Immigration. La Hongrie se réserve le droit de prendre des mesures contre les activités des ONG financées par l’étranger, y compris celles financées par George Soros.

A LA UNE

Si la Hongrie prend acte de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne sur la loi « Stop Soros« , comme elle l’a fait précédemment, elle se réserve le droit de prendre des mesures contre les activités des ONG financées par l’étranger, y compris celles financées par George Soros, qui cherchent à obtenir une influence et une ingérence politiques, voire à promouvoir la migration.

La position de la Hongrie sur les migrations reste inchangée : « il faut intervenir là où se trouve le problème, au lieu de l’amener ici. En d’autres termes, il faut mettre un terme à la migration vers l’Europe et l’avenir de l’Europe doit être fondé sur les familles.

La Hongrie et la loi hongroise Stop Soros continuent de faire obstacle aux projets pro-immigration. Et Bruxelles veut toujours que la Hongrie accorde le libre passage aux migrants et aux organisations de Soros qui gèrent la migration. À l’initiative de la Commission européenne, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé aujourd’hui que la loi Stop Soros, adoptée en 2018 et qui criminalise l’organisation et le financement de la migration illégale, ainsi que l’amendement constitutionnel adopté au même moment interdisant la réinstallation massive de migrants, violent le droit de l’UE.

La loi a été adoptée par le parlement il y a trois ans à l’initiative du gouvernement, et son objectif a été soutenu à plusieurs reprises par le peuple hongrois, qui, lors des consultations nationales, a exprimé son attente du gouvernement pour protéger la Hongrie de la migration.

Dès le départ, la loi a fait obstacle aux partisans de l’immigration. Après son adoption, la gauche pro-immigration a lancé une attaque en règle contre la Hongrie et, sous la pression des Soros Open Society Foundations, la Commission européenne a lancé une procédure d’infraction contre la Hongrie. Le gouvernement ayant refusé d’abandonner la loi, Bruxelles a porté la loi « Stop Soros » devant les tribunaux.

Tant qu’il y aura un gouvernement national en Hongrie, il fera respecter la volonté du peuple hongrois et empêchera la Hongrie de devenir un pays d’immigrants »

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libre

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur »

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur » https://www.dailymotion.com/video/x8601lb Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

4 Commentaires

  1. EUROPE (Union Euro pé-r-enne)

    Bienvenue dans le monde merveilleux des bisounours…!!

    L’Union Européenne apparaît de plus en plus, comme un supra-état, comme une machine à dissoudre les nations qui composaient jusqu’à maintenant, le continent européen : Les dites nations se voient petit à petit, dépossédées de tous ce qui faisaient d’elles des nations :

    Perte pour la plupart de leur monnaie, perte de leurs frontières, perte de leur souveraineté, perte de leur niveau et qualité de vie. Perte de leur démocratie, remplacement de leur politique intérieure et extérieure, accompagné d’un début de remplacement de leur population. Alors qu’au début, elle ne s’est pas vendue sous cet aspect, mais plutôt son inverse.

    On pourrait presque faire un procès à l’UE, pour publicité mensongère.

    Il faut aussi ajouter à cette politique anti-nationale, la mise en place d’une idéologie anti-chrétienne, très hostile au nouvel empire russe, d’inspiration plutôt gauchiste et écologiste (bobos), à sensibilité mondialiste et totalitaire. L’économie restant vaguement libérale et consumériste. Le tout régit par la poigne de fer d’une administration servie par des commissaires politiques (pardon, je veux dire européens, non élus par le peuple, cela va sans dire). Bon appétit… !!

    On peut aussi la dépeindre, comme une entreprise de la repentance systémique, à durée qu’il faut comprendre, éternelle, du fait qu’elle n’est pas définie :
    Non seulement à destination des Juifs, ce que l’on pourrait admettre du fait de la responsabilité historique qu’ont les européens (pas tous), envers le peuple élu.
    Mais aussi envers d’autres minorités ethniques, religieuses ou genrées.

    Cette repentance historique, systémique et élastique, s’étendra peut-être un jour au bénéfice du défunt Homme de Néandertal, qui a eu la malchance de disparaître trop tôt en Europe, lors du paléolithique inférieur. Ou bien au bénéfice des dinosaures heureusement disparus à la fin de l’ère du Crétacé.

    Au final, elle finit par ressembler au feu Empire soviétique, mais en plus riche. Le tout se superposant à l’OTAN.
    Les pays qui au cours de leur histoire, ont eu maille à partir avec l’ex-URSS, ou avec le IIIe Reich, et qui ont risqué de perdre leur identité ou tout simplement l’existence, ont instinctivement une méfiance à l’égard de l’Union européenne (Hongrie, Pologne….).
    Au bénéfice de l’Union européenne, mettons le programme « Erasmus » (pas Emmaüs…!), permettant aux étudiants européens d’étudier et de Vivre Ensemble….

  2. ils détectent un danger pour leur peuple et ils réagissent ;
    hollande savait au sujet des terroristes mais il a laissé faire , voilà deux attitudes , laquelle doit être privilégiées? les dirigeants occidentaux se fichent pas mal de leurs citoyens

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés