 avec sursis pour le dernier, avec mandat de dépôt. Les huit opérations de surveillance policière ont vu défiler 142 clients – au vu du caractère juteux du trafic, les petites mains arrêtées seront vite remplacées.

Narco-cartel albanais entre Rennes et Nice : 2.5 kilos d’héroïne et 4 armes saisies

Le lendemain, sur un trafic nettement plus gros, dix hommes ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants en bande organisée et six d’entre eux écroués. Ils font partie d’un réseau de 16 hommes et une femme d’origine albanaise de 19 à 57 ans arrêtés les 29 et 30 mars en Ille-et-Vilaine (Rennes autour de la rue Marc Sangnier, Saint-Malo, Dinard) et Alpes-Maritimes qui s’approvisionnait en héroïne aux Pays-Bas et avait mis en place un circuit de blanchiment des fonds issus de la revente de la drogue.

L’enquête avait démarré en septembre 2018 avec la dénonciation d’un individu de nationalité albanaise âgé de 45 ans défavorablement connu des forces de l’ordre ; elle avait abouti à l’interpellation du réseau, la saisie de 2.5 kilos d’héroïne pure, 60 kilos de produits de coupe, 50.000 € en liquide et quatre armes de poing. Le cartel albanais est aussi accusé de traite d’êtres humains en bande organisée. Le chef présumé du réseau, âgé de 48 ans, a déjà été incarcéré huit ans durant pour trafic de drogues dures.

L. Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Cyclisme. Le britannique Leo Hayter remporte la deuxième étape du Tour de Bretagne entre Corlay et Rosporden

Seconde étape du Tour de Bretagne ce mardi, et quelle étape ! Une deuxième étape remportée par le britannique...

Jugée pour avoir abandonné ses 68 animaux dans une ferme près de Carhaix

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a porté plainte contre une femme qui...

1 COMMENTAIRE

  1. ben on savait qu’en faisant venir tous les prix nobel des pays sous-développés de l’est on faisait entrer (drogue braquage crime prostitution ) bref tout ce qu’il faut pour une vraie démocratie gauche caviar maintenant tous ce spauvres cons de bretons et de vendéens qui votent pour la racaille : ne viennent pas pleurnicher devant les caméras

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés