Ecosse. Le SNP annonce son intention d’étudier la création de zones linguistiques officiellement gaéliques

A LA UNE

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un livre sur les trois épurations dans l’armée française entre 1940 et 1966 [Interview]

André Bourachot et Henri Ortholan sont deux officiers de l’armée de terre, un général en 2ème section et un...

Le SNP, le parti national écossais, a annoncé son intention de garantir l’avenir du gaélique en investissant dans l’éducation et en étudiant la création de zones gaéliques officielles. Le parti a déclaré qu’il s’efforcerait de garantir l’épanouissement du gaélique dans toute l’Écosse, ainsi que dans ses foyers traditionnels, s’il était réélu en mai.

Il a également déclaré qu’il « réexaminerait les fonctions et les structures » de Bòrd na Gàidhlig (BnG), l’autorité chargée de promouvoir la langue qui fait l’objet de critiques quant à ses performances. Le SNP a déclaré qu’il étudierait la possibilité de créer un « Gàidhealtachd » c’est à dire des zones de forte implantation de la culture gaélique, de manière officielle, afin de relever les niveaux de compétence linguistique et d’encourager la fourniture de davantage de services en gaélique.

Le gaidhealtachd est la région d’Écosse où les gens parlent le gaélique et fait généralement référence aux Highlands et aux îles. En Irlande, les zones de langue irlandaise sont officiellement reconnues comme des régions de Gaeltacht.

Certains militants ont demandé que l’on envisage de construire des logements en gaélique en Écosse, en s’inspirant de projets similaires en Irlande. La secrétaire d’État aux finances du SNP, Kate Forbes, a déjà déclaré au Herald qu’elle soutiendrait ce projet.

Par ailleurs, le SNP a déclaré qu’il encouragerait la création de nouvelles écoles primaires et secondaires autonomes en langue gaélique dans toute l’Écosse, en investissant pour augmenter le nombre de professeurs capables d’enseigner en gaélique. Cette annonce intervient alors que des voix s’élèvent pour indiquer que le gaélique est en crise.

Alasdair Allan, candidat du SNP pour les Western Isles, a déclaré que le parti « reconnaît pleinement la contribution extrêmement importante que la tradition gaélique a apportée et continue d’apporter à la riche culture écossaise. Cet engagement sera salué par les Écossais gaéliques et non gaéliques et sera essentiel pour encourager l’utilisation du gaélique dans nos communautés. Nous joindrons le geste à la parole pour encourager la création de nouvelles écoles primaires et secondaires gaéliques dans tout le pays, avec des investissements importants pour augmenter le nombre de professeurs capables d’enseigner en gaélique. Nous voulons accroître l’éventail des matières qui peuvent être enseignées en gaélique, tant pour un enseignement général large que pour la phase supérieure de l’école secondaire.C’est pourquoi nous allons explorer les bourses disponibles pour encourager la conversion au gaélique (…) Nous pensons qu’il est utile de créer un « Gàidhealtachd » reconnu afin d’améliorer les niveaux de compétence linguistique et de fournir davantage de services en gaélique. Soutenir la création d’un Gàidhealtachd permet de renforcer la position qui prévaut déjà dans certaines parties du pays. Une reconnaissance du gaélique comme langue primaire d’un lieu. En examinant les fonctions et les structures du Bòrd na Gàidhlig, nous étudierons comment il peut soutenir la reconnaissance officielle d’un Gàidhealtachd. L’examen portera également sur la manière dont le gouvernement écossais et le BnG peuvent travailler avec d’autres organismes ayant des fonctions dans les domaines des arts, du tourisme et du patrimoine, afin d’étudier ce qu’ils peuvent faire de plus pour accélérer les progrès du gaélique. Afin de réaliser ces ambitions, nous veillerons à ce que la place de Sabhal Mòr Ostaig ( college de langue gaélique situé à Slèite, sur l’île de Skye) en tant que centre d’excellence pour l’offre de formation en gaélique soit à la fois reconnue et soutenue, avec un financement dédié. Au cours de la prochaine législature, nous présenterons également un nouveau projet de loi sur les langues écossaises qui prendra des mesures supplémentaires pour soutenir le gaélique, agir sur la langue écossaise et reconnaître que l’Écosse est une société multilingue »

Lors du recensement écossais de 2011, 57 375 personnes ont déclaré parler le gaélique écossais, soit 1,1 % de la population de plus de trois ans. Il s’agit d’une baisse d’environ 1 300 personnes par rapport au recensement de 2001, mais c’est la plus faible depuis que la question est posée. On peut donc considérer que le déclin du gaélique écossais ralentit

Cette tendance semble être confirmée par les études plus récentes : les derniers chiffres indiquent que la proportion de personnes capables de parler le gaélique écossais a légèrement augmenté dans les tranches d’âge les plus jeunes, ce qui est encourageant pour le futur de la langue. Ceci est dû en partie au succès des écoles gaéliques, dont le nombre d’élèves n’a cessé d’augmenter depuis leur création en 1985.

Mais il faudra voir ce qu’il en est suite au recensement 2021 pour avoir une idée plus précise de l’état de la situation du gaélique en Ecosse.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Natalité en crise : pas de baby-boom spécial Covid

Au sommaire : Actualités des parents : pas de baby-boom spécial Covid Consommation : anniversaire pour vos enfants, pourquoi...

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, elle rêve de décrocher un titre de championne de France

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, la guingampaise Sandra Morcet va enfin pouvoir disputer son combat pour le titre de...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Elections en Ecosse. Un sondage prédit une forte majorité pour les indépendantistes

Les partis PRO-INDEPENDANCE pourraient obtenir 80 sièges au Parlement écossais après le 6 mai, lors des élections, selon un récent sondage. Une enquête de...

La majorité des habitants d’Irlande du Nord sont favorables à un nouveau référendum… sur l’indépendance de l’Écosse.

En Irlande du Nord, l'Ecosse occupe historiquement une place particulière, du fait des origines écossaises d'une large partie de la population (notamment parmi les...

Bro-Skos : Ur steuñv evit ar gouezeleg en aerborzhioù

Klask a ra an aerborzhioù eus gwalarn Bro-Skos kas war-raok implij ar gouezeleg en o savadurioù ha kirri-nij. Evit hen ober e vez lakaet e...

Irlande. Un couple de Chinois fait sa demande de citoyenneté en gaélique….et se voit recaler pour ne pas l’avoir rédigé en anglais

En Irlande, un couple de Chinois qui a demandé la citoyenneté irlandaise l'année dernière s'est vu renvoyer les documents par le ministère de la...