Santé et vie quotidienne. Qu’est-ce qui va changer en 2022 ?

A LA UNE

Prescription de verres et lentilles par les orthoptistes, contraception gratuite jusqu’à 25 ans, crédit d’impôt instantané pour les foyers ayant recours aux aides à la personne, etc. : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 prévoit plusieurs mesures touchant à l’accès aux soins et à la vie quotidienne, avec un déficit de 35 milliards d’euros en 2021… l’UFC que Choisir fait le point sur ce qui va changer en 2022.

SANTÉ

Complémentaire santé solidaire (CSS)

Elle sera attribuée automatiquement aux allocataires du RSA, afin de leur épargner des démarches supplémentaires redondantes. Les bénéficiaires du minimum vieillesse recevront automatiquement les documents de souscription, sans avoir à les réclamer. L’objectif est de limiter le taux de non-recours à la CSS, encore trop élevé.

Contraception

La gratuité, assortie du tiers payant, de la contraception, quelle qu’elle soit, est étendue jusqu’à 25 ans. Si elle est approuvée par les parlementaires, elle comprendra le remboursement d’une consultation annuelle, chez le médecin ou une sage-femme, les éventuelles analyses médicales, la délivrance du contraceptif à condition qu’il soit remboursable, et sa pose si nécessaire (implant, DIU, etc.).

Optique

Les orthoptistes, actuellement habilités à réaliser les examens de la réfraction (myopie, hypermétropie, etc.) mais pas à prescrire la correction, auraient enfin la possibilité de rédiger et signer l’ordonnance pour des verres ou des lentilles. L’objectif est de décharger les ophtalmologistes, dont les délais de rendez-vous sont trop longs.

Télésurveillance

Très utile pour le suivi à distance de maladies chroniques comme le diabète, l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance respiratoire, l’insuffisance rénale ou en cas de prothèse cardiaque, la télésurveillance à distance ferait désormais d’objet d’une tarification forfaitaire prise en charge par l’assurance maladie.

VIE QUOTIDIENNE

Pensions alimentaires

Celles « nouvellement fixées » suite à un divorce prononcé devant la justice seraient automatiquement gérées par l’Agence de recouvrement et d’intermédiation des pensions alimentaires (Aripa). Seul un refus des deux parents pourrait empêcher son intervention. Par la suite, les pensions fixées lors d’un divorce par consentement mutuel ou par décision simple du juge seraient également concernées. L’objectif est de lutter contre le paiement aléatoire, voire le non-paiement par l’ex-conjoint. Le défaut de paiement concerne un tiers des pensions.

Services à la personne

Nounou, assistante maternelle, aide ménagère, auxiliaire de vie, etc. : le crédit d’impôt et les aides versées aux particuliers qui ont recours à des services seraient perçus immédiatement, et non avec le décalage actuel, qui représente un coût important pour les familles.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

1 COMMENTAIRE

  1. encore une fois santé gratuite pour certains mais payante pour d’autres;
    professeur, je n’ai jamais gagné beaucoup mais je dois cotiser à la sécu, cotiser une mutuelle, et on me retient 1€ par visite médicale ou dentaire, 1/2€ par boite de médicament (même s’il n’y a que 8 cachets par boite) 1€ par séance de kiné etc.

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés