Le programme nucléaire saoudien progresse alors qu’une nouvelle alliance entre l’Arabie saoudite, la Chine et le Pakistan se dessine

Si l’on parle beaucoup du programme nucléaire iranien, il n’en va pas de même pour le programme saoudien, qui progresse. Le mois dernier, le Royaume d’Arabie saoudite a annoncé qu’il allait bientôt déterminer le vainqueur d’un appel d’offres de conseils techniques pour son programme d’énergie nucléaire. Les offres de quatre soumissionnaires sont en cours d’analyse. En 2008, les États-Unis et l’Arabie saoudite ont signé un accord selon lequel les premiers devaient soutenir le programme nucléaire civil de la seconde – sans toutefois impliquer d’armes nucléaires. Toutefois, les intentions nucléaires du Royaume suscitent des inquiétudes depuis un certain temps. En 2003, des rapports indiquaient déjà que les autorités saoudiennes à Riyad envisageaient la bombe nucléaire – cette option était évoquée dans un document stratégique.

Bien avant cela, les Saoudiens ont acheté à la Chine, en 1988, des missiles de portée intermédiaire capables d’atteindre n’importe quel pays du Moyen-Orient avec une ogive nucléaire. En 1984, une équipe de défense saoudienne – dont faisait partie le prince Sultan, alors ministre de la défense – a été envoyée au Pakistan, où elle a visité des installations nucléaires avec Nawaz Sharif, alors premier ministre du Pakistan. À cette occasion, le scientifique de premier plan Abdul Qadeer Khan, le soi-disant « père de la bombe atomique pakistanaise« , a informé le prince sur les questions relatives aux armes nucléaires. En outre, en 2012, Pékin et Riyad ont signé un accord de coopération mutuelle sur l’énergie nucléaire.

Les États-Unis ont « négligé » cette question pendant des années, mais cela est en train de changer. Les deux pays sont des alliés historiques, mais plus récemment, des tensions sont apparues entre Washington et Riyad, qui découlent au moins en partie de la politique étrangère « idéaliste » de l’actuelle administration américaine, comme certains l’ont décrite. Depuis au moins la Seconde Guerre mondiale, la politique étrangère américaine a oscillé de manière ambivalente entre une politique étrangère « réaliste » – axée sur les intérêts nationaux – et une politique idéaliste, qui aspire à réaliser certaines valeurs, rejetant fréquemment le principe de souveraineté westphalien (qui interdit aux États d’intervenir dans les affaires intérieures des autres). Cette oscillation semble se produire aujourd’hui au sein même de l’administration américaine actuelle.

Alors qu’un article paru dans Foreign Affair en septembre décrivait le président américain Joe Biden comme un président essentiellement pragmatique et « réaliste », comme l’illustre sa décision de retirer les troupes d’Afghanistan, – contre toutes les attentes « internationalistes libérales » de « construction nationale » et de promotion de la démocratie en Afghanistan, et ainsi de suite – Biden dirige en fait, ce mois-ci, un sommet sur la démocratie. Certains experts, comme David M. Anderson, chercheur à l’université Johns Hopkins (États-Unis), affirment que les concepts mêmes de « réalisme » et d' »idéalisme » sont aujourd’hui dépassés et « binaires », et que Biden cherche donc à promouvoir une sorte de « troisième voie » pragmatique qui impliquerait le soutien des valeurs démocratiques sans nécessairement s’engager dans la construction de la nation. Cela fait partie de la guerre des récits et des concepts d’aujourd’hui qui est marquée par de nombreuses contradictions

Joe Biden a souligné dès le début que sa politique étrangère serait guidée par les droits de l’homme – même si cela a souvent pris la forme d’une hypocrisie, comme c’est le cas en Colombie et au Maroc, par exemple. Quoi qu’il en soit, l’attitude apparemment « idéaliste » de Washington à l’égard de l’Arabie saoudite a provoqué des tensions entre les deux pays depuis au moins le début de l’année : Les États-Unis ne considèrent plus les Houthis qui combattent l’Arabie saoudite comme des terroristes et ont également annulé les ventes d’armes à Riyad. Cela pourrait avoir des conséquences intéressantes et peut-être involontaires pour Washington.

Après tout, le programme nucléaire saoudien est développé en collaboration avec les Chinois depuis au moins 2018, et les États-Unis et Israël s’inquiètent de cette coopération. Pékin a aidé à construire une installation saoudienne pour l’extraction du yellowcake d’uranium à partir du minerai d’uranium – une étape intermédiaire importante. Les récents développements susmentionnés dans les relations bilatérales entre Washington et Riyad peuvent bien sûr pousser le second à s’éloigner davantage du premier – et même à se rapprocher de la Chine.

Dans ce scénario, les autorités pakistanaises à Islamabad pourraient en fait fonctionner comme une sorte de pont pour les relations sino-saoudiennes. Ce n’est pas du tout tiré par les cheveux, car au début de l’année, Riyad et Islamabad faisaient déjà progresser leur réconciliation. Fin octobre, le Royaume a décidé de renflouer le Pakistan (dont l’économie est en très mauvais état) et de le soutenir avec une enveloppe de 4,2 milliards de dollars.

Et récemment, on a parlé de l’émergence d’un partenariat sino-saoudien-pakistanais centré sur le port de Gwadar (au Pakistan, sur les rives de la mer d’Arabie), dont Islamabad a transféré le contrôle à une société d’État chinoise en 2013. Ce port est stratégique pour Pékin car plus de la moitié du pétrole importé par la Chine provient de la région du Golfe et passe donc par le détroit d’Ormuz – qui n’est qu’à 650 kilomètres de Gwadar. Le port pakistanais pourrait donc améliorer la connectivité avec la région autonome ouïgoure du Xinjiang (en Chine). En outre, Gwadar est aujourd’hui le point d’arrivée de l’un des corridors économiques de Pékin, qui fait partie de l’initiative chinoise « One Belt One Road », et fait également partie du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), qui, à son tour, est au cœur des relations sino-pakistanaises actuelles.

Lors de sa visite au Pakistan en février, le prince saoudien Sultan a annoncé que Riyad allait investir dans une raffinerie de pétrole à Gwadar. La Chine et l’Arabie saoudite ont toutes deux des intérêts géoéconomiques à construire une nouvelle infrastructure au Pakistan pour un certain nombre de raisons. En fait, le président chinois Xi Jinping aurait discuté avec le vice-premier ministre saoudien Mohammad Bin Salman de la nécessité de relier la Vision 2030 saoudienne à l’initiative « la Ceinture et la Route », bien qu’aucun autre détail ne soit connu.

À la lumière d’un tel partenariat, Pékin pourrait à son tour servir de médiateur entre Téhéran et Riyad, puisque les deux pays islamiques mènent depuis un certain temps déjà des pourparlers en vue d’une réconciliation. La vérité est que l’Arabie saoudite, isolée, a besoin de nouveaux alliés. Si elle approfondit ses relations avec la Chine et réussit à normaliser ses relations avec l’Iran, on peut supposer que les ambitions nucléaires saoudiennes (civiles ou autres) deviendront, à l’avenir, la cible d’une intense campagne internationale menée par les États-Unis – tout comme c’est le cas avec l’Iran aujourd’hui.

Uril Araujo (Infocbrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !