Alexandre Cormier-Denis censuré sur Youtube. « Face à la liberté de ton de Nomos-TV, le politiquement correct totalitaire a remporté une bataille, mais pas la guerre » [Interview]

A LA UNE

Nos lecteurs le connaissent désormais : Alexandre Cormier-Denis, militant nationaliste québécois, fondateur du site Horizon Québec Actuel et de la chaîne YouTube NomosTV, est en effet connu de nombreux francophones pour ses interventions remarquées, et ses chroniques politiques insolentes et délicieuses, et souvent très bien vues.

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants de tout l’Occident » [Interview]

Seulement voilà. Il y a quelques semaines, Youtube a décidé de censurer purement et simplement la chaine Nomos TV. Le monde de GAFA qui entend faire régner sa loi et sa terreur a encore frappé. Pour retrouver les émissions de Noms TV, vous devez vous rendre ici (et soutenir le projet dans le même temps, pour contrer les agressions de Youtube, qui se sait support incontournable et qui en use et abuse de façon perverse et insidieuse…jusqu’à ce que la roue tourne ?)

En attendant, nous avons interviewé celui qui va devenir notre Québecois préféré, car il faut reconnaitre qu’il est un peu plus percutant que Céline Dion !

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous parler de l’origine de Nomos TV, et de son audience ?

Alexandre Cormier-Denis : La web-télé, Nomos-TV, a été créée en 2016 afin de combattre conformisme étouffant qui régnait dans la sphère médiatique québécoise et de briser les tabous bien-pensants qui gangrènent le camp souverainiste actuel. L’incapacité des médias de masse à aborder les questions rendues intouchables par l’hégémonie culturelle de la gauche libertaire et cosmopolite crée au Québec une importante dissonance cognitive entre ce que les gens disent et pensent dans leurs foyers et le discours véhiculé publiquement. La civilisation occidentale étant la civilisation de l’incarnation, il nous semblait important que les idées nationalistes soient véhiculées par des personnes publiques qui assument à visage découvert leurs opinions ancrées dans la Droite nationale. L’objectif à moyen terme de cette webtélé est de créer un contrepoids culturel capable d’amorcer une révolution des esprits en faveur d’une prise de conscience nationaliste chez les élites canadiennes-françaises et chez les masses anesthésiées par la propagande cosmopolite étatique et universitaire.

En mettant en l’avant la « question canadienne-française », Nomos-TV souhaite redonner aux Québécois dits « de souche » une fierté nationale ancrée dans leur passé colonial et dans la grande histoire de l’Occident héritier de Rome, d’Athènes et du christianisme européen. Toute conquête politique future du camp nationaliste ne pourra faire l’économie d’une kulturkampf permettant de réhabiliter les thèmes chers à la Droite nationale : la défense de l’identité nationale et de la famille comme socle de la société. Nomos-TV se donne comme mission d’œuvrer à la mise en place d’un changement d’ambiance politico-médiatique pour redresser le Québec sur des bases solides et enracinées.

Breizh-info.com : Comment Youtube a-t-il justifié votre censure et la fermeture de votre chaine ?

Alexandre Cormier-Denis : Vendredi 8 octobre 2021, Nomos-TV (plus de 30 000 abonnés, en ligne depuis 2016) recevait un avertissement par YouTube pour non-respect des conditions d’utilisation concernant une vidéo datant de plusieurs mois, sans aucune explication sur le contenu jugé problématique.

Le lendemain, la chaîne recevait quatre autres avertissements et sans plus de préavis, l’entièreté de la chaîne fut tout simplement supprimée de la plateforme.

La contestation de la décision s’est frappée au mur kafkaïen de la bureaucratie impersonnelle de Google. Ce fut une fin de non-recevoir.

5 années de travail, plus d’un million d’heures de visionnement, des dizaines de milliers d’abonnés oblitérés par le pouvoir d’un algorithme (ou d’un censeur humain, comment savoir?) au nom de règles abstraites décidées par les oligarques californiens qui ont fait main basse sur les grands sites de diffusion internet.

Les raisons invoquées reposent sur deux points : « incitation à la haine » et « informations médicales incorrectes ».

« L’incitation à la haine » étant un concept flou reposant sur une interprétation juridique d’un sentiment humain, on se demande comment une intelligence artificielle ou un obscur employé de bureau sans formation juridique peut la déceler.

Quant aux « informations médicales incorrectes », difficile de considérer la plateforme internet comme une référence professionnelle en la matière. Rappelons que YouTube n’est ni juge, ni médecin.

N’ayant jamais subi de condamnation judiciaire pour ses propos respectant le cadre légal canadien et québécois, Nomos-TV se retrouve donc bannie de la plateforme au nom d’obscurs « règlements de la communauté » qui sont les directives de l’idéologie bien-pensante actuelle qui considère que tout propos ne cadrant pas avec le politiquement correct doit être supprimé de la sphère publique.

Quelques heures après sa censure sur YouTube, Nomos-TV se voyant également banni du système de paiement PayPal, sans qu’aucune explication ne soit avancée.

Breizh-info.com : Quelle va être votre riposte, même s’il est toujours difficile de faire face à la censure des GAFA ?

Alexandre Cormier-Denis : Face à la liberté de ton de Nomos-TV, le politiquement correct totalitaire a remporté une bataille, mais pas la guerre.

Devant la libération de plus en plus grande de la parole publique, la répression de toute opposition à la doxa politiquement correcte se fait de plus en plus importante, mais la résistance aussi.

Les initiatives technologiques pour contourner la mainmise des GAFAM et leur idéologie déconstructionniste sont de plus en plus nombreuses. Nomos-TV travaille déjà à l’instauration d’une plateforme totalement autonome de diffusion vidéo afin de poursuivre la réinformation nationaliste.

Nous ne laisserons pas la censure triompher.

Breizh-info.com : Globalement, vous n’êtes pas le seul à subir ces attaques des GAFA. Comment survivre médiatiquement dans une sphère Internet qui tend à être de plus en plus verrouillée ?

Alexandre Cormier-Denis : Deux choix s’offrent à nous : migrer vers les plateformes plus marginales où la censure est moins systématique (Odysee, Rumble, BitChute, Gab, Telegram, etc.) ou encore créer nous-mêmes nos propres plateformes de diffusion, comme nous le faisons sur le site de www.nomos-tv.com. Dans la mesure du possible, il faut viser une autonomie technologique afin d’éviter la mainmise des oligarques cosmopolites sur l’ensemble d’internet.

Breizh-info.com : Quelle est la situation en terme de libertés publiques au Canada, et au Québec ? Des lois restreignent-elles, comme en France, la liberté d’expression ?

Alexandre Cormier-Denis : Paradoxalement, même si les lois canadiennes et québécoises sont moins liberticides qu’en France, la parole est ici beaucoup moins libérée que dans l’Hexagone. Le verrou médiatique sur les enjeux identitaires et sociétaux est largement plus verrouillé de ce côté de l’Atlantique que chez vous.

Cependant, nous voyons poindre des tentatives de musellement de la parole, notamment par le projet de loi C-10 du gouvernement Trudeau qui vise à sanctionner les plateformes internet qui laissent circuler des « propos haineux » (sic). C’est en quelque sorte la mise en place au Canada de votre loi Avia. L’actuel gouvernement Trudeau, pourtant dirigeant du Parti libéral du Canada se révèle être le plus liberticide que nous n’avons jamais connu.

Breizh-info.com : Vous avez récemment fait une vidéo sur la candidature d’Eric Zemmour. En quoi la jugez vous intéressante ? Comment voyez vous la présidentielle de 2022 en France vue du Québec ?

Alexandre Cormier-Denis : La candidature du « séfarade magique » comme j’aime bien le désigner, a l’avantage de faire exploser le champ sémantique de la francosphère: validation du Grand Remplacement, désignation de l’incompatibilité de l’islam avec l’Occident, mise en place du reflux migratoire, reconnaissance du caractère chrétien et blanc de l’Europe, etc. Son champ lexical « droitise » la scène politique et permet de déplacer considérablement la fenêtre d’Overton dans le sens voulu par les patriotes.

Sa désignation du problème que représente le gouvernement des juges qui ont subverti le droit pour en faire une arme politique contre les peuples est particulièrement pertinente dans le contexte québécois où les jugements de la Cour Suprême du Canada ont invalidé les lois linguistiques québécoises.

Rappelons aussi que Zemmour a souvent parlé positivement de la lutte identitaire et politique du Québec face au Canada anglais. Même s’il ne semble jamais être venu chez nous, sa québécophilie pourrait considérablement améliorer les relations France-Québec qui ont été mises à mal par les récents présidents qui se sont révélés plutôt être en faveur du fédéralisme canadien. Qui sait si une présidence Zemmour ne permettrait pas de parvenir à des accords économiques, politiques et culturels entre la France et le Québec ?

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Immigration. Les élus de la majorité à la Région Bretagne prennent 30 000€ dans la poche des Bretons pour financer SOS Méditerranée

Les élus de la majorité à la Région Bretagne viennent de décider de prendre 30 000€ dans la poche...

PSIG, interpellation à haut risque

Au petit matin, cette unité spéciale de la gendarmerie est sur le pied de guerre... Le PSIG s'apprête à...

1 COMMENTAIRE

  1. contournez la censure, abonnez vous à la nouvelle « truth » crée par trump ou utilisez pour vos vidéo la chaine russe

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés