Sandrine Rousseau, la candidate EELV qui va (presque) vous faire aimer les talibans ! [L’Agora]

A LA UNE

Je ne vais pas me faire une copine de plus en la personne de Sandrine Rousseau, nouvelle « star » montant d’Europe Ecologie les Verts (EELV, qui devrait enlever le mot écologie de son titre, tant le rouge sociétal est plus important dans ce parti dont il est évident qu’une partie d’électeurs réellement écologistes se fait arnaquer lors de chaque cirque électoral) et potentielle candidate à l’élection présidentielle.

Cette dernière s’est illustrée récemment par des propos assez lunaires lors de l’UDT d’EELV, typiques du mouvement décolonial, racisés, indigènes, en résumé, du mouvement qui entend en finir avec le mâle blanc et hétérosexuel que je suis, et que nous sommes encore quelques millions à être sur cette planète, ne lui en déplaise.

Des propos qui m’ont fait m’interroger l’autre jour : finalement, les talibans en Afghanistan, qui défendent leur pays, leur religion, leurs coutumes, leurs ethnies aussi, ne me sont-ils pas plus sympathiques qu’une Sandrine Rousseau qui veut « déconstruire » mon histoire, pour mieux imposer demain à mes gamins celles des peuples de la planète entière, tout en leur expliquant que nous sommes  d’horribles salauds de blancs colonialistes ? Finalement, entre des hommes à la longue mémoire, qui ont flanqué une branlée aux Russes, aux Américains, et, dans l’histoire, à de nombreux ambitieux ayant voulu conquérir leur pays, et une femme féministe un brin hystérique, obsédée de la discrimination visant tout ce qui n’est pas blanc, n’ai-je pas une préférence naturelle pour les premiers ?

J’ai presque envie de répondre oui (presque…je n’oublie pas qu’ils sont classés par l’UE sur la liste des organisations terroristes et qu’il ne s’agit pas ici de faire leur apologie, loin de là..) Oui, parce que finalement, j’ai l’impression d’avoir parfois plus de points commun avec les talibans qu’avec Sandrine Rousseau. Non pas que je partage, loin de là, la passion de la loi islamique intégrale, de la Charia, ecomme ils l’ont appliqué et l’appliqueront demain à ceux qui souhaitent finalement vivre comme à l’époque du prophète Mahomet, mais je me sens tout de même plus proche d’individus enracinés, conscients de qui ils sont et d’où ils vont, que de déracinés, d’ethnomasochistes, comme Sandrine Rousseau.

Mon souhait ? Qu’elle ne soit, comme ses aficionados, qui sont malheureusement trop présents, trop influents dans de nombreuses strates de la société française et notamment dans l’Éducation nationale (d’où le danger pour nos gamins), qu’une parenthèse dans notre histoire. Car finalement, Sandrine Rousseau incarne parfaitement cette époque, que Victor Aubert, d’Academia Christiana, situe comme une parenthèse 1960-2030. Une époque d’explosion démographique dans le monde, de mise en minorité de l’homme blanc, de reniement de son histoire, de sa civilisation, de son passé, de ses racines, de son comportement. Une époque de bouleversements profonds, migratoires, industriels, techniques, écologiques, qui auront des conséquences si les idéologues qui distillent, comme Sandrine Rousseau, un certain venin parviennent à leurs fins.

Sandrine Rousseau a peut être raison sur une chose : ne craignons pas les Afghans qui viennent en France pour des questions de terrorisme, car c’est totalement secondaire au regard de la question migratoire. C’est la seule chose sur laquelle nous devons nous rejoindre.

Mais par contre Madame Rousseau craignons bien ces femmes, ces enfants, ces hommes (« ces poètes » pour Sandrine Rousseau qui nous fait du Yann Moix) aussi qui vont arriver, par millions, en Europe. Non pas parce qu’ils soient une menace physique (quoiqu’il existe de nombreux faits de délinquance rapportés à leur communauté comme de nombreux travaux, dont ceux de breizh-info, l’ont rapporté). Mais simplement parce qu’ils sont une menace numérique, une menace de submersion migratoire sur le moyen terme, d’autant plus lorsqu’elle est additionnée aux Syriens, aux Maliens, aux Rwandais, aux Érythréens et à tous les damnés de la terre à qui Sandrine Rousseau et ses amis n’ont de cesse de dire qu’ils peuvent venir, qu’ils sont chez nous chez eux, n’en déplaise aux racistes hideux et sans cœur que nous sommes.

Madame Rousseau. Je constate tous les jours les ravages dans nos métropoles que font vos amis politiques, à Grenoble par exemple, ville dont la criminalité est proportionnellement plus importante qu’à Marseille. Partout, à Nantes, à Rennes, à Brest, où les « écologistes » occupent des postes avec leurs amis socialistes, ils font de nos villes des « zones inclusives », en imposant à tous, mixité ethnique, lubies LGBTQ+ pour tous, cour de récréation « non genrée », mémoriaux contre l’esclavage, le racisme, le colonialisme, tout en fustigeant la voiture (saloperie de prolétaires blancs des campagnes !), tout en rendant la vie impossible aux Européens qui pourtant, de par leur nombre et leurs comportements, ne sont pas les assassins de la planète que voudraient faire condamner les ayatollahs de la fausse écologie, ceux qui n’évoquent jamais la menace démographique mondiale en Asie ou en Afrique….

Au final, Madame Rousseau, vous êtes l’incarnation de tout ce que je déteste profondément dans la société française actuelle. Je pense qu’il n’y aura jamais aucune possibilité de réconciliation entre vous et moi. Aucune vie commune possible, dans la même société. Je ne veux pas que mes enfants fréquentent des idéologues dangereux comme vous et vos amis. Je ne veux pas, finalement, qu’ils vivent ensemble avec vous et les vôtres. Nous n’avons rien en commun. Je suis persuadé d’avoir plus d’affinités potentielles avec des enseignants d’une Madrassa afghane, avec des missionnaires indiens du Chili, ou avec des guerriers Maasai, qu’avec vous, qui n’êtes finalement qu’une erreur de l’Histoire.

Une erreur de l’Histoire, dont les acteurs et aujourd’hui énormément d’actrices (malgré la victimisation féminine permanente) occupent tous les postes clés depuis les années 60, avec pour objectif, même inavoué, de triompher de siècles de règne, encore une fois, de l’homme blanc, et hétérosexuel. Vous le dîtes vous-même, vous êtes déterminée à construire la révolution féministe et à mettre fin à la société patriarcale.

Et bien sachez, Madame Rousseau, que nous sommes là pour neutraliser votre révolution de pacotille. Que vous ne nous ferez pas disparaitre. Parce que nous allons nous battre et que nous sommes fiers d’être ce que nous sommes, descendants d’une longue mémoire, et transmetteurs d’une Civilisation qui vous aura définitivement oublié, vous et vos complices.

Ce ne sont pas les talibans afghans, maîtres chez eux, qui aujourd’hui menacent l’Europe, les Européens, leur avenir. Mais bien les idéologues comme Madame Rousseau et ses amis, qui veulent tout simplement nous effacer, nous faire disparaitre.

Il est important de savoir désigner l’ennemi, le vrai. Et de le combattre.

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Éric Zemmour : « Je suis le seul à subir ce traitement infâme. On sait pour qui roule Paris Match »

Éric Zemmour, Journaliste et auteur de "La France n'a pas dit son dernier mot", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=7LqltbNep_I Crédit...

Délinquance en France. Les Africains surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles, ou d’agressions

Les Africains sont surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles,...

2 Commentaires

  1. Les Verts ne sont que des « écolos autoproclamés » car l’écologie n’est en rien leur priorité. Ils sont même des anti-écolo car laisser entrer en masse des gens qui à qui on fait miroiter un eldorado et se retrouvent à la rue, et de fait font de nos villes des dépotoirs et des quartiers de deal (on sait que l’herbe c’est naturel, mais bon…), c’est de la bêtise absolue !!!
    Bien des électeurs – comme moi – ne votent plus pour eux parce qu’ils sont trop « rouges » politiquement ! Qu’ils s’occupent de la nature et laissent l’immigration à la droite, plus lucide !!!
    La France était une terre d’asile MAIS elle est devenue UN asile avec les idées « bobos-gauchos-écolos » !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés