Crise du carburant en Grande-Bretagne : Néron joue-t-il du violon pendant que Rome brûle ?

A LA UNE

Boris Johnson fait peut-être des progrès sur le front géopolitique, en poursuivant sa stratégie de Grande-Bretagne globale et en formant de nouvelles alliances sous la forme d’AUKUS ; mais sur le front intérieur, les choses s’effondrent. Des rayons vides dans les supermarchés, des files d’attente dans les stations-service où les gens transportent désormais des jerricans pour faire le plein de carburant – l’ère post-Brexit est arrivée à grands pas.

Nous savons que le Premier ministre est un fan de Winston Churchill, mais il semble qu’il aille un peu trop loin dans son adoration du célèbre leader britannique du temps de la guerre. Il est bien connu que Churchill n’était pas aussi compétent en matière de politique intérieure, et sa popularité a diminué après la Seconde Guerre mondiale. Avec l’annonce aujourd’hui, en pleine crise du carburant, que Johnson veut envoyer des fusées dans l’espace dans le cadre d’un nouveau projet de « Grande-Bretagne galactique », il est clair que ses pensées sont littéralement à des années-lumière de ce qui se passe sur le terrain.

Une pénurie chronique de chauffeurs de poids lourds (PL) signifie que, bien qu’il y ait suffisamment de carburant, il ne parvient tout simplement pas aux stations-service. La panique s’est installée, les gens apportant frénétiquement des jerricans pour s’approvisionner. En conséquence, certaines stations-service rationnent l’essence à 30 £ par client. L’armée est en attente pour conduire les camions. C’est tout simplement apocalyptique.

La pénurie de chauffeurs a créé des problèmes tout au long de la chaîne d’approvisionnement, les rayons vides des supermarchés symbolisant la dure et froide réalité de la Grande-Bretagne après le Brexit. Non pas que le gouvernement accepte cette situation. Johnson, un pionnier du Brexit, sera le dernier à admettre que la sortie de l’Union européenne est à blâmer pour le manque de chauffeurs routiers.

De l’autre côté de la Manche, d’autres n’en sont pas si sûrs. Le ministre français des affaires européennes a déclaré que la crise actuelle du carburant indique que le Brexit était une « fraude intellectuelle ». En Allemagne, le remplaçant potentiel d’Angela Merkel, Olaf Sholtz, convient que le Brexit est à blâmer. Malgré la réticence du gouvernement britannique à l’admettre, sa position semble de plus en plus difficile alors qu’il doit déjà faire volte-face sur sa politique d’immigration pour organiser la délivrance de visas à environ 5 000 travailleurs pour qu’ils passent d’Europe au Royaume-Uni. Cela contredit l’un des principaux arguments de la campagne du Brexit, à savoir que les règles d’immigration devraient être renforcées pour donner plus d’opportunités aux travailleurs britanniques plutôt qu’aux étrangers.

La crise actuelle peut en fait souligner que dans ce monde globalisé, la position du gouvernement sur les travailleurs étrangers, notamment d’Europe de l’Est, n’est pas viable. Le fait est que, depuis des années, en Grande-Bretagne, les travailleurs étrangers remplissent différents de ceux des Britanniques. Le transport routier de marchandises est un travail lourd et fatigant, avec de longues heures et des conditions de rémunération et de travail peu avantageuses. Souvent, les conducteurs doivent passer la nuit dans les véhicules et les pauses sont rares et espacées. Il en va de même pour la cueillette des fruits saisonniers, qui est effectuée depuis des décennies par des Européens de l’Est, car les habitants ne sont pas prêts à endurer un travail éreintant pour une faible rémunération.

Par conséquent, il ne serait pas du tout surprenant que la volte-face du gouvernement actuel en matière d’immigration s’avère être quelque chose de plus long terme. Comme d’autres aspects du Brexit, tels que l’impact sur la frontière irlandaise et la menace que représente l’indépendance de l’Écosse pour l’Union, il semble que beaucoup de choses n’aient pas été réfléchies. C’est ce qu’a admis Dominic Cummings dans son interview choc avec Laura Kuenssberg au début de l’année, lorsqu’il a reconnu que la campagne du Leave avait été gagnée sur de fausses promesses. Pour Cummings, Johnson et les autres Brexiteers impliqués dans la persuasion du public britannique de voter pour quitter l’UE, tout cela ne semble être qu’une fantaisie enfantine. Sans stratégie ou planification concrète, dont la crise du carburant est une indication, il semble que l’équipe de Johnson navigue à vue.

La ruée des citoyens vers les supermarchés et les pompes à essence est également un signe que les gens sont conscients de cette situation et, comme ce fut le cas au début de la pandémie de Covid, ils n’ont aucune confiance dans la gestion de la crise par le gouvernement. Avec un Premier ministre qui parle de la Grande-Bretagne globale, qui envoie des navires de guerre dans les eaux territoriales russes et chinoises dans ce qui n’est rien d’autre que des provocations, mais qui ne s’est toujours pas adressé à la nation au sujet de la crise du carburant, il est clair que Johnson n’est pas fait pour la gestion pratique et concrète. C’est un homme d’idées, et un amuseur, qui a produit un discours mémorable aux Nations unies cette semaine lorsqu’il a réussi à citer à la fois Socrate et Kermit la grenouille en l’espace de quelques minutes. En tant que fan des classiques, il serait peut-être mieux inspiré de se rappeler le sort de l’empereur romain Néron, célèbre pour avoir « joué du violon pendant que Rome brûlait ». Si Johnson ne prend pas en main cette crise et ne fait pas preuve de leadership, le public britannique pourrait ne pas lui pardonner.

Johanna Ross (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés