La démocratie hongroise dénigrée en Europe de l’Ouest

A LA UNE

Depuis la crise européenne des migrants de 2015, lorsque 1,3 million de personnes ont envahi l’espace de l’Union européenne et demandé l’asile, une guerre des idées et des principes s’est déroulée à travers l’Europe.

Face aux troubles au Moyen-Orient, aux guerres en Afghanistan et en Irak, et aux dangers posés par les insurrections terroristes au Nigeria, en Libye et au Pakistan, les gouvernements européens ont commencé à enregistrer un nombre croissant de réfugiés au cours de la dernière décennie.

Dans le processus visant à offrir à ces réfugiés un environnement propice à la réintégration, un fossé écrasant s’est creusé dans les politiques de sécurité frontalière entre les pays de l’Union européenne ouverts à l’introduction brutale de traditions culturelles étrangères dans leurs sociétés respectives et les nations telles que la Hongrie soucieuses de maintenir l’État de droit et de préserver les institutions démocratiques. Contrairement à la tendance qui prévaut dans l’UE, le Premier ministre Viktor Orbán est en contact permanent avec ses compatriotes et entretient un dialogue étroit lorsqu’il s’agit de questions stratégiques qui affectent directement la sécurité nationale et les performances économiques de la Hongrie.
La question fondamentale demeure : y a-t-il plus de démocratie à Bruxelles ou à Budapest ?
Depuis des années, les parlementaires européens décrivent sans complexe Viktor Orbán comme un dirigeant autocratique et un ennemi de la Convention européenne des droits de l’homme, affirmant que les principes et normes démocratiques s’érodent à Budapest.

Dans des pays comme les Pays-Bas, le Premier ministre Mark Rutte insiste sur le fait que la Hongrie « n’a plus sa place dans l’Union européenne », faisant référence à la loi adoptée par Orbán en juin 2021, qui vise à durcir les peines pour les pédophiles condamnés, à interdire l’affichage ou la promotion de l’homosexualité auprès des jeunes de moins de 18 ans et à protéger les droits des enfants et de leurs parents.

Selon Hungary Today : « La loi stipule que les parents doivent avoir le droit de décider de l’éducation sexuelle de leurs enfants et que des limites très claires doivent être fixées pour l’éducation sexuelle dans les écoles. Les enfants doivent être protégés contre l’accès à des informations sur n’importe quelle plateforme qui vont à l’encontre des idées éducatives des parents. »

M. Rutte, soutenu par le premier ministre luxembourgeois et le chef du gouvernement belge, le président français et d’autres responsables de l’UE, a trouvé un terrain fertile sur lequel renforcer ses diffamations contre la Hongrie.

Cependant, les faits sur le terrain sont têtus et prouvent étonnamment le contraire.

Les Pays-Bas sont le leader mondial de la production de XTC, une drogue chimiquement apparentée à la mescaline et à l’amphétamine et utilisée illégalement pour ses effets euphorisants et hallucinogènes.

Des recherches ont montré que plus d’un milliard de pilules XTC ont été produites en une seule année, et le crime organisé néerlandais a généré un chiffre d’affaires annuel de 18,9 milliards d’euros grâce à cette industrie.

La situation géographique et les infrastructures, ainsi que la société tolérante des Pays-Bas, sont des facteurs importants qui permettent aux activités criminelles de prospérer dans ce pays. En outre, le manque criant d’agents de police et la faiblesse des sanctions contre le trafic de drogue ont conduit la jeunesse néerlandaise à consommer de plus en plus de substances intoxicantes.

« C’est une conséquence de la fameuse tolérance néerlandaise à l’égard des drogues douces, pratiquée depuis la fin des années 1970. Nous pensions que nous donnions l’exemple au monde, et nous en avons été très heureux pendant longtemps – mais plus maintenant », explique Pieter Tops, spécialiste des sciences sociales à l’université de Tilburg et chargé de cours à l’Académie de police des Pays-Bas.

Le 6 juillet 2021, Peter R. de Vries, journaliste néerlandais de renom qui a couvert sans crainte le monde souterrain violent des Pays-Bas et plaidé pour une justice efficace, a été tué en pleine rue à Amsterdam. Bien que les raisons pour lesquelles De Vries a été abattu ne soient pas encore connues, l’attaque du 6 juillet est emblématique de l’environnement dangereux qui existe aux Pays-Bas pour les journalistes d’investigation, en particulier ceux qui dénoncent les réseaux de trafic de drogue et la pègre d’Amsterdam.

Ce n’est pas en Hongrie mais aux Pays-Bas qu’un journaliste a été abattu, que l’homme politique de droite Pim Fortuyn a été assassiné et que le cinéaste Theo van Gogh, qui critiquait l’islam, a été tué. Tous ces actes cruels sont motivés par l’idéologie. Dans la Hongrie d’aujourd’hui, les valeurs chrétiennes et catholiques ont la haute main sur les institutions publiques et la mise en œuvre des politiques publiques. Les valeurs morales, les libertés civiles et les libertés fondamentales sont au cœur du leadership et de la politique étrangère d’Orbán.

Alors que les agitateurs d’Europe occidentale attaquent constamment la Hongrie et nient la position démocratique d’Orbán, les perspectives d’une démocratie plus saine et de la garantie de la dignité humaine par les institutions de l’État sont plus élevées à Budapest que dans toutes les capitales d’Europe occidentale réunies.

Cet article est apparu en premier sur DEMOKRACIJA, dans le cadre de la COOPÉRATION MÉDIA EUROPÉENNE.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Éric Zemmour : « Je suis le seul à subir ce traitement infâme. On sait pour qui roule Paris Match »

Éric Zemmour, Journaliste et auteur de "La France n'a pas dit son dernier mot", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=7LqltbNep_I Crédit...

Délinquance en France. Les Africains surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles, ou d’agressions

Les Africains sont surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles,...

1 COMMENTAIRE

  1. refus de l’immigration imposée
    refus de diktats sur les lgbt
    refus des diktats sur tout ce qui n’est pas en accord avec les traditions hongroise
    et orban propose un référendum pour démontrer qu’il représente son peuple
    donc c’est un facho, néonazi, réfractaire etc. ils pourraient dissoudre le peuple hongrois et le remplacer mais ils ne savent pas comment faire !

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés