Chèque Inflation. Messieurs Castex, Véran, Macron…nous ne sommes pas vos putes ! [L’Agora]

A LA UNE

Le Gouvernement sort de nouveau le chéquier !

Après les arrosages en règle d’entreprises et de salariés durant la « crise covid-19 » qui n’aurait jamais existé si ce même gouvernement n’avait pas fermé le pays et bloqué l’économie, voici venir le « chèque inflation ».

100 euros pour les Français touchant moins de 2000 euros net avant impôts sur le revenu, distribués courant décembre 2021.

Outre le fait que cette mesure, basée sur les revenus d’octobre et de novembre, semble burlesque pour ce qui est des artisans, qui pour beaucoup, répartissent leur chiffre d’affaire sur l’année et non pas au mois, il serait temps tout de même que les citoyens, plutôt que d’accepter qu’on leur fasse la poche droite pour leur remettre un billet dans la poche gauche, expliquent aux autorités que nous ne sommes pas des putes, des prostituées, des tapins.

Sans vouloir faire offense d’ailleurs à ces péripatéticiennes – mais c’est comme cela qu’on les appelle – traquées comme leurs clients par les autorités, sans que le trafic de femmes en provenance du tiers monde ne s’arrête pour autant…

Pour en revenir à nos moutons, ou plutôt à ceux qui se prennent pour nos maquereaux, il faudrait presque renvoyer à cet Etat républicain pourri son billet de 100 euros. Avec un Mars en prime ?

Mais pour qui se prennent ces gens, qui ont massacré l’économie avec les mesures tyranniques instaurées pour contrer une pandémie en carton, dont on s’aperçoit aujourd’hui que la plupart des victimes avaient une, deux, trois pathologies graves en parallèle ?

Mais pour qui se prennent ces petits roitelets et leurs roquets, pour se servir de l’argent public, c’est à dire de notre argent, à tous ceux qui cotisent, payent des charges, des impôts et trop de taxes diverses ?

Est-ce pour tenter de se racheter une bonne conscience et surtout, un électorat à quelques mois d’élections présidentielles et législatives qui arrivent ?

Et ils osent encore pavaner sur les plateaux télévisions en se proclamant gentils seigneurs ? Mais est-ce qu’ils oublient ce qui arrive généralement aux puissants, à la fin de l’histoire, lorsque le peuple n’en peut plus d’être affamé et maltraité par des tyrans ?

Votre chèque inflation ne vaut par ailleurs rien, absolument rien, comparé aux hausses successives de l’essence, de l’électricité, du gaz, mais aussi des aliments de première nécessité. Le prix de l’essence aujourd’hui, plus élevé que lors du mouvement des Gilets jaunes, est une quasi incitation à un nouveau soulèvement, afin de vous obliger, d’une part à baisser les taxes immédiatement et drastiquement, et d’autre part, à agir vivement face à ces compagnies et à ces pays qui font actuellement beaucoup d’argent sur notre dos.

Il est aujourd’hui impossible de bien vivre, de bien manger, avec y compris 1500 ou 2000 euros nets (c’est dire ceux qui n’ont même pas cela…) lorsque l’on a des traites qui s’accumulent, des enfants à tenter de bien nourrir, des trajets professionnels coûteux à faire, et toutes vos taxes à payer.

Nous n’avons pas vocation à engraisser Lidl, Aldi ou à empoissonner nos enfants avec des produits transformés signés Eco +, parce que vous faites absolument n’importe quoi avec l’argent des Français.

Votre chèque a la même saveur que le petit pourboire radin que ce bourgeois, ce gros porc libineux, va laisser ici à une jeune étudiante prostituée d’un soir, maltraitée et objet de tous ses vices, ou là à un serveur de restaurant qu’il aura pris de haut toute la soirée en commandant son caviar et sa bouteille de vin rouge à 300 euros.

Nous ne voulons pas de votre chèque.

Nous voulons que vous nous rendiez l’argent, à nous, le peuple que vous volez, que vous rackettez, que vous taxez, que vous contrôlez, que vous chargez sans arrêt.

Nous voulons que vous arrêtiez de le dépenser pour le monde entier qui vient se faire soigner chez nous, à nos frais.

Nous voulions simplement que vous nous laissiez disposer de notre argent, de tout notre argent, ici, en France, pour les nôtres, pour pouvoir bien vivre, bien manger, bien éduquer, bien se loger, dans tout le pays.

A bas les menteurs ! A bas les voleurs ! A bas les tricheurs !

Princes, entendez-bien : nous ne sommes pas vos putes, et nous ne le serons jamais !

Julien Dir

Bonus, ci-dessous :

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

5 Commentaires

  1. Très beau et bon texte .
    Avec cette mafia il ne faut pas s’étonner de cette « arnaque » .Mais les bons « gogos  » lobotomisés , piquousés , muselés vont applaudir à cette action (pardon arnaque )

  2. Annecy Le Vieux, 1968:

    Terrain constructible = 5 francs/m2, smig = 500 francs env = 100m2 de terrain constructible /mois
    Maison 2 apparts de 90m2 + atelier 90m2 sur 2500m2 = 25000 francs = 50 smigs

    A méditer par souchiot-te… Le gland remplacement se paie aussi avec son emprunt immobilier (sans traitre négrière pas de « white flight » fuite des banlieues + baisse de la population donc baisse de l’immobilier, ce qui arriva en Allemagne un tps, et au Japon)

    https://fr.sputniknews.com/international/201810261038656689-france-philippe-herlin-insee-achat/

  3. des putes ? mais c’est bien plus cher, non?
    des pauvres qui ne tendent même plus la sébile,
    et dire que ces gens là, ingrats comme tous les moins que rien n’iront pas dire merci patron dans les urnes ! c’est à désespérer de la race humaine

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés