Saint-Brieuc. Condamnés pour trafic de fausse monnaie en lien avec un réseau albanais

A LA UNE

Après avoir écoulé de la fausse monnaie en Bretagne, quatre personnes en lien avec un réseau albanais ont été condamnées par le tribunal de Saint-Brieuc. Sans que les enquêteurs ne parviennent toutefois à démanteler le reste de ce réseau.

Saint-Brieuc : ils comparaissent pour trafic de fausse monnaie

Saint-Brieuc, préfecture des Côtes-d’Armor, est aussi devenue progressivement un laboratoire expérimental du multiculturalisme dans le département. Aussi, quand il n’est pas question de parler arabe ou pachtoune dans l’enceinte du tribunal correctionnel, ce sont des affaires de viol impliquant des Afghans ou des Algériens qui occupent l’actualité judiciaire locale.

Un certain exotisme qui a connu un nouvel épisode ces derniers jours, dans un registre légèrement différent. En effet, un clan albanais était jugé le 23 septembre par ce même tribunal correctionnel briochin.

À l’audience, seuls deux prévenus sur les quatre poursuivis étaient présents. Ils doivent répondre de 74 chefs d’inculpation au total tandis que 31 victimes ont été répertoriées dans cette affaire de fausse monnaie. Les deux absents sont un Albanais de 38 ans n’ayant pu se rendre au tribunal pour cause de Covid-19 (attestée par des preuves médicales très discutables…) et par ailleurs présenté comme étant le pourvoyeur de fausse monnaie depuis l’Italie, et une femme de 35 ans faisant déjà l’objet d’un fichage.

À l’origine de cette affaire il y a le dépôt d’une multitude de plaintes de la part de commerçants bretons, et notamment costarmoricains, après le constat de paiements en faux billets de 20 € par des clients. Par ailleurs, des commerçants de Normandie ont eux aussi déposé plainte pour des faits similaires.

Ainsi, ce sont les secteurs de Saint-Brieuc, Paimpol ou encore Lannion qui verront la plus forte circulation de ces faux billets, la coupure de 20 € étant la plus utilisée dans l’Hexagone. De quoi compliquer encore un peu plus le travail des policiers. En Normandie, c’est dans la région d’Avranches que cette fausse monnaie est repérée.

Étrange scénario sur fond de réseau albanais

Mais l’élément décisif pour l’enquête sera le dépôt d’un sac contenant plus de 700 billets de 20 € au commissariat de Saint-Brieuc par une femme âgée de 38 ans. Dont le profil a de quoi interpeller puisqu’elle a déjà fait l’objet 13 condamnations auparavant…

Aux policiers à qui elle remet le sac, elle explique avoir trouvé ce dernier dans les parties communes de son immeuble. Après un travail méticuleux des enquêteurs, il s’avère que la femme en question appartient à un trio composé de sa sœur et de son compagnon et repéré à chaque endroit où un signalement pour faux billets de la part de commerçants a été effectué. Elle est même la conductrice du véhicule.

Une fois les pièces du puzzle réuni, la police procédera aux interpellations puis les trois individus reconnaîtront intégralement les faits lors des auditions qui s’en suivront.

Quant à l’étrange dépôt du sac par la femme au commissariat, il trouve enfin une explication : après avoir dépensé environ 40 faux billets de 20 €, le trio panique lorsque le quatrième complice, censé être le pourvoyeur, leur demande de restituer l’intégralité du magot sur injonction en amont de la filière albanaise, basée quant à elle un Italie. Une partie de la fausse monnaie finit donc sa course sur le bureau des policiers dans l’objectif de faire croire aux « gros bonnets » albanais que l’argent manquant a été saisi lors d’une descente de police.

Finalement, le reste du réseau de faux-monnayeurs ne sera pas démantelé par les policiers. Quant au pourvoyeur de nationalité albanaise, il écope de huit mois de sursis et d’une interdiction cinq ans sur le territoire à l’issue de l’audience puisqu’aucune preuve matérielle n’a permis de prouver son implication directe.

En ce qui concerne le trio, l’une des sœurs écope de six mois de prison avec sursis quand l’autre s’est vu affubler de sept mois ferme. Le compagnon, inconnu jusqu’à présent de la justice, se voit infliger deux mois de prison avec sursis.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

1 COMMENTAIRE

  1. sur les billets français il était autrefois écrit « prison à perpétuité pour les faux monnayeurs
    rien de tel sur les euros, donc un simple rappel à la loi pour ces albanais (musulmans à 99%)

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés