Croatie. Face à la baisse démographique, le gouvernement va inciter financièrement ses expatriés au retour

Croatie

Malgré une natalité en baisse et une forte émigration ces dernières années pour différentes raisons, la Croatie ne se résout pas à avoir recours aux immigrés extra-européens pour garantir son avenir au plan démographique. Le gouvernement vient de lancer un vaste plan pour inciter les expatriés à revenir au pays.

Démographies en berne : l’immigration d’origine extra-européenne n’est pas la seule solution

À l’heure où de très nombreux pays européens sont confrontés à des problèmes démographiques avec des populations vieillissantes, des initiatives sont parfois entreprises par certains gouvernements pour tenter d’endiguer le phénomène. C’est notamment le cas en Hongrie, où le Premier ministre Victor Orbán a annoncé en 2019 la mise en place d’un grand plan nataliste pour relancer la démographie hongroise. Dans le même temps, en Europe de l’Ouest, c’est le recours à l’immigration d’origine extra-européenne qui est privilégiée pour assurer le renouvellement des populations… L’un des cas les plus édifiants étant celui de l’Espagne avec la perspective pour le pays d’accueillir 250 000 immigrés par an jusqu’en 2050.

Mais tous les États européens ne se résignent pas à avoir recours à cette immigration, par ailleurs à l’origine de bien des maux dans nos sociétés, pour faire face aux défis démographiques à venir. La Croatie, de son côté, a tout simplement décidé de payer ses expatriés partis vivre à l’étranger pour qu’ils reviennent s’installer au pays.

Jusqu’à 26 000 € par personne pour rentrer en Croatie

En pratique, les Croates installés dans d’autres pays de l’UE et qui choisissent de revenir afin de créer leur propre entreprise en Croatie recevront des subventions pouvant atteindre 200 000 kuna (26 000 €) dans le cadre du nouveau programme « Je choisis la Croatie », a annoncé le Premier ministre Andrej Plenković la semaine dernière, pour qui « la revitalisation démographique est une question vitale pour la Croatie dont la population est vieillissante ». Le gouvernement croate a donc judicieusement choisi la période de Noël, lorsque de nombreux expatriés reviennent visiter leur famille, pour annoncer le lancement de cette opération. Et ainsi espérer qu’une partie d’entre eux n’ait plus envie de repartir…

Au cours des sept dernières années, environ 350 000 personnes, pour la plupart jeunes et dont beaucoup avaient des enfants, ont quitté la Croatie, le marché du travail d’autres pays de l’UE s’étant ouvert à eux. La population est tombée à 3,8 millions d’habitants, contre 4,5 millions il y a 30 ans.

Des mesures pour freiner l’exode oral

Le programme escompte aussi séduire de jeunes Croates expatriés avec des bonus destinés à ceux revenant au pays pour travailler dans les secteurs du numérique ou de l’écologie, notamment en tant qu’autoentrepreneur.

En parallèle, tandis que de nombreux Croates ont fait le choix de partir vivre à l’étranger ces dernières années, notamment en Irlande, les immigrés venus s’installer dans le même temps en Croatie provenaient principalement de Bosnie-Herzégovine.

Par ailleurs, si ce nouveau programme pourrait, dans un premier temps, attirer entre 4 000 et 5 000 expatriés vers la Croatie, le gouvernement a également alloué des fonds afin de promouvoir les migrations internes au pays. Ainsi, les Croates résidant en ville ou sur le littoral et qui accepteraient de s’installer dans les zones rurales dépeuplées de Croatie pourraient bénéficier d’une aide financière. L’ensemble de ces mesures doit être mis en œuvre à partir du 1er janvier 2022.

Enfin, conséquence de l’exode rural observé en Croatie, les personnes quittant les campagnes pour les zones urbaines vivent souvent dans des logements de taille plus modeste. Un élément qui contribue également à réduire le nombre d’enfants par couple.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Perun) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve Croade mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. tandis qu’en france, le plan Bayrou ne fait qu’inciter l’immigration de jeunes gens bien virils venus d’afrique ou du moyen orient, me revient en mémoire le premier article de breizh info du jour

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !