Allemagne. Des non vaccinés bientôt « autorisés à entrer nulle part », la vaccination des 12-17 ans à l’étude…

A LA UNE

Sous l’impulsion d’Angela Merkel, l’Allemagne semble vouloir s’engouffrer sur le chemin liberticide ouvert par la France. L’interdiction de l’accès à certains lieux aux non vaccinés (y compris avec un test négatif) et la vaccination des 12-17 ans sont des sujets actuellement évoqués outre-Rhin.

Mesures liberticides : l’Allemagne de Merkel dans les pas de Macron

À croire que la France a inspiré d’Allemagne en matière de mesures liberticides censées lutter contre la propagation du Covid-19. Au pays d’Angela Merkel, on assiste effectivement à un tour de vis depuis quelques jours avec un gouvernement qui envisage de durcir drastiquement les restrictions contre les Allemands non vaccinés à partir de la mi-septembre.

Dans une Allemagne où 54 % de la population est vaccinée (et 62 % ayant déjà reçu une dose), les campagnes de promotion vaccinales semblent, comme dans l’Hexagone, connaître un ralentissement avec une partie de l’opinion publique qui demeure sceptique voire hostile à l’idée de se faire vacciner.

Face à cette situation, Angela Merkel, dans les pas d’Emmanuel Macron, a donc opté pour la politique de la contrainte. En effet, dans le courant du mois prochain, se rendre au restaurant, à l’hôtel, ou encore chez le coiffeur pourrait être réservé aux Allemands présentant un schéma de vaccination complet. Le gouvernement allemand ne s’en cache pas : il souhaite que les personnes non vaccinées « ne soient autorisées à entrer nulle part ».

Des tests payants et possiblement non acceptés

En parallèle, toujours dans l’optique de contraindre les Allemands à la vaccination, l’exécutif envisage de rendre payant les tests dès le mois d’octobre selon la presse allemande tout en laissant la porte ouverte à de nouvelles mesures puisque « d’autres restrictions pourraient être nécessaires ».

Dès le 25 juillet dernier, Helge Braun, le chef de cabinet de la chancelière, ne faisait pas mystère de la politique fédérale en affirmant dans le Bild am Sonntag que « les personnes vaccinées auront certainement plus de liberté que les personnes non-vaccinées ».

Plus inquiétant encore pour celles et ceux faisant le choix de se faire tester afin d’échapper au vaccin, Helge Braun indiquait également que l’accès à « des endroits comme les restaurants, les cinémas et les stades ne serait plus possible, même pour les personnes non vaccinées testées, car le risque est trop élevé. » Ce qui, hormis la privation, ne laisserait donc aucune alternative à la vaccination pour les personnes souhaitant se rendre dans ces lieux.

Par ailleurs, notons que le chef de cabinet d’Angela Merkel ne semble, tout comme la ministre française du Travail Élisabeth Borne, guère plus au fait de l’évolution des connaissances scientifiques sur le Covid-19 : la capacité d’une personne vaccinée et contaminée à transmettre le virus n’est désormais plus à démontrer. L’exclusion de certains lieux qui pourraient concerner les personnes testées négatives au seul profit des vaccinés ne repose donc sur aucun argument scientifiquement viable actuellement.

La vaccination des 12-17 ans évoquée en Allemagne

Pour faire le point sur la situation dans le pays, une réunion a été programmée le mardi 10 août entre Angela Merkel et les seize présidents de région. Avec notamment en ligne de mire l’accélération de la campagne de vaccination, laquelle « a lamentablement échoué » selon les mots d’Olaf Gersemann, journaliste à Die Welt cité par le JDD.

Celui-ci ne fait d’ailleurs pas mystère de sa volonté de voir une politique coercitive se mettre en place en Allemagne et est favorable à l’obligation vaccinale complétée par des sanctions pour les réticents : « Nous savons désormais qu’une simple campagne incitative ne suffit pas ».

Enfin, la question de la vaccination des 12-17 ans a fait son apparition dans le débat public allemand mais, selon Ines Weber du conseil fédéral des familles, « les parents sont très sceptiques car la commission vaccinale ne recommande cette vaccination que pour les adolescents à risque ».

Une réticence qui n’est pas partagée par le président du Land de Bavière, Markus Söder. Ce dernier souhaitant outrepasser cet avis : « La commission a le droit d’avoir cette position, mais la politique doit prendre des décisions ». En pratique, il souhaite la mise en place d’une campagne vaccinale active dans les établissements scolaires. Des tensions pourraient rapidement voir le jour avec les parents d’élèves si de telles mesures étaient appliquées…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

5 Commentaires

  1. Après le III , le IV ?
    Mais cette fois çi c’est le pouvoir financier et industriel qui est aux manettes , les politiques ne sont que les marionnettes ; Quoi qu’a partir de 36 si on gratte un peux on peux voir que ce sont les industriels et les banques américaines qui en sous mains dirigeaient l’affaire.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés