Irlande du Nord. Les intimidations paramilitaires ont conduit à 230 relogements cette année

A LA UNE

256 personnes ou familles ont été contraintes de fuir leur domicile au cours des 12 derniers mois en raison d’actes d’intimidation de paramilitaires en Irlande du Nord.

La quasi-totalité d’entre elles (230) ont été menacées par des organisations paramilitaires.

Malgré le confinement, le nombre de menaces paramilitaires a augmenté par rapport aux 12 mois précédents, en légère hausse par rapport aux 212 menaces recensées par le Housing Executive en 2019/2020.

Les données n’indiquent pas quelle faction était responsable de la menace ou de l’intimidation.

Au cours des cinq dernières années, 2 321 personnes se sont présentées au Housing Executive comme étant sans abri en raison d’intimidations. Ces chiffres sont en baisse constante mais représentent toujours un nombre important de familles sous la menace des paramilitaires.

Elle intervient alors qu’un universitaire a averti que les menaces paramilitaires au sein des communautés sont devenues banalisées dans certaines parties de l’Irlande du Nord.

Ce week-end, la police a confirmé qu’elle enquêtait sur un incident au cours duquel une famille catholique a été contrainte de fuir sa maison dans l’est de Belfast après avoir reçu des menaces paramilitaires. La mère de trois enfants aurait demandé à être logée dans le quartier après avoir été longtemps sur une liste d’attente pour un quartier « très demandé » de Belfast.

Elle n’avait pas été précédemment intimidée par les républicains pour quitter Belfast Ouest, comme l’ont prétendu certains loyalistes. Selon certaines sources, la famille pensait être en sécurité dans le quartier de Cregagh, principalement loyaliste, car des amis y vivaient.

Cependant, elle a été contrainte de quitter sa maison après avoir été abordée par des loyalistes qui lui ont dit de partir. Les politiciens ont attribué la menace contre la femme aux paramilitaires locaux.

L’inspectrice en chef du PSNI, Wendy Pollock, a déclaré : « La famille a été traumatisée, elle ne se sent plus en sécurité chez elle et a été obligée de déménager. Notre enquête se poursuit et je demande à toute personne ayant des informations de nous contacter ».

La police traite l’incident comme un crime de haine sectaire.

Le Housing Executive a déclaré : « Nous sommes au courant de ce cas et nous aidons la famille concernée. Ces dernières semaines, nous avons proposé un logement temporaire à la famille, mais elle a refusé et a choisi de prendre ses propres dispositions. Ils ont demandé un logement temporaire à loyer unique dans une zone où la demande est très élevée et nous continuerons à leur fournir des conseils et une orientation sur les options de logement dans les jours à venir. »

Le Dr Jonny Byrne, maître de conférences en criminologie à l’Université d’Ulster, a déclaré : « Considérant que nous avons encore le programme Tackling Paramilitarism de 2015, considérant que nous avons encore toute l’architecture du conflit ici en 2021, ce n’est pas une surprise. Le fait qu’il s’agisse d’une mère et d’un enfant a accru l’attention, mais ce n’est malheureusement pas inhabituel. Si vous regardez les statistiques sur le logement en remontant 20 ans en arrière, vous pouvez voir le nombre de familles qui ont été chassées de leur maison à cause des intimidations paramilitaires. Il est facile pour les gens de voir que les choses s’améliorent. Mais d’un autre côté, nous avons toujours des paramilitaires dans les communautés où les gens sont intimidés. »

On accepte que des individus dans des organisations puissent faire ces choses qui ne font pas partie de l’état de droit et que cela soit pris comme normal, c’est là que se situe le problème en 2021. C’est un problème, mais c’est quelque chose qui est devenu normalisé à travers ces zones où les paramilitaires existent ».

Durant la guerre civile en Irlande du Nord, dans les années 70, des milliers de familles ont été forcées de quitter leurs logements par des paramilitaires ou des habitants du quartier, laissant tout derrière elles, pour rejoindre un quartier de leur propre communauté.

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Journées du patrimoine. Les manoirs bretons. Ar manerioù e Breizh

(Br) Pinvidik-mor eo glad ar vro, hag e-mesk an teñzorioù legadet dimp ez eus milieroù a vanerioù. Un tamm...

Rugby. 4ème défaite pour le RC Vannes à Mont de Marsan

Le début de saison du RC Vannes en Pro D2 tourne au cauchemar. 4 matchs, 4 défaites, la dernière...

Articles liés