Union européenne. La défense commune : Utopie ou réalité à venir ?

A LA UNE

« Ne mettons pas la charrue avant les bœufs », semblait indiquer le Premier ministre italien Draghi à l’issue de la réunion informelle qui s’est tenue il y a quelques jours en Slovénie avec les autres dirigeants des États membres de l’UE pour discuter de la défense commune.

Le Premier ministre Draghi a posé quelques questions aux personnes présentes : « Si l’Europe n’a pas de politique étrangère commune, il est très difficile d’avoir une défense commune. Une politique étrangère commune et une union militaire peuvent être réalisées au sein de l’UE ou par des alliances stratégiques intergouvernementales entre un certain nombre d’États. Le premier système est de loin préférable, mais je n’exclus pas le second », a déclaré le Premier ministre, qui a demandé à la Commission européenne une analyse ad hoc des options dans ce domaine.

Si, par exemple, les États baltes sont orientés vers un déploiement de l’OTAN pour contrer les éventuelles ambitions expansionnistes de la Russie, pour d’autres États – comme l’Italie en raison de son besoin de stabilité stratégique en Libye – cela peut se faire avec des forces européennes là où l’OTAN (lire : les États-Unis) a perdu son intérêt géopolitique, à savoir en Méditerranée. De manière surprenante, M. Draghi a appelé les membres de l’UE à réfléchir sérieusement à la stratégie et aux communications américaines sur les récents événements internationaux, de la crise afghane au pacte Aukus (Australie, Royaume-Uni, États-Unis) pour la présence de sous-marins nucléaires en Asie du Sud-Est.

D’ici mars 2022, le Conseil de l’UE doit adopter la boussole stratégique, le plan de base pour la défense commune. Comme aucun premier ministre italien avant lui, M. Draghi a déploré la marginalisation des États membres de l’UE au sein de l’Alliance atlantique et a appelé à une plus grande coordination pour des décisions et des objectifs communs. Mais que représenterait une telle « Ligue européenne » dans un cadre géopolitique – semblable à la Ligue de Délos de la Grèce antique – comprise comme une fédération d’États décidant de mettre de côté leurs compétences en matière de politique étrangère et de défense au profit de décisions d’intérêt commun, avec, en outre, un marché intérieur totalement libre et une monnaie commune ?

Si l’on additionne hypothétiquement tous les États de l’UE, la « ligue européenne » compterait 450 millions d’habitants, des forces armées compétitives au niveau mondial, une économie surpassée uniquement par les États-Unis et la Chine, la capacité d’endiguer le flux d’immigration clandestine en provenance d’Afrique et d’Asie, mais le talon d’Achille étant un des taux de natalité les plus bas du monde. La liberté de se déplacer d’un État à l’autre, bien que risquée en période de menaces terroristes, offre des avantages économiques indéniables. Sur le plan militaire, une entité émergerait, inférieure seulement aux États-Unis et supérieure à la Chine, mais dont les dirigeants seraient probablement en conflit permanent avec les différents États européens les plus puissants.

Quel État européen assumerait le rôle de pivot d’un « empire » de portée mondiale ? L’histoire nous enseigne qu’à toutes les époques, l’Europe n’est devenue décisive dans la structure géopolitique existante que lorsqu’une nation l’a emporté sur les autres. La question est la suivante : les Français, les Allemands, les Italiens, les Espagnols, les Néerlandais, les Hongrois et tous les autres peuples ont-ils mûri au point de réaliser qu’il sera difficile de rivaliser avec les autres grandes puissances pour la survie de nos traditions et de nos identités, mais aussi pour l’indépendance énergétique et l’autonomie stratégique pour le bien-être et le développement de nos peuples, si nous ne nous unissons pas ?

Après avoir résumé le potentiel utopique d’une « ligue européenne » englobante, je ne verrais, de manière réaliste, que trois ou quatre États se rallier à un tel projet, dont l’Italie, où le soutien populaire à ce qui n’est pour l’instant qu’une idée s’appuie sur des éléments concrets, car le peuple italien est le plus européen du continent, grâce au conditionnement ancestral lié à l’histoire et à la culture, au modus vivendi, à la conviction innée et répandue de croire réellement à une Europe unie, puisqu’ils l’ont déjà vécue avec les légions et la civilisation de Rome.

C’est un rêve difficile à réaliser, mais il vaut la peine de le faire pour ne pas être définitivement marginalisé dans un monde de plus en plus compétitif et pour résoudre les questions géopolitiques qui touchent aux intérêts nationaux. Il est encore temps, jouons.

Nicola De Felice

Senior Fellow au Centro Studi Machiavelli. En tant que contre-amiral et ancien commandant de destroyers et de frégates, il a accompli d’importantes tâches diplomatiques, financières, techniques et stratégiques pour l’état-major de la défense et de la marine en Italie et à l’étranger, en mer et sur terre, en poursuivant l’application des techniques qui rendent efficace la politique italienne de défense et de sécurité.

Cet article est apparu en premier sur CENTRO MACHIAVELLI, notre partenaire dans EUROPEAN MEDIA COOPERATION.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

« Wallah, je vais cracher dans la bouche de ta fille » : Révélations sur Moussa, individu qui dénonçait des « violences policières »

Le 17 septembre 2021, dans la cité du Pavé Neuf, à Noisy-le-Grand, un individu prénommé Moussa est interpellé par...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés