700 nouveaux postes de surveillants pénitentiaires à pourvoir

A LA UNE

Avec un budget 2022 en hausse de 8%, le ministère de la Justice continue de recruter pour le corps des surveillants pénitentiaires avec 700 nouveaux postes à pourvoir par le biais d’un concours national ou à affectation locale en Ile de France.

Les concours

Les épreuves écrites d’admissibilité se dérouleront le 12 janvier 2022 et seront suivies, pour les admissibles, d’épreuves d’admission en mars et avril 2022. Un candidat ne peut s’inscrire qu’à un seul concours. Les lauréats du concours national et du concours à affectation locale intégreront ensuite l’école nationale d’administration pénitentiaire. Ils y suivront une formation de 6 mois, rémunérée, alternant apprentissages théoriques et pratiques à Agen et stages en établissements. S’ils valident la formation, les lauréats seront affectés en qualité de stagiaire pendant 1 an, et seront titularisés fonctionnaires à l’issue.

525 postes seront pourvus au titre du concours national.

Les lauréats choisiront, à l’issue de leur formation, l’établissement dans lequel ils souhaitent exercer, en fonction de leur rang de classement et des postes proposés par l’administration pénitentiaire dans les 186 établissements en France.

175 postes seront à pourvoir par un concours à affectation locale pour les candidats souhaitant exercer en Île-de-France.

Il permettra aux lauréats d’exercer en Île-de-France dès leur sortie de formation. Ils s’engageront à exercer pendant 6 ans dans leur établissement d’affectation et percevront une prime de fidélisation de 8 000 euros. Les établissements concernés en Ile de France : Centres pénitentiaires de Bois d’Arcy, Fresnes, Nanterre, Paris-La Santé, Sud Francilien, Meaux-Chauconin ; Maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis, Osny-Pontoise et Villepinte.

Conditions d’accès au concours, dont les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 26 novembre 2021 :

– Etre de nationalité française,

– Etre âgé de 18 ans minimum à 45 ans maximum au 1er janvier 2022,

– Etre titulaire du brevet national des collèges ou un diplôme ou titre classé au moins de niveau 3,

– Etre en possession de ses droits civiques et d’un casier judiciaire vierge.

– Avec 3 ans d’expérience minimum dans la sécurité, il est possible de choisir la reconnaissance des acquis d’expérience professionnelle à l’oral (RAEP).

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Immigration. Les élus de la majorité à la Région Bretagne prennent 30 000€ dans la poche des Bretons pour financer SOS Méditerranée

Les élus de la majorité à la Région Bretagne viennent de décider de prendre 30 000€ dans la poche...

PSIG, interpellation à haut risque

Au petit matin, cette unité spéciale de la gendarmerie est sur le pied de guerre... Le PSIG s'apprête à...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés