L’Inde souhaite que le Quad s’implique davantage en Afghanistan

A LA UNE

Le Quad (Quadrilateral Defence Coordination Group) est un forum stratégique informel composé de l’Inde, du Japon, de l’Australie et des Etats-Unis, monté notamment pour contrer l’influence de la Chine dans la région indo-pacifique.

Les États-Unis ont annoncé que le tout premier sommet des dirigeants de la Quadrilatérale se tiendra à Washington D.C. le 24 septembre. Vendredi dernier, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) ont tenu des réunions au sommet à Douchanbé, au Tadjikistan. L’Inde était représentée à cette dernière occasion et le sera également à la première. L’Afghanistan, actuellement contrôlé par les talibans, l’évolution de sa situation et ses implications en matière de sécurité régionale constituent un sujet majeur des deux sommets. Le fait que la Quadrilatérale et les Talibans soient mentionnés dans le même paragraphe dans de nombreuses analyses et articles de presse est toutefois une nouveauté.

Les membres de l’OCS ont adopté la déclaration de Douchanbé, réaffirmant la nécessité d’efforts conjoints pour prévenir le terrorisme. L’Afghanistan est mentionné : les pays de l’OCS – dont beaucoup sont voisins du pays – ont exprimé leur soutien à un État « inclusif » et « démocratique » dans ce pays, avec des représentants de tous les groupes religieux et ethniques. Toutefois, les dirigeants de l’OCS, la Russie et la Chine, ont également appelé à un déblocage progressif des avoirs afghans et à une augmentation de l’aide, faute de quoi le commerce de la drogue et le terrorisme pourraient s’intensifier, aggravant ainsi la crise humanitaire actuelle. L’approche de l’OCS, menée par Moscou et Pékin, semble consister à encourager les nouvelles autorités de Kaboul (les talibans) à tenir leurs promesses de normaliser la vie quotidienne et d’apporter la sécurité.

Le ministre indien des affaires étrangères, S. Jaishankar, a assisté au sommet de Douchanbé, qui était pratiquement dirigé par le Premier ministre Narendra Modi. L’OCS, dont l’Inde est un membre à part entière depuis 2017, est largement considérée comme un contrepoids à l’OTAN. C’est une organisation multilatérale qui se concentre principalement sur la coopération économique et la sécurité dans la région eurasienne – avec un intérêt particulier pour les questions de séparatisme, d’extrémisme et de terrorisme.

Quant à la Quadrilatérale, le fait de discuter de la situation des pays d’Asie centrale est un signe clair que le groupe a désormais élargi son champ d’action. Le dialogue de sécurité quadrilatéral (ou Quad) est un groupe de dialogue stratégique composé de l’Inde, des États-Unis, du Japon et de l’Australie. Il a été lancé en 2007 et ses discussions ont été accompagnées d’exercices militaires conjoints, l’exercice Malabar. Il se fonde sur une vision commune d’un « Indo-Pacifique libre et ouvert », axée sur la lutte contre les revendications maritimes de la Chine et non sur les questions relatives à l’Asie centrale. Il est bien connu que la Chine a critiqué le quadrilatère dirigé par les États-Unis et l’a décrit comme une OTAN indo-pacifique, visant à contenir Pékin.

La discussion sur l’aide humanitaire et les questions régionales figure en tête de l’ordre du jour de Modi lors du prochain sommet quadrilatéral. L’Inde souhaite que le groupement s’implique en Afghanistan.

Le ministre indien des affaires étrangères, M. Jaishankar, s’exprimant lors de la réunion de haut niveau des Nations unies sur la situation humanitaire en Afghanistan la semaine dernière, a appelé à une coordination mondiale pour garantir « un accès direct, sans entrave et sans restriction » à l’aide humanitaire en Afghanistan. Cette démarche est conforme à la politique de l’Inde, comme on a pu le voir récemment dans sa diplomatie Vaccine Maitri (amitié pour les vaccins), par exemple. New Delhi entend utiliser sa puissance douce pour aider les pays en développement et se présenter comme une nation bienveillante. Ainsi, elle vise également à diriger le processus humanitaire en Afghanistan.

Ici, bien sûr, les préoccupations humanitaires et sécuritaires s’entremêlent. New Delhi estime que le terrorisme risque d’émaner de l’Afghanistan et d’avoir des répercussions sur d’autres pays d’Asie du Sud. Bien entendu, le Pakistan, un ennemi traditionnel, est également une source de préoccupation pour l’Inde.

Bien que New Delhi ait souvent considéré les talibans comme un simple mandataire pakistanais, les deux parties ont toutefois des raisons pragmatiques d’engager le dialogue. L’Inde a des investissements stratégiques en Afghanistan (d’une valeur de plusieurs milliards de dollars) et les Talibans ont besoin de ces projets pour continuer. En fait, New Delhi peut offrir beaucoup plus à l’Afghanistan sur le plan économique que le Pakistan, ayant construit des barrages, des réseaux électriques, des hôpitaux et bien d’autres choses encore.

Tous les membres de la QUAD ont investi d’une manière ou d’une autre en Afghanistan, que ce soit en termes de projets ou de sang et de sueur. Le Japon a également été un acteur majeur de l’aide internationale au pays et l’Australie a eu son propre partenariat de développement avec lui. Ses troupes faisaient également partie de la coalition dirigée par les États-Unis qui occupait l’Afghanistan depuis 2001.

La principale préoccupation des États-Unis, du Japon et de l’Australie est toutefois la Chine et son initiative « Belt and Road », et non le Pakistan.

Samedi dernier, l’Inde et l’Australie (toutes deux membres de la Quadrilatérale) ont tenu une réunion ministérielle « 2+2 » et ont affiché une approche commune de la question de l’Afghanistan : les deux pays ont appelé à une action mondiale dans ce pays d’Asie centrale.

En août, le général Bipin Rawat (chef d’état-major de l’armée indienne) a déclaré, lors d’une conférence sur la sécurité à New Delhi, que les « renseignements » fournis par les alliés quadrilatéraux de l’Inde seraient « utiles » pour lutter contre la « guerre mondiale contre le terrorisme ». Selon le colonel Jailbans Singh, vétéran de l’armée indienne à la retraite, qui est également analyste des affaires stratégiques, le Quad devrait compléter les efforts humanitaires de l’Inde dans ce pays d’Asie centrale.

Ces déclarations et développements marquent une expansion potentielle du champ d’action et des préoccupations de la Quad. Les talibans sont peut-être sous le feu des projecteurs, mais sous les discours, il y a une dispute géopolitique pour l’influence en Asie centrale entre les États-Unis et leurs alliés d’une part et, d’autre part, la Chine. Il a toujours été question de contenir Pékin, que ce soit dans la région du Pacifique ou au carrefour de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud, comme c’est le cas actuellement. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a décrit le groupe comme une « clique étroite et exclusive » qui est « vouée à l’échec ». La Chine a maintenu une approche pragmatique à l’égard du gouvernement taliban et a été l’un des premiers pays à s’engager avec lui et à développer des canaux diplomatiques avec lui.

Cela place l’Inde, membre à la fois de la Quadrilatérale et de l’OCS, dans une position assez particulière. Au-delà des différences entre l’Inde et la Chine, les deux pays partagent une frontière avec l’Afghanistan et ont tous deux des intérêts dans la stabilité de ce pays : Pékin a également des investissements dans le pays et ne veut pas que le terrorisme se propage dans sa province du Xinjiang. Les deux nations ont donc beaucoup à gagner d’un engagement pragmatique avec les Talibans.

La question est de savoir si l’Inde va poursuivre sa propre tradition diplomatique et sa propre vision de la région indo-pacifique et de l’Asie centrale ou si elle va simplement jouer le jeu des Américains, en se permettant d’être un outil pour les intérêts géopolitiques américains en isolant et en contrariant trop la Chine. Toute coopération régionale visant la paix régionale doit se concentrer sur la coopération mutuelle plutôt que de cibler une tierce partie comme la Chine.

Uriel Araujo (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

Articles liés