Loudéac. Du rap, des Roumains, des Mahorais… et un climat d’insécurité.

A LA UNE

Certains habitants de Loudéac ne se sentent plus en sécurité du fait d’incidents à répétition dans la petite ville des Côtes d’Armor. Des rixes impliquant notamment des Roumains et des Mahorais ont été récemment à déplorer. Le tout sur fond de rap et de forte alcoolisation.

Insécurité : rixes à répétition à Loudéac

Loudéac, commune du centre Bretagne d’un peu plus de 9 000 habitants et jadis paisible, n’échappe pas, elle non plus, à l’ensauvagement touchant désormais la plupart des villes bretonnes, y compris celles de taille modeste. Une situation qui n’est pas sans rappeler le cas de Ploërmel, dans le Morbihan, où des bandes de racailles (dont une partie est issue de l’immigration extra-européenne) se livrant à diverses prédation font régner un climat d’insécurité depuis plusieurs mois.

Ainsi, Le Courrier Indépendant, hebdomadaire local de Loudéac, rapportait le 23 juillet dernier que des incidents nocturnes s’étaient déroulés dans la commune deux jour plus tôt. Le 21 juillet en début de soirée, dans le square Abbé Robin décrit par le journal comme étant « mal famé », une première bagarre entre deux jeunes mineurs a lieu, nécessitant l’intervention de la police municipale.

Un peu plus tard en soirée, tandis qu’un concert se termine dans ce même square, ce sont cette fois des affrontements entre une vingtaine d’individus fortement alcoolisés qui sont à déplorer. De quoi nécessiter l’intervention des gendarmes de la brigade de Loudéac mais également de renforts venus du Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Saint-Brieuc

« Battle » de rap, Roumains et Mahorais…

Mais le répit sera de courte durée pour les forces de l’ordre qui seront de nouveau contraintes d’intervenir pour mettre fin à un « battle » de rap, c’est-à-dire un bruyant concours entre rappeurs, initié à proximité immédiate de l’EHPAD Brocéliande à grand renfort de sono rapportée. Ce qui vaudra une verbalisation pour tapage nocturne à plusieurs « jeunes ».

Quant au square Abbé Robin, la presse locale précise que sa mauvaise réputation n’est pas tout à fait nouvelle puisque de précédents incidents qui ont déjà été recensés. Le tout souvent sur fond d’alcool et de rap diffusé très fort.

L’article en question ajoute par ailleurs que « le lieu est en effet devenu le point de rencontre de deux fortes communautés. Les Roumains et les Mahorais, eux aussi nombreux dans la ville. » Et de poursuivre en affirmant que cette « concentration » met « mal à l’aise certains Loudéaciens ». On le serait effectivement pour moins que ça…

Enfin, au mois de juin dernier, un Mahorais a été condamné à huit ans de prison après avoir été reconnu coupable du viol d’une adolescente de 16 ans, toujours à Loudéac, en 2019. L’individu était arrivé dans la région en provenance de Mayotte deux mois auparavant.

Loudéac. Un Mahorais condamné à 8 ans de prison pour le viol d’une adolescente

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Economie. Une société à la chinoise après l’effondrement ?

Notre économie est en phase terminale... et le gouvernement s'apprête à débrancher le patient ! Affirmant que le pass-sanitaire...

Pass-sanitaire : Macron souffle le chaud et le froid

Au programme ce soir, les médias et le gouvernement marchent main dans la main pour enterrer l’opposition au pass-sanitaire. Pour...

1 COMMENTAIRE

  1. ah le « sentiment » d’insécurité !!!
    c’est étonnant mais dans les villes qui ont voté écolos ou ps, c’est bien pire qu’ailleurs

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés