Santé. Consommer des champignons pour réduire de près de moitié le risque de cancer ?

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

La consommation de champignons pourrait assurer une certaine protection contre le cancer. Une étude menée par des chercheurs américains est en tout cas parvenue à cette conclusion.

Cancer : un risque diminué de 45 % chez les consommateurs de champignons

Consommer davantage de champignons lors des repas permettrait de réduire le risque de développer un cancer. C’est ce que rapportent en substance les conclusions d’une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’État de Pennsylvanie, aux États-Unis, et qui a été publiée au mois de mars dernier dans la revue médicale bimensuelle Advances in Nutrition.

Le groupe de scientifiques s’est intéressé à la composition de plusieurs types de champignons, aliment permettant d’apporter des vitamines, des nutriments et des antioxydants lorsqu’il est ingéré. Pour mener leurs travaux, ils ont passé au crible l’ensemble des sujets scientifiques étudiant le lien entre consommation de champignons et cancer, et ce sur une période comprise entre le 1ᵉʳ janvier 1966 et le 31 octobre 2020. Au total, les chercheurs ont pu ainsi compiler les données d’analyse de 17 cancers différents avec des informations provenant d’un panel de 19 500 personnes ayant été touchées par des cancers.

À la suite de quoi, l’équipe de scientifiques a constaté que les personnes qui intégraient toutes sortes de champignons dans leur alimentation quotidienne présentaient un risque plus faible de cancer. D’après les résultats, les personnes qui mangeaient 18 grammes de champignons par jour présentaient un risque de cancer inférieur de 45 % à celui des personnes qui ne mangeaient pas de champignons.

champignons

Un aliment particulièrement bénéfique contre le cancer du sein ?

Selon Djibril M. Ba, étudiant diplômé en épidémiologie au Penn State College of Medicine (appartenant à Université d’État de Pennsylvanie), « les champignons sont la source alimentaire en ergothionéine, qui est un antioxydant unique et puissant, ainsi qu’un protecteur cellulaire ». En conséquence de quoi « renouveler les antioxydants dans le corps peut vous aider à vous protéger contre le stress oxydatif et ainsi réduire le risque de cancer. »

En examinant différents cancers, les chercheurs ont constaté que la corrélation la plus forte entre la consommation régulière de champignons et le développement de la maladie concernait le cancer du sein. Les personnes mangeant régulièrement des champignons présentant un risque significativement plus faible d’être touchées par ce type de cancer.

Pour John Richie, co-auteur de l’étude, chercheur au Penn State Cancer Institute et professeur de sciences de la santé publique et de pharmacologie, « dans l’ensemble, ces résultats fournissent des preuves importantes des effets protecteurs des champignons contre le cancer », se gardant toutefois de faire preuve d’un enthousiasme excessif.

De plus, John Richie souligne aussi que la quantité de 18 grammes de champignons indiqués précédemment demeurait actuellement approximative. Toutefois, il affirme qu’au regard des résultats de l’étude, il était cependant possible de conclure que plus la consommation de champignons est importante et plus le risque de cancer devient faible. Tout en précisant par ailleurs que « les niveaux peuvent varier considérablement selon le type de champignon et comment ils sont cuits ». De nouvelles études à venir devraient permettre de décrypter précisément cette corrélation entre consommation de champignons et risques de cancers ainsi que les cancers spécifiques pouvant être impactés.

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/newarta) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Le pass sanitaire « discriminatoire » selon Médecins du Monde

L’ONG Médecins du Monde (MDM) a condamné mercredi le principe d’un pass sanitaire en France qu’elle juge “discriminatoire“, appelant...

Occupation d’Arbonne : les agriculteurs basques s’invitent chez la propriétaire parisienne

Les terrains d'Arbonne au Pays Basque Nord cristallisent la contestation autour de la hausse du foncier et de l'immobilier...

Articles liés

Ils vont effectuer les 3414 km du Tour de France contre le cancer des enfants

Tandis que les coureurs du Tour de France s'élanceront pour une 108e édition,  Yann Le Flem papa d'une enfant décédée d'un cancer en 2018...

Crise sanitaire : « Absurde de sacrifier la vie pour éviter la maladie », selon Marie-Estelle Dupont

Marie-Estelle Dupont est psychologue clinicienne, psychothérapeute et auteur. Diplômée de l'École de Psychologues Praticiens et titulaire d'un Diplôme universitaire (DU) de neuropsychologie, elle accompagne...

Cancer chez l’enfant. La Diagonale solidaire Brest-Menton en Bretagne le 14 juin 2021

4 coureurs amateurs rallieront Brest à Menton, 1 400 kilomètres, 10 000 D+, en 110 heures. Une aventure au long cours pour sensibiliser le...

Troubles et maladies neuropsychiatriques : comment comprendre la complexité du cerveau ?

Afin de mieux comprendre les origines de ces dysfonctionnements, de nombreuses approches expérimentales permettent d’étudier le cerveau et les comportements dans des conditions tantôt...