Irlande du Nord en pleine tempête : Le mécontentement croissant des unionistes

A LA UNE

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la traduction d’un texte de Jamie Bryson, militant unioniste et journaliste (chez Union Voice) au sujet de la crise politique actuelle en Irlande du Nord. Le point de vue unioniste donc, décrit par celui qui le porte chevillé au corps. Un témoignage qui permet de comprendre pourquoi, aujourd’hui, les tensions sont aussi fortes.

Toute la structure du « processus de paix » a été conçue pour récompenser la menace de la violence nationaliste par des concessions politiques. La multitude de problèmes qui découlent de ce système injuste se rejoignent. Au centre de la tempête qui se prépare en Irlande du Nord se trouve la cause profonde de tous les problèmes rencontrés par l’unionisme au cours des deux dernières décennies, l’accord de Belfast dit du Vendredi Saint.

L’accord a créé un processus par lequel l’unionisme – en échange de l’arrêt des meurtres de notre communauté par l’IRA – a dû accepter une voie transitoire vers une Irlande unie. Bien sûr, il n’a pas été présenté de cette manière, il a plutôt été vendu à la communauté unioniste comme un règlement. Mais il s’agissait toujours d’un processus, et si cette réalité n’a pas été comprise aujourd’hui par tous les unionistes, alors il y a quelque chose qui ne va pas du tout.

Toutes les attaques contre la communauté Protestante/UNioniste/loyaliste (PUL) proviennent du « processus de paix », qui est en fait une expression abrégée pour décrire l’accord de Belfast et ses diverses législations dérivées.

La Commission des Parades a été conçue avec pour fonction principale de réglementer les parades. La trajectoire de la réglementation est toujours de restreindre ou d’éradiquer complètement ; elle n’est jamais d’améliorer. Et c’est ce qui s’est passé avec la Commission des défilés ; en tant qu’organe statutaire, elle a été militarisée conformément à l’objectif pour lequel elle a été conçue – mener une guerre contre les défilés en Irlande du Nord. En outre, conformément à l’éthique fondamentale du « processus de paix », elle a effectivement donné son veto face aux menaces de violence des nationalistes.

La police a été conçue dans les entrailles de l’apaisement politique. L’objectif principal de la police Nord Irlandaise était de calmer politiquement les nationalistes, d’où la nécessité de dissoudre la RUC. Il n’est pas surprenant, étant donné sa genèse politique, que la PSNI se soit accrochée à cette fonction centrale résiduelle et que, pendant deux décennies – parfois consciemment et parfois inconsciemment – elle ait maintenu l’ordre dans le but premier de conserver le soutien des nationalistes. Le système à deux niveaux est systématique et ancré ; par conséquent, ce n’est pas simplement la position du chef de police qui est intenable, mais plutôt le maintien de l’ordre lui-même qui est intenable.

La position du DUP concernant le chef de la police est correcte dans la mesure où elle va dans le bon sens, même si elle ne va pas assez loin. Le parti pris structurel au sein de la police était ancré bien avant que quiconque en Irlande du Nord n’ait jamais entendu parler de Simon Byrne. S’il démissionne demain, en quoi est-ce que cela changera la partialité de la PSNI ?

Et nous en arrivons aux protestations qui sont maintenant descendues dans la rue. Comme toujours avec les prises de position sur les réseaux sociaux de trolls ou de journalistes mal informés, il y a une incapacité totale à comprendre les différentes nuances et préoccupations de la communauté loyaliste. La communauté unioniste et loyaliste de base n’est pas homogène. Dans différentes régions, des tensions, des motivations et des programmes différents sont en jeu. Chercher à regrouper certains de ces divers éléments n’est pas seulement paresseux, mais parfois délibérément conçu pour diaboliser et criminaliser collectivement le loyalisme. De manière pratique, une telle approche permet d’éviter d’avoir comprendre réellement les colères et les préoccupations authentiques des Protestants, loyalistes, et unionistes.

Nous avons entendu dire que les jeunes qui ont laissé leur colère exploser faisant usage d’une violence inacceptable à Sandy Row ont dû être manipulés, parce que fondamentalement ils seraient trop stupides à 16 ou 17 ans pour comprendre les questions politiques. Certains de ces commentaires sont le fruit du snobisme de ceux qui écrivent confortablement dans leur tour d’ivoire. Il n’est guère surprenant qu’ils soient complètement déconnectés de la réalité et qu’ils aient une vision stéréotypée du loyalisme.

Cependant, il y en a d’autres, certains au sein du loyalisme, qui expriment le même point de vue erroné. C’est un peu étrange, car certaines de ces mêmes personnes étaient engagées dans le conflit à 16 ou 17 ans et diraient que leur motivation était entièrement politique. Il semble donc quelque peu condescendant de dire qu’une génération d’adolescents était politiquement consciente, mais qu’une autre ne pouvait pas l’être.

La violence découlant du Protocole n’est pas une science politique complexe. L’Union est l’Acte d’Union. Le Protocole porte atteinte à l’article 6 de l’Acte d’Union. Il s’ensuit que le Protocole porte atteinte à l’Union. Ce n’est vraiment pas difficile à comprendre, et les jeunes ne sont pas stupides. Ils savent qu’une frontière en mer d’Irlande qui pousse l’Irlande du Nord vers une Irlande unie économique est incompatible avec leur identité britannique.

Le Protocole a simplement adopté le modèle du processus de paix dans lequel il s’inscrit, à savoir que la menace de violence nationaliste doit être récompensée par des concessions politiques. Ce n’était pas un accident ; c’était à dessein. Il n’y a pas de conspiration ni d’erreur ; l’éthique structurelle du processus est claire et accessible. La seule surprise est que quelqu’un puisse penser que le Protocole serait un accroc à l’accord de Belfast ; il en est le petit-fils.

C’est pourquoi nous assistons à une grande tempête ; toutes les questions clés des deux dernières décennies se rassemblent en une seule phase de protestation. Les groupes disent qu’ils descendront dans la rue et défieront la Commission des défilés, ce qui soulèvera la question fondamentale du défilé ; le défilé soulèvera inévitablement la question du maintien de l’ordre, et des comparaisons avec l’approche adoptée face à la démonstration de force de l’IRA lors des funérailles de Storey ; et au-dessus de tout cela se trouve la question la plus importante, la place même de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

Il n’y a jamais eu de mouvement capable de rassembler les deux décennies d’injustices sous un même toit. Il est crucial que cet élan ne soit pas gâché par le recours à la violence. Les émeutes ne feront pas avancer l’objectif de démantèlement du système à deux vitesses ; elles auront en fait l’effet inverse, à savoir consolider et justifier davantage le système à deux vitesses conçu pour criminaliser le loyalisme et légitimer le nationalisme.

La seule façon de démanteler les structures de l’accord de Belfast est d’utiliser les mécanismes inhérents à celui-ci – qui sont conçus pour être utilisés comme des armes par le nationalisme – et de les mettre au service de l’unionisme. Les retourner contre eux-mêmes. Pour ce faire, il est essentiel de disposer d’une communauté loyaliste dynamique, éduquée et engagée.

Il n’est pas exagéré de dire que le fait de savoir utiliser la loi pour cibler les structures conçues pour travailler contre l’unionisme aura un impact bien plus important que de lancer un cocktail molotov.

Soyez actifs, instruits et ne gâchons pas les dernières chances de l’unionisme d’entraver la trajectoire du « processus ».

Jamie Bryson via Unionist Voice

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Bordeaux. Château l’Escart : le retour du fruit

Propriété conduite sous le régime de la biodynamie, le château l’Escart signe des vins au fruit plantureux et à...

« Pages arrachées au livre de Satan », chef d’œuvre de Dreyer, a 100 ans !

Davantage connu pour La Passion de Jeanne d’Arc, Carl Theodor Dreyer a réalisé il y a tout juste un...

Articles liés