Hippocrate saison 2. Plongée dans le Tiers Monde qu’est devenu l’hôpital en France

A LA UNE

La saison 2 de la série Hippocrate est actuellement diffusée sur Canal + (et disponible sur My Canal). L’occasion pour Thomas Lilti, de faire plonger le spectateur au coeur de l’hôpital français et de ses maux. La saison 1 avait été très efficace, mais la saison 2 décrit, parfaitement, un système hospitalier en France, en voie de tiers mondisation avancée.

Voici le synopsis :

C’est l’hiver. Une vague de froid s’est abattue sur la France, les hôpitaux sont submergés. Une canalisation a sauté, inondant les urgences de l’hôpital Poincaré. Les soignants et les malades doivent se replier en médecine interne. Alyson et Hugo poursuivent leur stage dans le service. Chloé fait tout pour revenir pratiquer malgré une santé fragile. Aucun des trois n’a de nouvelles d’Arben, disparu sans laisser un mot. Ils vont devoir affronter un hôpital en crise, sous l’autorité du docteur Olivier Brun, le nouveau chef du service des urgences.

On reprend les personnages de la saison 1, et après un premier épisode un peu poussif, on se lance dans le grand bain d’une crise majeure dans cet hôpital parisien. Urgences transférées dans le quartier de la médecine interne, manque criant de personnels, afflux soudain de patients et de victimes qui s’entassent dans les couloirs, tensions entre infirmiers et médecins..tout y est. On a l’impression d’être au coeur d’un système de santé au Gabon ou en République démocratique du Congo…sauf qu’on est dans une grande ville en plein coeur de la France.

Thomas Lilti, dans cette saison 2, réalise un véritable plaidoyer pour sauver l’hôpital, et donc la santé des Français. Il y a urgence. Car si forcément, tous les maux décrits et dénoncés dans cette saison 2 d’Hippocrate ne sont pas applicables à tous les hôpitaux de France, le personnel médical y trouvera forcément des références qu’il a déjà rencontré durant sa carrière. Tous comme les patients, qui sont  de moins en moins considérés eux aussi, se retrouveront à travers les cas évoqués dans la série.

Au final, Hippocrate est un reflet parfait d’une situation hospitalière qui ne tient qu’à une chose : le courage des soignants, qu’ils soient médecins, infirmiers, ou aide-soignants. Car malgré les salaires de misère (pour les deux dernières catégories eu égard des tâches accomplies), malgré les horaires de dingue, quasi incompatibles avec toute vie de famille, malgré le manque flagrant de reconnaissance, ils restent fidèles au poste, à enchainer des garde, à soigner, à se battre pour sauver des vies. On en vient même à trouver cela assez écoeurant finalement de la part des autorités, car il y a, dans l’hôpital français, comme une forme de chantage moral permanent : le système ne tient que parce que son personnel, bien qu’exploité et maltraité, reste fidèle au poste et aux urgences. Si ce personnel décidait un jour que tout cela suffit, que l’Etat et les autorités administratives doivent assumer leurs responsabilités…alors ces personnels soignants seraient montrés du doigt, là où pourtant, il ne s’agirait finalement que du cri de révolte d’hommes et de femmes qui, au quotidien, donnent tout pour la population.

Cette saison d’Hippocrate se termine presque sur une promesse : celle d’un naufrage annoncé pour l’hôpital français, qui manque de moyens, de matériels, de considération pour ses soignants, et qui est dirigé par une armada de bureaucrates qui, concrètement, n’y connaissent rien à la médecine et à la santé, et ne sont obsédés que par une chose, la rentabilité.

Au total, 8 épisodes dans cette nouvelle saison d’Hippocrate, série qui fait honneur au cinéma français ainsi qu’aux soignants à qui elle rend hommage, et qui met en avant (avec des fortunes vraiment diverses) des acteurs comme Louise Bourgoin (Chloé Antovska), Alice Belaïdi (Alyson Lévêque), Zacharie Chasseriaud (Hugo Wagner) ou encore les excellents Karim Leklou (Arben Bascha), Bouli Lanners (Olivier Brun) et Igor Jurozak (Théo Navarro-Mussy). Ces deux derniers apportent d’ailleurs un gros vent de fraicheur à la série, qui aurait pu patiner après une saison 1 excellemment réussie.

Une série que nous vous conseillons donc vivement de découvrir ou de poursuivre.

YV

Ps : et pour ceux qui pensent que le cinéaste exagère (ou que le rédacteur de ses lignes en fait trop), rendez-vous ne serait-ce que quelques heures dans les urgences d’un hôpital. Demandez aux infirmiers combien ils gagnent, comment ils travaillent. Demandez leur le fonctionnement typique d’une garde. Demandez leur combien ils sont, le week-end, aux urgences, en SMUR, notamment dans les hôpitaux d’une France périphérique de plus en plus livrée à elle même. Demandez-leur aussi tous les comptes qu’ils doivent rendre, en permanence, à leur administration…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Nouvelle Vague #9 avec Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano

Ce mardi 19 octobre à 20h, Nicolas Faure reçoit Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano. Une émission en direct...

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

2 Commentaires

  1. Quand on laisse la santé Française aux mains de technocrates qui ne savent diriger que par lois et fantasme de se montrer vis à de la hiérarchie, ils faudrait les mettes une semaine dans les urgences, comme disait Coluche, il seraient capable encore de dire, grâce à moi, et ce que j’ai fait, nous pourrions encore gagner de l’argent en carburant si on roulait moins vite !!!!
    moins il y a de médecin et d(infirmière plus il y a de bureaucrates, plus 20% en 15 ans, cherchez l’horreur !

    • coluche avait dit : mettez des technocrates dans le sahara ; 5 ans apres il faudrait qu’ils cherchent du sable ailleurs c’est toujours d’actualité …

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés