Découverte. Exposition sur les missionnaires du Finistère à la chapelle du Saint-Esprit à Quimper

A LA UNE

Les missionnaires bretons dispersés à travers le monde pour y transmettre la Foi catholique et ceci depuis le 19e siècle ( de 1800 à 1975 ) sont exposés actuellement à la chapelle du St esprit, à Quimper. 1 060 noms d’hommes et de femmes d’environ 200 communes du Finistère en une exposition ouverte depuis le samedi 21 août 2021 et tous les samedis de septembre à partir de 14h particulièrement pour les Journées Européennes du Patrimoine des 18 et 19 septembre, à l’intérieur de la chapelle du Saint-Esprit à Quimper ( en haut de la rue E. Gourmelen).

Tous originaires du diocèse de Quimper et Léon, ils redescendent donc sur terre et sur ces murs pour nous rappeler et leur nom et leur parcours de don de soi si diversifié.

Que de parcours, que d’obstacles à surmonter dans ces pays d’ évangélisation au-delà de nos Afriques françaises, Occidentale et Equatoriale, de nos territoires d’Outremer mais aussi de la Chine , du Japon, de la Thaïlande, de la Birmanie, de la Malaisie  auprès de tant de peuples jusque là inconnus ! C’est sans parler de la prison et des guerres pour un nombre certains de ces prêtres qu’ils soient issus de l’ordre de Saint-Jacques et pour les religieuses franciscaines ou augustines , mais aussi de celui de Saint Joseph de Cluny, des Filles de la Sagesse et de tant de congrégations étonnamment conquérantes après la Révolution de 1789… il est vrai qu’elles avaient pour exemple le Père Grignon de Montfort qui avait re-cathéchisé l’Ouest de la France ce qui expliqua la résistance chouanne !

Les villes de Brest et de Quimper furent les plus riches en vocations … il est vrai que le Concile de Trente ( 1563 ) avait imposé dans chaque capitale épiscopale la création d’un grand séminaire d’où l’abondance des ordinations et plus encore après l’expulsion et donc la dispersion des prêtres (1791) l en ce qui concerne le séminaire de Quimper..

Le manoir de Creac’h Euzen sur lequel s’adosse la chapelle fut acheté (1677) pour abriter cette spiritualité avant de devenir hôpital militaire durant les deux guerres du siècle dernier, où en plus de l’exposition actuelle , se tiennent deux autres rétrospectives : celle de l’histoire de cette colline par des étudiantes en patrimoine de l’ UBO et celle du pèlerinage moyenâgeux autour des 7 Saints fondateurs de la Bretagne historique en leur évêché et relancé par Philippe Abjean en 1994 suscitant chaque année l’ enthousiasme de centaines de participants , croyants ou pas, qui ne se dément pas , précédent l’engagement de ce créateur inspiré dans l’aventure de « La Vallée des Saints » en Côtes d’Armor en 2010 !

C’est lui encore qui a permis , avant d’en confier les clés au président de l’Association des Ouvriers du Saint-Esprit et auteur de cette passionnante recherche illustrée Jacques Pensec , l’achat symbolique de la chapelle dominant l’un des affluents de l’Odet en la ville préfecture  pour l’ accueil des pèlerins.

La Fondation du Patrimoine s’est aussi investie dans la nécessaire restauration de ce qui n’est pas seulement une oeuvre de Foi mais aussi d’utilité publique, certes dans un esprit laïc mais de reconnaissance et d’appropriation de notre passé pour construire notre si fragile avenir ! A chacun d’y apporter sa pierre donc son obole ici : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/chapelle-du-saint-esprit-a-quimper

Claudine Dupont-Tingaud

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés