Dominique Venner un samouraï d’Occident

Dominique Venner (1935-2013) s’est donné la mort le 13 mai 2013 dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Soldat, activiste politique, « historien méditatif », sa vie, sa mort, son œuvre ont considérablement marqué des générations de militants, certes, mais aussi de lecteurs soucieux de l’histoire de leur patrie européenne.

A l’occasion de la parution du premier volume de ses « Carnets rebelles » publié par La Nouvelle Librairie, Rémi Soulié réunit pour son émission « Les idées à l’endroit » ses amis, parmi les plus proches, Alain de Benoist, Philippe Milliau, Jean-Yves Le Gallou, et son éditeur, François Bousquet, retracent son parcours politique et intellectuel. Un hommage, une espérance.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. … samouraï ?
    sauf qu’en « s’immolant » à l’entrée de l’autel principal de Notre-Dame de Paris, il a commis un acte sacrilège.
    Il serait bon de s’en rappeler.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS