Eoliennes en baie de Saint-Brieuc. Le RN s’interroge sur la condamnation possible de Barbara Pompili « pour délit d’écocide »

A LA UNE

La Bretagne est littéralement envahie d’éoliennes, alors même que ce type de production d’énergie ne permet aucune baisse des prix, et pas la moindre autonomie énergétique pour notre région.

Mais plutôt que d’investir massivement en Europe dans la recherche sur le traitement et le nettoyage des déchets nucléaires (ou sur la fusion, comme en Chine), nos autorités capitulent sous la pression de lobbys qui se revendiquent « écologistes » et d’entreprises qui ont énormément à gagner avec ces implantations massives d’éoliennes, sur terre comme en mer.

A Saint-Brieuc, c’est dans la baie qu’un parc éolien devrait voir le jour, puisque la date officielle du lancement des travaux du parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) est fixée au 3 mai 2021. Le début du chantier consistera à forer le sol pour installer les pieux des fondations des éoliennes.

Les pêcheurs sont remontés contre ce projet, et soutenus dans cette opposition par le Rassemblement national, qui vient de sortir un communiqué cinglant sur le possible « délit d’écocide » qui pourrait, selon le RN, valoir plus tard condamnation à Barbare Pompili, Ministre de la transition écologique.

« Le 16 avril dernier, Barbara Pompili, Ministre de la transition écologique, annonçait le début des travaux du gigantesque parc éolien de la baie de Saint-Brieuc.  Pour défendre ce projet mortifère, Barbara Pompili a repris l’ensemble des arguments mensongers développés par Ailes Marines, filiale du géant espagnol Iberdrola. Est-elle Ministre de la transition écologique ou porte-parole des grandes multinationales ? 

Contrairement à ses affirmations, ce projet de 62 éoliennes géantes massacrera nos paysages côtiers, fragilisera fortement l’écosystème de la baie – notamment à cause de la turbidité provoquée par les travaux – et détruira les emplois de centaines de pêcheurs. Le tout pour un coût faramineux de plus de 4 milliards d’euros et une énergie peu fiable et excessivement chère.» indique Gilles Pennelle dans ce communiqué qui réclame l’abandon du projet et qui affirme son soutien aux pêcheurs.

« À ce titre, il soutient le projet alternatif ambitieux proposé par le Comité départemental des pêches de fabrication d’hydrogène à partir de l’énergie produite par la houle. Moins cher, moins consommateur d’espace, moins polluant et plus compatible avec le maintien des activités économiques… Il est le symbole qu’on peut concilier économie et écologie »

Sans mobilisation citoyenne massive, au delà des partis politiques ou des étiquettes associatives, le combat à mener face aux projets éoliens qui se structurent localement avec l’appui d’élus raisonnant à court terme, et de vendeurs de terrain séduits par l’appât du gain, semble toutefois difficilement gagnable dans le contexte actuel de quasi « terreur » distillée par les lobbys de l’éolien main dans la main avec les faux écologistes, vrais gauchistes.

Photo d’illustration  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

DUELS. Nikita Khrouchtchev vs Mao Zedong

Dans cet épisode de DUELS historiques, l'Echiquier mondial se penche sur deux figures emblématiques du communisme. Leur antagonisme idéologique...

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

3 Commentaires

  1. Les éoliennes ne sont pas seulement une gabegie, une escroquerie, une saloperie, c’est une involution, une régression méthodiquement planifiée et imposée par l’élite capitaliste mondiale.
    C’est, fondamentalement, l’assignation faite aux mânants de n’utiliser que le moulin à vent. Moulin « aérodynamique » et moderne certes, mais rien qui produise le millième (1-2 MW) d’une centrale nucléaire (1600 MW), le centième d’un barrage, le dixième d’une centrale au fioul…
    …or tous ces moyens efficaces sont calomniés avant d’être interdits, alors que les éoliennes depuis 25 ans sont promues avant d’être imposées.
    Il y a donc un plan de restriction qui ne dit pas son nom. Les logiques affichées (« sauver la planète et être résilient ») masque une intention totalement contraire (« sauver le système de dépendance énergétique qui fait le beurre de l’oligarchie, et apprendre aux esclaves à se contenter de peu »).

    Le pire, c’est que si on veut se révolter, on ne peut pas, car ces ouvrages sont faits pour être indestructibles : c’est un immense mât de béton recouvrant une structure d’acier. Bien plus difficile à « restituer à la nature » qu’un portique écotaxe, par exemple.
    Mais, ne perdons pas espoir : l’ère des châteaux-forts a aussitôt cessé, peu après la maîtrise du boulet de canon.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés