Algues vertes en Bretagne. Pour Bernard Delcros, sénateur, il faut « une ambition plus forte »

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

La lutte contre les algues vertes en Bretagne est financée par l’État à hauteur de 7 millions d’euros annuels, majoritairement dans le cadre du plan de lutte contre les algues vertes (PLAV) 2017-2021. Les travaux de contrôle, menés par les rapporteurs spéciaux du budget, permettent d’analyser la pertinence des moyens accordés par l’État à une politique publique. Bernard Delcros, vice-président de la commission des finances du Sénat et rapporteur spécial de la mission budgétaire « Cohésion des territoires », a présenté les conclusions de son travail de contrôle sur l’efficacité des moyens de lutte contre les marées vertes sur la côte bretonne.

L’État contribue financièrement à la lutte contre les algues vertes par le biais d’un programme d’interventions territoriales (PITE). Ce type d’outil budgétaire garantit la cohérence de l’action de l’État du point de vue budgétaire et offre aux gestionnaires sur le terrain une visibilité et une souplesse appréciables.

En revanche, les avancées obtenues au terme de 20 ans d’actions mises en œuvre, bien que réelles, demeurent très largement insuffisantes. Les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux : les taux de nitrates dans les eaux bretonnes, responsables de la prolifération des algues, ont certes baissé mais restent encore nettement supérieurs aux objectifs.

« Le plan quinquennal de lutte contre les algues vertes doit être amélioré et renforcé. Ses financements ne sont pas assez ciblés sur les incitations au développement de pratiques agricoles vertueuses. Il est donc indispensable de mettre en place un plan de troisième génération plus ambitieux, pour mieux accompagner les agriculteurs vers cette nécessaire transition et impliquer la filière agroalimentaire. Une réglementation adaptée aux baies « algues vertes » doit également être mise en place » indique le sénateur.

Bernard Delcros a formulé 23 propositions qui se déclinent en quatre axes :

1° Refonte de l’organisation du plan de lutte contre les algues vertes ;

2° Clarification de l’architecture du financement de la lutte contre les algues vertes et de l’articulation entre les différents financeurs ;

3° Ciblage des projets financés dans le cadre du plan de lutte contre les algues vertes en direction de pratiques agricoles pour réduire les fuites de nitrates ;

4° Mise en place de nouveaux outils d’évaluation et de suivi.

Consulter le rapport et sa synthèse

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

À quels risques s’expose Thomas Pesquet lors de sa sortie extra-véhiculaire ?

Pour la troisième fois de sa vie, Thomas Pesquet s'est élancé dans le vide spatial hier, 16 juin 2021....

Saint-Brieuc : une marche contre l’éolien en mer tandis que des associations des Hauts de France demande un moratoire

Non aux éoliennes ! Un slogan martelé le 29 mai par plus de 500 personnes dans les rues de...

2 Commentaires

  1. le lisier de porc, au lieu d’être déversé en bretagne, ne pourrait il pas être acheminé dans d’autres régions qui utilisent des engrais chimiques ? solution trop simple surement

  2. Ce problème est connu, ciblé depuis des lustres (3- 4 décennies), il manque simplement les moyens pour l’éradiquer, le juguler.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Stop aux marées vertes. Une pétition contre les conséquences des algues vertes en Bretagne

Le mouvement Eau et Rivières de Bretagne vient de lancer une pétition contre les conséquences des Algues vertes en Bretagne. Cette pétition est adressée...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes à la fin du mois...

Algues vertes. Un recours gracieux contre le Préfet des Côtes d’Armor pour « écocide provoqué par les marées vertes »

Un recours gracieux a été déposée fin novembre contre le Préfet des Côtes d'Armor, symbole de l'Etat, pour mettre fin à la prolifération des...

« Bretagne, une terre sacrifiée ». Un reportage choc sur les Algues vertes et les conséquences du modèle agricole et industriel breton

Mardi dernier, dans le cadre de l'émission Le monde en face, présenté par Marina Carrère d'Encausse, proposait le documentaire "Bretagne : une terre sacrifiée...