Environnement : l’usine Yara (Montoir-de-Bretagne) placée sous surveillance renforcée

A LA UNE

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Le ministère de la Transition écologique vient de placer 6 sites industriels sous surveillance renforcée. Parmi eux, un site breton : l’usine Yara de Montoir-de-Bretagne. L’établissement qui produit des engrais et se situe sur la très sensible zone portuaire était déjà classé Seveso. Le mardi 06 juillet, le ministère a annoncé son classement en « vigilance renforcée » suite à un contrôle effectué au cours des derniers mois. Selon le ministère, Yara n’aurait pas respecté des valeurs limite de rejets d’eau industrielles ainsi que de poussières dans l’atmosphère. Un « plan de conformité » a été demandé par les autorités. Selon le ministère celui de Yara, comme les autres, « comporte des mesures concrètes, quantifiables et vérifiables qui devront être mises en œuvre d’ici le 31 décembre 2022. »

Yara a annoncé la mise en œuvre de travaux sensés améliorer la sécurité. Ces aménagements se poursuivront jusqu’à fin 2022.

Des associations écologistes se retrouvent régulièrement devant l’usine accusée de pollution. Des odeurs d’ammoniac émanant des silos couvrant régulièrement la ville de Saint-Nazaire. Yara appartient à un groupe norvégien.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

La loi ouvrant le droit à la PMA publiée aujourd’hui au Journal Officiel

A croire que cette loi était une d'urgence vitale pour la société bretonne et française : la loi bioéthique...

Emmanuel Macron sur Tiktok : «C’est désastreux» dénonce Nicolas Vidal

Le 2 août, Emmanuel Macron s’est exprimé sur TikTok et Instagram, invitant les français à l’interroger sur la vaccination. Depuis...

1 COMMENTAIRE

  1. Le patrimoine industriel de la Bretagne part en sucettes, les installations réalisées dans les années 1980 sont aujourd’hui obsolètes et délabrées, devenues les filiales de multinationales, celles ci se les refilent comme des patates chaudes, il s’agit de faire le maximum de fric avant de quitter les lieux avec la caisse tout en nous laissant leur bazars en ruines en cadeau.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Après l’incendie de Lubrizol, où se trouvent les sites classés Seveso en Bretagne ?

La Bretagne historique compte 71 sites industriels classés Seveso, traitant des produits qui présentent des risques majeurs pour les populations et l'environnement et qui...

Sécuriser les sites Seveso, mission impossible ?

03/08/2015 – 06h00 France (Breizh-info.com) – Le gouvernement a annoncé que, d'ici à la fin de l'année, tous les sites Seveso seront inspectés pour évaluer leur vulnérabilité....