Afghanistan, USA. L’administration Biden tente de faire oublier la crise

A LA UNE

L’administration Biden a agi comme si la chute de Kaboul n’était qu’une mauvaise nouvelle qu’elle devait faire passer jusqu’à ce qu’un nouveau cycle d’informations commence.

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière, le président Biden a déclaré qu’il n’avait pas été critiqué par les alliés américains et a affirmé qu’Al-Qaida n’était plus en Afghanistan. Selon ses termes, Al-Qaida avait « disparu ». Ces deux déclarations sont manifestement fausses. En juin dernier, l’ONU a publié un rapport détaillant la présence d’Al-Qaïda en Afghanistan. Le propre département de la défense de Biden est d’accord. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré à la presse : « Nous savons qu’Al-Qaïda est présent, ainsi qu’ISIS, en Afghanistan et nous en parlons depuis un certain temps ».

À l’étranger, les alliés des Américains ont vivement critiqué le retrait d’Afghanistan. La semaine dernière, le Parlement britannique a formellement condamné la gestion de la crise afghane par Biden. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a utilisé des mots comme « amer » et « terrifiant » pour décrire la situation sur le terrain. Armin Laschet, chef du parti chrétien-démocrate et probable successeur de Mme Merkel, a déclaré : « C’est la plus grande débâcle que l’OTAN ait connue depuis sa création… ».

Les responsables de l’administration se sont rendus dans les talk-shows politiques du dimanche matin pour faire valoir leurs arguments. Dans l’émission This Week sur ABC, Lloyd Austin a admis que certains Américains avaient eu des moments difficiles avec les talibans. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré à CBS News que le gouvernement américain n’avait aucune idée du nombre d’Américains restés en Afghanistan. Lorsque CNN lui a demandé si les Américains devaient obtenir la permission des talibans pour quitter l’Afghanistan, Antony Blinken a répondu : « Ce sont eux qui contrôlent la situation ». Plus tard, Blinken est allé sur Fox News. L’animateur Chris Wallace a pressé Blinken sur les déclarations de Biden à propos d’a-Qaida et de l’OTAN et a demandé : « Le président sait-il ce qui se passe ? ».

Les combattants talibans contrôlent le périmètre autour de l’aéroport international Hamid Karzai, rendant l’entrée extrêmement difficile pour les Américains ou quiconque. Des milliers de réfugiés encerclent l’aéroport dans des conditions de chaleur et d’exiguïté. Ces réfugiés sont harcelés par les forces talibanes qui refusent généralement de les laisser passer. Pendant que les troupes américaines observent depuis l’aéroport, les parachutistes britanniques et français montent des expéditions dans Kaboul pour récupérer leurs citoyens. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les commandants américains n’envoyaient pas d’équipes de secours à Kaboul, le secrétaire à la défense Lloyd Austin a répondu : « Nous n’avons pas la capacité d’aller chercher un grand nombre de personnes ».

Les forces aériennes américaines et alliées ont évacué près de 100 000 personnes de Kaboul. Ce nombre inclut environ 4 000 Américains jusqu’à présent. Le département d’État affirme que 1 500 Américains restent en Afghanistan. Mais les responsables de l’administration refusent de garantir que tous les Américains seront évacués. La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, fait souvent référence aux « Américains qui souhaitent partir ». Ce qui pose la question suivante : qui sont les Américains qui veulent rester ? Mardi, elle s’est disputée avec Peter Doocy, de Fox News, qui l’interrogeait sur les Américains bloqués : « Je pense qu’il est irresponsable de dire que des Américains sont bloqués. Il n’y a pas d’Américains bloqués », a déclaré Mme Psaki.

Les talibans ont donné à l’administration Biden une date limite stricte, le 31 août, pour la fin de l’évacuation. Dans une interview accordée à Sky News, le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, a qualifié le 31 août de « ligne rouge » et a déclaré que toute occupation américaine de l’aéroport après cette date « provoquerait une réaction ». Malgré les appels du Congrès et des alliés américains, le président Biden insiste sur le fait qu’il respectera la date limite fixée par les talibans.

Les talibans ont joué leur victoire pour un effet de propagande maximal. Les combattants défilent dans les villes avec des équipements militaires américains capturés. Sur une photo, des combattants talibans vêtus d’uniformes et de casques américains ont recréé la photo emblématique des Marines américains soulevant la bannière étoilée à Iwo Jima. Un autre groupe de talibans s’est photographié en train de manger une glace, la friandise préférée du président Biden. Dans une tentative de se rapprocher de l’Occident, les talibans ont déclaré qu’ils respecteraient les droits des femmes (dans le cadre de l’islam) et ont appelé le monde à s’unir pour lutter contre le changement climatique.

Les sondages d’opinion montrent que les Américains sont favorables au retrait de l’Afghanistan. Dans un sondage Hill-Harris réalisé en juillet dernier, 73 % des Américains souhaitaient que les forces américaines quittent le pays. Pourtant, les Américains n’aiment pas ce qu’ils voient. Selon un sondage réalisé par CBS News la semaine dernière, 74 % des Américains estiment que le retrait se déroule mal ou très mal. La situation actuelle nuit gravement à la cote de popularité globale de M. Biden. Selon un sondage USA Today, la cote de popularité globale de Biden a chuté à 41 %. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la cote de popularité de Biden est de 46,6 % selon le sondage Real Clear Politics.

Par William Stroock, auteur de fictions militaires (Infobrics, traduction breizh-info.com

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés